Vous êtes perpétuellement sur Twitter ? Vous envoyez des SMS quand votre conjoint est là ? Vous êtes en couple ? Soyez prudents!

Selon une étude publiée dans la revue Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, plus on utilise Twitter, plus on est susceptibles de se disputer avec notre moitié à ce propos.
Réalisée par Russel Clayton, un doctorant de l’université du Missouri, l’étude porte sur les relations et les habitudes de 581 « Twittos » âgés de 18 à 67 ans.

Les questions posées portent d’abord sur Twitter en lui même: « A quelle fréquence vous connectez-vous sur Twitter? », « A quelle fréquence tweetez-vous? » mais dévient rapidement sur le couple: « Avez-vous émotionnellement trompé votre partenaire avec une personne contactée et recontactée sur Twitter? »

twitter-gayEn moyenne, les participants passaient 52 minutes par jour, 5 jours sur 7, sur le réseau social.

Pour mieux comprendre leur relation, Clayton a ensuite voulu en savoir plus sur la fréquence de leurs disputes à propos de Twitter, mais aussi, si celui-ci était la cause d’une infidélité (émotionnelle ou physique), voire d’une rupture ou d’un divorce.

Son hypothèse est la suivante:

« Si une forte utilisation de Twitter entraîne de nombreux conflits (c’est-à-dire des disputes liées à l’utilisation que fait l’autre de Twitter) chez un couple, on peut penser qu’elle pourrait aussi entraîner l’infidélité, la séparation ou le divorce. »
Les utilisateurs de Facebook moins malchanceux

Clayton avait déjà, l’an dernier, mis son nez dans les relations des gens, mais cette fois, à propos de Facebook. Les résultats étaient plus ou moins similaires, à un point près: contrairement aux couples de Twittos, qui peuvent se disputer qu’ils soient ensemble depuis deux jours ou 10 ans, les utilisateurs de Facebook, eux, étaient plus immunisés après 3 ans de relation.

Toutefois, l’étude a ses limites. Le site du Time indique en effet que le sondage a été promu sur Twitter, via les comptes du chercheur et de celui du Huffington Post américain. Seule une population limitée a pu être informée de cette étude. Une population qui connaissait aussi à l’avance quel était le thème du sondage, donc cela a pu les influencer dans leur réponse.

Quoi qu’il en soit, tout n’est pas perdu pour les tourtereaux accros à Twitter. Ce même article du Time relaye une étude publiée en février sur Pew Research Internet Project, selon laquelle 41% des 18-29 ans qui sont dans une relation sérieuse ont le sentiment que les conversations en ligne les ont rapprochés, et 23% règlent leurs problèmes via « outils numériques » parce qu’il n’y arrivent pas en personne.

Mais ils auraient également tendance à reporter la tension de leur couple sur l’usage de technologies, surtout si leur compagnon est distrait ou passe trop de temps en ligne, ce qui rejoint l’étude de Clayton. Tout est question de modération, donc.

Par ailleurs, envoyer trop de SMS en couple peut être mauvais signe, selon une étude

Bientôt l’heure du dîner et en plus, c’est le week-end. Plus rapidement que son ombre, on dégaine son téléphone: « t’as pensé à passer au supermarché? », message envoyé, affaire réglée. Si ce message s’adresse à l’élu(e) de votre cœur, il va peut-être falloir songer à repenser ses habitudes. C’est en tout cas ce que montre une récente étude de la Brigham Young University, dont le compte-rendu est publié cette semaine dans la revue Journal of Couple and Relationship Therapy.

Deux personnes trop virtuellement connectées pourraient bien finir par se déconnecter l’une de l’autre, selon les chercheurs Lori Schade et Jonathan Sanberg. Leur étude, menée pendant deux ans sur 276 jeunes adultes, met en question la place que la technologie a prise sur les communications réelles.

Sur ces 276 personnes, 38% se disaient être dans une relation sérieuse, 46% fiancés et 16% mariés. Pas du n’importe quoi, donc. Ils ont répondu à des questions sur leur relation ainsi que sur l’utilisation de la technologie au sein de celle-ci. La plupart d’entre eux (82%) ont affirmé envoyer des messages à leur partenaire plusieurs fois par jour. Et pas toujours des mots doux.

« La technologie est plus importante dans l’évolution d’une relation qu’avant. La façon dont les couples s’envoient des SMS a également un effet sur la relation », explique Schade.

Entretenir la relation

Aujourd’hui, la façon dont les couples s’envoient des textos relève de ce que les spécialistes appellent « l’entretien de la relation ». En gros, il s’agit de textoter pour rester sur la même longueur d’onde. Ces petites discussions, qui au pire envenimaient une relation, au mieux y mettaient du piment, on les avait avant en face à face. Aujourd’hui, on se contente de les avoir via nos écrans.

Si la discussion est extrêmement importante, pour ne pas dire le ciment du couple, par SMS, ce n’est pas la même histoire. Sandberg explique en effet qu’on a de grandes chances d’être un peu à côté de la plaque. Derrière son écran, comment savoir si l’autre est déçu? S’il a mal pris un message? Smiley triste.

Il y aurait, selon ces spécialistes, une certaine étroitesse dans les SMS qui peut causer des quiproquos. Mieux vaut donc ne pas tenter de se faire pardonner par texto.

A ceci s’ajoute une autre difficulté: les hommes et les femmes n’ont pas exactement la même appréhension des textos.

Les messages affectifs ont toujours la cote

– l’utilisation des messages pour s’excuser, résoudre des conflits, prendre des décisions, est associée à une moins bonne qualité de relation.
– envoyer trop de textos (quels qu’ils soient) est associé à moins bonne qualité de relation.
– exprimer de l’affection via sms améliore la relation. Ouf 🙂
Pour ces messieurs, l’envoi de nombreux SMS est donc mauvais signe. A tel point que les chercheurs se demandent si « lorsqu’ils mettent un terme à une relation, ils envoient plus de textos parce que c’est une forme de communication plus sûre. »

Mieux vaut donc régler ses problèmes en face à face. Au moins, on sait que les messages mignons et attentionnés restent une valeur sûre. C’est donc sans scrupule que vous pouvez continuer à écrire « je t'<3 ».

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.