Martin Parr
/

Martin Parr – Cherry Blossom

3 mins de lecture
257 vues

Nous sommes à l’aube du nouveau millénaire, au pays du Soleil-Levant. C’est là que le photographe britannique Martin Parr nous donne rendez-vous, par une douce journée de printemps.

Et Martin Parr nous invite dans le même élan à contempler les couleurs vives de milliers de fleurs de cerisier en pleine éclosion. Mais aussi à nous laisser surprendre, tant le photographe cultive la facétie sous toutes ses facettes…

Le temps des cerisiers: « J’aime créer une fiction à partir de la réalité. » Martin Parr

Martin Parr

Où l’on découvre un artiste tout en contraste.

2000, Tokyo. Le photographe Martin Parr est au Japon, pile pour la saison du printemps. C’est le moment idéal pour admirer l’éclosion des fleurs de cerisier. Un sujet parfait pour cet amoureux des couleurs vives ! Mais l’anglais à l’humour grinçant ne peut s’empêcher d’y ajouter sa petite touche personnelle…

En arpentant la ville, Parr commence une série de photos mettant en scène, sur chacune d’elles, ces fameuses fleurs de cerisier. Seulement, sur la majorité de ses clichés, il s’amuse à troquer les délicats cerisiers en fleurs contre leurs pastiches en plastique et tissu. Ces derniers ont en effet envahi Tokyo pour décorer les rues et les commerces. La toute première photo « Cherry blossom » mélange même fleurs artificielles, au premier plan, et vraies fleurs de cerisier en fond. Et l’illusion est totale !

Martin Parr

Mais quel message essaie donc de faire passer le facétieux photographe ? C’est en fait un Japon tout en contraste que Parr nous invite à découvrir. Bien que très attaché à ses traditions, le pays se modernise à pas de géant. Plus on avance dans la série de Parr, plus l’ultramoderne prend le dessus : viande en conserve, nouvelles technologies, bijoux fantaisistes…

Eh oui, alors que les lecteurs CD et jeux vidéo s’emparent des vitrines, la nature, elle, se fait de plus en plus lointaine. Par ce petit jeu de dupe, Parr immortalise une société en pleine mutation. Et quand on demande à l’artiste si ses photos sont tristes ou drôles, il répond « Les deux à la fois ! ».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Histoire précédente

Pets-de-nonne – Laurent Mariotte

Histoire suivante

Pas si important que cela , le petit déjeuner ?

Soutenez la Gay Life

Aidez-nous à conserver La Gay life gratuit et à créer du contenu de qualité.