/

Madonna aux Billboard Music Awards : un show epoustouflant

1 min de lecture
1400 vues

Madonna a interprété son single « Medellín » en compagnie de Maluma et de quatre hologrammes plus vrais que nature.

Il a fallu plusieurs mois à la star pour mettre au point sa performance aux Billboard Music Awards.

Dans un décor impressionnant recréant un petit village et un restaurant lisboètes, Madonna et le Colombien Maluma évoluent entourés de dizaines de danseurs, mais pas seulement.

À plusieurs occasions, le duo est rejoint par des hologrammes de Madonna, dans les différents costumes qu’elle porte dans le clip. Les téléspectateurs ont donc eu droit à cinq Madonna pour le prix d’une.

Madonna a donc offert au public un spectacle inédit et impressionnant à la pointe de la technologie.

Grâce à la réalité augmentée, la célèbre chanteuse s’est tout bonnement multipliée par cinq sur la scène pendant qu’elle interprétait la chanson Medellin en duo avec Maluma.

L’effet spécial fonctionne véritablement à merveille.

[row cols_nr= »2″][col size= »4″]

[powerkit_posts title= »Plus de Madonna » count= »2″ category= » » tag= »madonna » ids= » » orderby= »date » order= »DESC » time_frame= » » template= »grid »]

[/col][col size= »8″]
Les producteurs ont tout simplement ajouté quatre Madonna en réalité augmentée sur la scène, en plus de la vraie. Chacune d’entre elles était vêtue d’un costume différent. Lorsqu’ils apparaissaient et disparaissent, les personnages numériques s’évaporaient dans un nuage de confettis.

Pour créer cet effet, les producteurs du show ont utilisé la technologie de capture volumétrique afin de ” capturer ” la véritable Madonna lorsqu’elle dansait vêtue de différents costumes et munie de divers capteurs 3D.

Par la suite, l’entreprise de réalité augmentée Sequin s’est chargée de créer les clones numériques avec Unreal Engine et Brainstorm InfinitySet.

En 2006, Madonna avait déjà tenté l’expérience de l’hologramme en se produisant aux Grammy Awards en compagnie du groupe aux membres virtuels imaginés par Damon Albarn et Jamie Hewlett, Gorillaz.
[/col][/row]

C’était déjà réussi, mais loin de la fluidité et de la richesse déployée pour Medellín.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Histoire précédente

Beau gosse – Matheus Willian

Histoire suivante

Beau gosse – Patrick Downey

Soutenez la Gay Life

Aidez-nous à conserver La Gay life gratuit et à créer du contenu de qualité.