On le constate tous les jours, la multiplication des gadgets connectés a accru notre aliénation au boulot.

Nos boites email nous proposent même de prévenir nos contacts que nous ne lirons pas leurs missives dans l’immédiat par un message automatique, « Je ne suis pas disponible jusqu’au… blablabla », afin qu’ils cherchent immédiatement un autre moyen de vous filer du boulot pendant vos congés : téléphone, signaux de fumée, bouche à oreille, lettre cachetée…

Pour décourager les emails porteurs de requêtes, rien ne vaut un message automatique bien senti. Petite sélection.

« Je suis en vacances, vous pouvez m’adresser un mail, mais UN SEUL. Au-delà de cette limite, j’effacerai au hasard et sans les lire les messages pour n’en garder qu’un. Choisissez avec soin. Pour info, vous avez déjà envoyé un message. »

« Je suis en congés pour deux semaines, et à mon retour, j’aurai plein de boulot à rattraper. Au moins pour une semaine encore. En plus, je ne serai pas forcément hyper-efficace étant donné que je passerai mes journées à raconter mes vacances. Je serais vous, je laisserais tomber. »

« Je ne suis pas joignable par email, mais j’ai un téléphone mobile, dont je ne vous donnerai pas le numéro. Si toutefois vous parvenez à le deviner, je consentirai à prendre votre appel.

« Je ne suis pas joignable par email du 7 au 13 mai. En cas d’urgence, appelez les pompier. C’est le 18.

« Je ne suis actuellement pas au bureau, et vraisemblablement ivre mort quelque part dehors. Et vous, ça se passe bien au bureau ?

« Je suis actuellement indisponible. Pour toute question urgente ou importante, contacter l’un de mes supérieurs hiérarchiques, Mme Machin ou M. Bidule Si votre question n’est ni urgente ni importante, demandez-vous pourquoi vous m’envoyez un email. »

« Je suis actuellement absent du bureau pour un problème familial. Mon décodeur est HS et y’a une demi-finale de Coupe du Monde ce soir. Hors de question que je le regarde sur TF1. Je ne serai pas joignable non plus sur ma ligne téléphonique, je dois appeler la hotline. »

« Je suis sorti déjeuner, vous devriez essayer, c’est superPS : ce n’est pas une invitation. »

« Je suis en vacances, sans ordinateur, sans téléphone, et sans la moindre décence A mon retour, j’aurai surement de l’herpès et peut-être des MST. »

« Je suis au bureau, mais j’ai découvert que ce système de réponse automatique a considérablement réduit ma charge de travail. Je vous invite également à m’appeler pour m’entendre faire ce constat sur mon répondeur. »

Et vous, vous avez soigné vos messages d’absence ?

Source : Dudley Dawson sur Examiner.com

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.