Gay life

Les chiens comprennent aussi bien les mots que le ton

On le sait, l’Homme et le chien sont étroitement liés. Mais de récentes études ont prouvé que les canidés avaient encore plus de compétences que ce qu’on imaginait

Les chiens peuvent en effet comprendre des mots distincts et lire entre les lignes.

Des chercheurs ont découvert que les chiens utilisent les mêmes mécanismes cérébraux que les humains pour traiter les mots et les intonations. De cette façon, ils sont capables de comprendre le sens complexe derrière un certain vocabulaire et un ton de voix particulier.

Comme tout heureux propriétaire ou ex-propriétaire de chien le sait : le meilleur ami de l’Homme est loin d’être idiot. Il peut être entrainé à reconnaître un grand nombre de mots même si, sans surprise, il tend à reconnaître plus facilement des termes liés à la nourriture.

Pour étudier le processus neuronal caché derrière leur compétence linguistique, les auteurs de l’étude ont entrainé 13 chiens à s’allonger et rester immobiles dans un scanner d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) en écoutant la voix de leur maître. Pendant cette expérience, les chiens ont entendu des mots élogieux dits avec des intonations élogieuses, puis les mêmes mots avec des intonations neutres. Dans le même temps, les chercheurs ont localisé les zones cérébrales activées.

D’après les résultats, l’hémisphère gauche du cerveau des chiens est impliqué dans la distinction du sens des mots, quelle que soit l’intonation. Une zone de l’hémisphère droit, le gyrus ectosylvien moyen, est activée par les intonations uniquement : ce même processus a été observé chez l’Homme.

Comme pour les humains, les chiens ressentent du plaisir et de la joie quand le circuit cérébral de la récompense est activé. Ce dernier est une succession de différentes régions activées par des neurones qui communiquent en utilisant la dopamine comme neurotransmetteur.

Les scans IRM ont révélé que le circuit de la récompense des chiens n’est activé que lorsque les mots élogieux sont dits avec l’intonation correspondante, en témoigne l’augmentation de dopamine dans ces régions cérébrales clés. Les mots sans l’intonation ou l’intonation n’engendrent pas de réponse du circuit de la récompense. Le co-auteur de l’étude, Attila Andics, a déclaré que le cerveau canin « non seulement analyse séparément ce que nous lui disons de la façon dont nous lui disons mais aussi intègre ces deux types d’information afin de leur donner une signification unifiée ».

De plus, les résultats suggèrent que les mécanismes neuronaux nécessitant le traitement du langage auraient évolué il y a plus longtemps que ce que l’on pensait. Ils pourraient donc ne pas être réservés aux hommes et aux primates! Attila Andics atteste que cette étude « apporte un nouvel éclairage à l’apparition des mots dans l’évolution du langage. Ce qui rend les mots exclusivement humains n’est pas une capacité neuronale spéciale, mais le fait que nous les utilisons ».

Avec Daily Geek Show

Vous aimerez aussi

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus dans Gay life