noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent
/

Histoire gay – la surprise du 24 décembre

17 mins de lecture
772 vues

Après presque un mois de quête sexuelle, normalement c’est cette nuit que je devrais connaître le nom et peut-être même le visage du mystérieux inconnu qui m’a offert ce fameux et spécial calendrier de l’avent sexy et gay.

Aujourd’hui je finis tôt aussi, réveillon de noël oblige.
Mais en attendant, je vais aller ouvrir mon calendrier.

La case du 24 est deux fois plus grande que les autres. Cacherait-elle plus que les autres?
Je vais vite être fixé.
J’écarte la double fenêtre, dessous je découvre un biscuit en forme de sapin, il est en pain d’épices. Comme je viens de me lever, je croque dedans, ça me fera mon petit déjeuner.
Dessous un message roulé avec autour un ruban rouge.
Tiens…le message n’est pas juste plié comme les autres.
Là cela fait très solennel, comme si j’allais recevoir un diplôme ou comme si j’allais enfin trouver le saint graal…

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent
calendrier enzo 24

Je dénoue le ruban, déroule le papier et commence à lire:

« Enzo, tout d’abord merci d’avoir joué le jeu jusqu’au bout avec ces « missions » quotidiennes. J’espère que tu as pris beaucoup de plaisir durant ces 23 jours. En tous les cas, de ce que j’ai suivi de ton parcours, tu en as rendu plus d’un heureux. Nous sommes le 24 décembre, es-tu prêt à découvrir ton cadeau ? Oui je n’en doute pas Après ton réveillon que tu fais chez des amis de ce que je sais… tu devras te rendre à 0h30 sur la place en bas de chez eux. Sous le grand sapin qui la décore, tu découvriras un paquet cadeau… J’espère qu’à l’inverse de toutes les personnes tu n’auras pas été sage du tout durant cette année, pour que le père Noël te récompense à sa façon! ».

Et bien j’ai hâte que minuit sonne et que le jour de noël soit là!

Je me prépare et je pars travailler.
Les gens sont speed, ils courent après les derniers cadeaux pour demain.
Je suis fatigué par ce mois de décembre et ces grosses journées. Sans parler de cette initiation sexuelle quotidienne.
Mais ce soir ou plutôt demain matin tout cela prendra fin… j’ai autant envie de dire heureusement que malheureusement…

17h, fin de ma journée.
On boit une petite coupe de champagne avec les collègues avant de partir chacun chez soi, se préparer pour la soirée du réveillon.

18h, j’arrive chez moi.
Je me mets à l’aise, je me fous à poils et me prélasse sur le canapé devant des bêtisiers de noël.
Mon dîner chez Juan et Maxime, où nous serons six avec un couple d’amis commun : Arthur et Simon, ainsi qu’un pote à eux que je ne connais pas s’appelant Pablo, n’est prévu que pour 20h45.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent
Tom Daley

Est ce que mon mystérieux inconnu serait permis eux? Réponse ce soir à 0h30…

19h45, je file sous la douche et me faire beau.
Ce soir je porte une chemise bleu nuit, un pantalon noir, et une cravate bleue avec quelques points dorés dessus.

20h20, je monte dans mon taxi, direction le 71 Place Chassaigne-Goyon dans le 8ème.
Je tape le code pour entrer dans l’immeuble, puis sonne à l’interphone de Juan et Maxime.
On m’ouvre, je prends l’ascenseur pour le 4ème étage.
Une seule porte par pallier.
La porte est déjà ouverte, et j’entends Juan me dire d’entrer.

Je pénètre dans leur bel appartement, richement décoré. Je me dirige vers le salon où est posé maxime sur le canapé, pendant que Juan est en cuisine en train de préparer l’apéro.
Je fais la bise à Maxime, et file en cuisine déposer la bouteille de champagne que j’avais prise pour la mettre au frigo.

Je lui fais la bise, on papote, Maxime nous rejoint.
Juan propose qu’on se boive une petite coupe pour se mettre en jambe.
Je n’ose pas leur parler de mon calendrier de l’avent, ça pourrait être un des deux.

beaux petits culs sapin
beaux petits culs sapin

On passe au salon en attendant les autres.
C’est d’abord Pablo qui arrive, suivi à quelques minutes d’intervalle d’Arthur et Simon.

Tout le monde a déposé son présent de Noël au pied du sapin.
Nous allons pouvoir commencer à festoyer.

L’apéro et le repas se font au champagne.
La soirée se passe bien, il y avait un petit bout de temps qu’ on ne s’était pas retrouvé.
On fait une petite mise au point sur nos vies ces derniers mois et moi j’apprends aussi à connaître Pablo.

La soirée est très agréable.
Petits fours, et pain surprise pour l’apéro.
Huîtres, homards et queue de lotte, fromage et en dessert une bûche glacée banoffee.
La soirée est bien arrosée, les langues se délient et surtout la mienne, car je leur fais part de mon calendrier et du mystérieux inconnu.

Tous sont un peu sur le cul d’écouter mon récit même si je ne rentre pas dans les détails. Sinon ils seraient tous excités.
Mais au vu de leur réaction, je doute finalement que cela soit l’un d’eux.

23h30, on passe au salon, on a plus envie d’attendre pour ouvrir nos cadeaux.
Chacun donne à la personne le cadeau qu’il avait en charge de trouver par tirage au sort.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Moi j’avais dû trouver quelque chose pour Maxime.
Je lui ai pris un porte carte en cuir avec une pince à billet en argent massif.

Mon cadeau m’est offert par Simon.
Voilà on est tous prêt à les ouvrir.
Je découvre le mien. C’est une carafe ancienne en cristal pour ma collection. Il l’a chiné pour moi.

Une fois les présents déballés, nous fêtons le jour de noël avec une nouvelle coupe de champagne.
Il est 0h05 ….
Tic tac tic tac c’est bientôt l’heure de connaître mon mystérieux inconnu.

0h20, je commence à dire au revoir à nos hôtes et convives. Je leur dis peut être à tout à l’heure, mais si a 1h je ne suis pas revenu c’est que je ne serai pas seul.

0h25 je descends et me dirige sous le sapin de la place Chassaigne-Goyon en face de chez Juan et Maxime.
Un grand et magnifique sapin aux couleurs vives et scintillant de mille feux.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Me voilà dessous.
Mais personne ne m’y attend.
Je me demande si ce n’est pas un canular finalement. Je regarde l’heure à mon tél : 0h33…
Je suis déçu, mais peut être qu’il a un léger contre temps.
Là je reçois un message me disant de faire le tour de l’arbre et que la surprise se trouve derrière.
Je m’empresse d’y aller.
Mais personne.
Je regarde au sol, et découvre un paquet cadeau.
Je m’approche, et lis le mot sur l’enveloppe: Enzo.

C’est bien pour moi.
Je le saisis, déchire le papier cadeau qui laisse apparaître une boîte en bois laquée noire.
Je l’ouvre , une Music de noël se déclenche : last christmas de George Michael.
Un mot au fond.
Je le prend et commence à le lire :
Mon bel Enzo, rejoins moi à l’hôtel bradford Elysées au 10 rue saint philippe du roule paris 8 et monte à la chambre 6 du 3 ème étage….

Tout excité, je poursuis ce jeu de piste et me dirige vers l’hôtel qui n’est pas très loin à pieds.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Me voici devant, j’entre dans le hall, ou un portier m’ouvre.
Personne ne me demande quoi que ce soit.
Je prends l’ascenseur qui se situe sur la gauche et je monte au 3ème étage.

Les portes s’ouvrent sur un couloir très feutré et chaleureux.
Je regarde à droite, puis à gauche, je repère que pour aller vers la chambre six il faut que j’aille à droite.

Sur la poignée de la chambre, il y a un mot et une espèce d’écharpe de soie noire.
Je prends le mot, l’ouvre pour le lire : Enzo, prends ce foulard et bande toi les yeux avec, puis entre dans la chambre, et laisse toi guider par ma voix.

Je pousse la porte, j’entre dans la chambre, j’y vais à tâtons, quand une voix masculine casse le silence en me disant : « tout droit enzo, attention un peu sur ta droite, maintenant plus sur ta gauche , voilà stop. Arrête toi ici ».
La voix est chaleureuse , rassurante, enveloppante, je sens qu’elle ne me veut pas de mal. Mais je n’arrive pas à savoir, à la reconnaître. Et donc à mettre un nom ou un visage dessus.

Il s’approche de moi, m’enlève mon blouson, il sent bon, je crois que son parfum c’est déclaration de cartier . Il m’enlève ma cravate et déboutonne le haut de ma chemise.
Je sens ses mains effleurer ma peau , sa respiration, son souffle…

Je me laisse faire , je suis en confiance.
Il me fait m’avancer et m’asseoir sur le canapé visiblement.
Je l’entends déboucher une bouteille de champagne et nous servir deux coupes.
Il me saisit la main pour me donner mon verre.
Il trinque contre le mien et nous souhaite un joyeux noël.
Nous buvons une gorgée, une grande pour ma part.
Puis il reprend mon verre pour le poser sur la table j’imagine.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Je lui demande si je peux enlever le bandeau, mais il me répond que non. Que je dois le garder jusqu’à ce qu’il me le dise.

Il se rapproche de moi et vient m’embrasser.
Ses lèvres sont chaudes et rousses.
Il a une légère barbe où il est mal rasé sinon.
Il sent bon.
Il continue de me déboutonner ma chemise.
Je pose une main sur son torse, il est en chemise aussi.
Je cherche son col pour lui déboutonner aussi la chemise.
Je passe ma main dans sa chemise à présent ouverte.
Il est poilu mais pas trop et a les pecs plutôt dessinés.
Il me caresse le torse et les tétons.
Je viens lui enlever sa chemise.

Je parcours le reste de son torse, direction le bas ventre et son pantalon, que je viens dégrafer au niveau de la ceinture et baisser sa braguette.
Je passe ma main sous la ceinture de son sous-vêtement pour lui caresser la bite.
Il bande déjà, et le morceau à l’air d’être conséquent.
Une belle queue droite, et entretenue.
Je le branle un peu avant de lui dégager les couilles.
La voilà libérée complètement.
J’ai qu’une envie maintenant, de pouvoir la découvrir avec mes lèvres, ma bouche, ma langue. La déguster tel un sucre d’orge de noel.

Je descends du canapé pour me mettre à ses genoux, il se cale dans le dossier, écarte les cuisses pour me laisser libre accès à son sexe tendu.
Je le tiens d’une main, rapproche ma tête, et viens passer un coup de langue sur le gland.
C’est chaud et doux.
Je viens faire quelques tours avec ma langue avant de poser mes lèvres dessus et commencer à lui sucer le gland. Il est épais mais pas plus gros que la tige. Elle est droite du gland à sa base.
Je m’enfonce doucement sur sa queue.
Pour en découvrir la longueur, je vais jusqu’à au bout, elle est pas mal du tout, je dirais un bon 19 cm.
Je reste avec son dard en fond de gorge, le temps de bien saliver dessus et apprécier le morceau.
Il me caresse le visage et le cou d’une main, et de l’autre le torse. S’attarde sur mes tétons qu’il pince et travaille chacun leur tour.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Je commence à m’activer sur sa queue, je le pompe, je remonte bien en haut avant de redescendre langoureusement jusqu’à la garde.
Je fais l’amour à sa bite.
Je me délecte.

Il lâche ma nuque et mes tétons, je l’entends prendre un truc, et le dévisser.
Je reconnais l’odeur.
Il vient placer le flacon sous mon nez, pour que j’inhale du poppers.
Puis en prend à son tour.
Je suis déjà bien excité par cette mise en scène et l’ambiance qu’ont ces premières heures de noël.
La chaleur envahit mon visage, je reprends à le pomper. Mais cette fois j’y mets un peu plus de vigueur, que j’alterne par moment avec le léchage de sa teub du haut en bas en allant jusqu’à ses couilles pour les gober.

A lire aussi   Les petits culs de La Gay Life #50

Il a maintenant ses deux mains posées sur ma tête, il suit la cadence que j’exerce sur sa belle queue.
Et soudain, il me bloque dessus, au moment où il est en fond de gorge et me maintient ainsi.
Je viens poser mes deux mains de chaque côté de son bassin, pour toucher sa peau.
J’aime son grain de peau et le contact de celle-ci.

Il me relâche, je reprends la succion de son manche épais et long.
Il continue de me bloquer en fond de gorge de temps à autre, au gré de son plaisir.
J’ai la queue raide aussi, je viens l’extirper de mon pantalon. Et me branler.
Il nous redonne du poppers.
Puis vient s’occuper de mes tétons. Il sait que j’aime ça, que ça me rend dingue.
Il ne parle pas, on entend juste nos respirations et souffles, les bruits de ma bouche sur sa queue.
Que c’est bon, je savoure ce moment.

Après une vingtaine de minutes, il me fait me relever, se lève à son tour.
Nous enlevons le reste de nos habits. Que nous laissons tomber autour de nous sur le sol.
Il me prend la main, nous faisons une dizaine de mètres, il me fait m’asseoir cette fois sur le lit, nous sommes maintenant donc dans la chambre.
Il me dit de sa voix suave de m’allonger au milieu.
Il me rejoint, il est à genoux entre mes cuisses, il me les replie, et vient me sucer la rondelle et la titiller avec sa langue.
Il me le caresse également avec ses doigts, fait pénétrer ceux-ci, ainsi que sa langue.
Je viens lui appuyer sur la tête d’une main, et la lui caresser aussi.
Il me bouffe le cul avec dextérité et délicatesse.
Il me prépare à recevoir sa bite.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Il se redresse, et je le sens se mettre debout pour venir m’enjamber, et s’assoir sur mon torse.
Il me tape sa queue sur les lèvres, que j’ouvre.
Il me pénètre la bouche, il a envie que je le pompe encore.
Mais je suis bloqué sur le lit, alors je redresse un peu la tête, pour qu’il ait un meilleur axe. Puis il commence à me limer la bouche.

Je me laisse baiser.

Il est doux, mais ferme en même temps.
Il a une cadence raisonnable. Il me fait des gorges profondes.
Je sens son cul bouger sur mon torse, au rythme de ses coups de queue.
Il semble ferme et rebondit.
Le mystérieux inconnu, qui n’est plus tout à fait un inconnu puisque je connais déjà son corps, son parfum, sa voix…me fait déguster sa queue.

Je bande toujours autant, ayant les mains libres, je me branle en lui caressant le haut des fesses.
Il ralentit, puis se retire de ma bouche que je laisse ouverte, croyant qu’il allait replonger dedans.
Mais à la place il crache dedans avant de venir me rouler une pelle.

Il saisit à nouveau quelque chose sur la table de chevet, le dévisse, c’est du poppers.
Il en prend, et m’ en donne aussi.
Il recule sur mon corps , vient me lécher les tétons et les mordiller, il s’est placé à genoux entre mes cuisses , que j’avais préalablement ouvertes.
Tout en s’occupant de mes tétons, il vient me glisser deux doigts dans le trou.
Il me doigte.
Putain que c’est bon.
J’ai la rondelle ouverte, excitée par ce qu’il me fait et le poppers que nous prenons.

Il descend vers ma bite, il vient me pomper.
Je lui tiens la tête des deux mains.
Il me doigte toujours.
J’écarte davantage les jambes.

Il lâche ma queue, vient goûter à nouveau à mon cul.
Me replie les jambes de chaque côté de mon torse, sa langue cesse, il se redresse, avance un peu vers moi.
Je sens maintenant son gland qui se pose sur ma rondelle.
Ça y est, il va me pénétrer.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Il pousse avec sa queue, mon trou s’ouvre, il s’enfonce en moi.
Il va jusqu’au plus profond, jusqu’à ce que mon cul touche son bassin.
Il est là bien en moi, ne bouge plus.
Il doit me regarder, et découvrir si la lumière est allumée, le sourire que j’ai à ce moment-là.
Il reste comme ça une ou deux minutes, tout en faisant parcourir ses mains sur mon torse, me carresse et me pince les tétons. Puis il vient se placer en tension sur ses avant bras qui se trouvent de chaque côté de mon torse.
Il commence à me limer le trou.
Il rentre et ressort, puis accélère, et se bloque au fond après avoir donné un grand coup de queue en moi.
Il recommence, il me donne de grands coups de bite, je gémis à chaque fois qu’il tape au fond.
Puis il se calme, et me baise tendrement maintenant.
Il alterne ainsi entre bestialité et tendresse.
On se roule des pelles de temps à autres.
Je redresse mon buste, me cale sur mes coudes pour avoir le visage près de son torse et pouvoir l’embrasser, le lui lécher, goûter à ses tétons, sucer son cou.

Je n’ai toujours pas enlevé le bandeau de sur mes yeux.
J’aimerais pourtant voir qui est l’homme qui me fait l’amour le matin de Noël.

Il me fait changer de position, je me retrouve à présent à quatre pattes sur le lit, lui derrière moi en train de me bouffer le cul, pendant que je prends du poppers.
Une fois le poppers partagé, et le flacon refermé, il m’attrape par les hanches et plonge sa queue en moi.
Il me baise bien à fond, je sens ses couilles venir se frotter aux miennes.
Je me branle et de l’autre main je viens lui caresser sa queue et ses couilles pendant qu’il me pilonne le trou.

Il parle à nouveau et me demande de venir mettre mes doigts dans mon Cul pour rejoindre sa queue. Sa voix m’est familière mais je n’arrive pas à mettre un nom sur ce timbre.J’en glisse d’abord un, puis deux.
Je sens sa queue glisser contre mes doigts, lui masser le dessous de la tige.
Je suis posé sur le haut de mon torse, le cul bien en l’air, il crache régulièrement sur mon cul et sa queue pendant qu’il me baise.

Cela doit faire une petite heure qu’on sexe, il me fait à nouveau changer de position.
Cette fois il s’allonge sur le lit et me demande de venir face à lui, et de m’empaler sur sa queue, qui est toujours aussi raide.

Je suis accroupi sur lui, sa queue en moi, il prend le poppers pour en reprendre et m’en redonner. Il vient placer ses mains de chaque côté sous mes fesses, il replie un peu les jambes, pour s’appuyer dessus, je reste en position, et là il me cartonne la rondelle telle une mitrailleuse.
Il me fait jouir du cul en à peine 5 min, tellement il me pilonne fort et tape dans ma prostate.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Je gémis, je transpire, j’ai les deux mains sur son torse, je saisis à pleines mains ses pectoraux pour m’y agripper. Et éviter d’être propulsé en avant sous la force des ses coups de reins.
Mes doigts traversent ses poils, lui pincent les muscles, je sers autant que je peux, aussi fort que l’intensité qu’il met à me faire jouir du cul.
J’en ai la mouille qui coule sur son ventre.

J’ai soif, je lui demande du champagne.
Il saisit les coupes qui se trouvent à la tête du lit, m’en tend une.
Nous faisons une pause le temps de prendre quelques gorgées.

Une fois rafraîchi, il me fait me mettre à califourchon sur lui.
Cette fois, il ne peut plus me limer comme tout à l’heure.
C’est à moi de jouer avec sa queue, de la baiser avec mon Cul.
Je fais coulisser ma rondelle tout du long et je viens taper fort à la base de sa queue.
Nos peaux collent de sueur, mes fesses sur ses cuisses et son pubis font des claquements.

Je suis comme une chienne en chaleur, qui n’a pas assez d’une queue, je m’enfonce dessus comme pour lui avaler la bite avec mon cul.
Il pousse des râles, et moi je gémis, je pousse des cris.
Je jouis à nouveau du cul. Qu’il me claque de temps en temps d’une main, pendant que l’autre me tire sur les tétons.

Je ralentis, je reste enfoncé sur sa queue, le temps de lui rouler quelques pelles.
Il me caresse le dos, les fesses, et le torse.
J’écarte un peu mon trou au-dessus de lui, pour qu’ il puisse me baiser à nouveau à son tour.
Il recommence à bien me pilonner le trou.
Je me branle en même temps.
Et je me fais les tétons, qui sont développés et mega durs d’excitation.

Je saisis le flacon de poppers qui se trouvait pas loin de sa tête sur le lit.
En prends quatre grandes rasades.
Je suis pas loin de juter.
J’arrête de me branler.
Lui me fait basculer sur le côté, me lève une jambe en l’air, et me baise comme ça.
Je sens toujours autant sa queue, elle tape fort et profondément.
Son souffle est court, je sens l’air chaud qui vient passer dans mon cou.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Il me dit qu’il va me remplir comme j’aime, comme tous ces mecs l’ont fait durant cette quête du plaisir durant ce mois.
Qu’il va marquer son territoire, qu’il est le dernier à passer. Que maintenant je lui appartiens.
Il me cartonne encore quelques minutes.
Et là, explosion de jus dans mon cul. Il m’inonde littéralement de l’intérieur.
Je sens chaque contraction de sa queue lorsqu’elle déverse ce nectar abondant de mâle.
Je n’ai même pas besoin de me branler que je jute aussi sur le lit.
Un beau flot de sperme jaillit de ma bite.
Il ressent que je jute car mon trou se resserre sur sa queue.
Il reste en moi, me laisse reposer ma jambe sur le lit, et il m’enlace.

Épuisé, nous nous endormons ainsi, et sans que je n’ai enlevé mon bandeau, sans connaître le visage de celui qui vient de me faire l’amour en ce matin de Noël et qui a joué avec moi pendant 24 jours au gré des découvertes du calendrier de l’avent.

Je me réveille avant lui, mon bandeau a été dénoué durant mon sommeil.
Le soleil perce au travers des rideaux de la chambre d’hôtel.
Je me retourne pour voir celui qui se trouve encore à côté de moi….

Le visage de Thomas apparaît dans la lumière du jour.
Il ouvre les yeux et me lance un regard malicieux et me dit: surprise!! Pas trop déçu?

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Je ne lui réponds pas de vive voix, mais viens l’embrasser en guise de réponse.

Qui est Thomas vous demandez-vous?

Thomas est mon meilleur ami d’enfance, qui vit a New York, et qui connaît tout de moi et de ma vie.
Je crois qu’ au fond de moi, j’ai toujours été amoureux de lui, mais la vie nous a fait prendre des chemins différents.
Je lui demande ce qu’il fait là, pourquoi tout ça?

Il me répond, qu’il revient s’installer en France, et plus précisément ici à paris, et qu’il ne voulait plus perdre de temps et vivre une belle histoire avec moi.

noël,réveillon,hôtel,histoire gay,calendrier de l'avent

Joyeux Noël Enzo…

2 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Histoire précédente

Beau gosse du jour – From Reims, …

Histoire suivante

Vidéo gay – Bel Ami en folie

Soutenez la Gay Life

Aidez-nous à conserver La Gay life gratuit et à créer du contenu de qualité.