Gay lifeQuoi de neuf

La terre sans les humains

Que deviendrait la terre si tous les hommes disparaissaient ?

Tel Thanos, le super-vilain de l’univers Marvel, imaginez que vous puissiez faire disparaître toute l’humanité d’un simple claquement de doigts. Que se passerait-il alors sur Terre ? La nature reprendrait-elle ses droits ? Qu’adviendrait-il des réacteurs de nos centrales nucléaires ? Quels animaux prospéreraient et quelles espèces s’éteindraient ? Voici un petit exercice de fiction qui montre deux choses : à quel point la Terre peut très bien se passer de l’Homme et à quel point ce dernier a modifié son environnement au cours des deux derniers siècles.

24 heures après, une grande partie des lumières disparaîtrait.

C’est la fin de l’électricité. En effet, une majorité des centrales électriques fonctionnent grâce aux énergies fossiles (charbon, uranium…), et il n’y aurait plus personne pour les alimenter. Les centrales nucléaires passeraient automatiquement en mode « sécurité ». Les groupes électrogènes prendraient le relais pour quelques heures seulement dans certains bâtiments comme les hôpitaux. Seules les centrales hydrauliques et pour un certain temps les éoliennes et les panneaux solaires produiraient de l’électricité. Après 48 heures, les métros du monde entier se retrouveraient submergés par les eaux. Les « pompes » qui les protègent des eaux souterraines ne pourraient plus être en mesure de fonctionner sans l’action humaine.

Une semaine après, la plupart des animaux domestiques vont mourir.

Une très grande majorité des animaux agricoles, soit des milliards d’individus, est enfermée dans leur enclos et meurt de soif et de faim. Nos animaux de compagnie vont subir le même sort s’ils n’arrivent pas à s’échapper du logement de leur maître. Certaines races de chiens, tels que les chihuahuas, les caniches, les bassets et les bouledogues, finiraient aussi par mourir, car elles ne sont plus adaptées à une vie sauvage et seraient incapables de chasser.

1 an plus tard, la nature reprend ses droits.

Les arbres et les plantes pousseraient de manière incontrôlée. Le CO2 serait absorbé de plus en plus rapidement, le réchauffement climatique et la pollution de l’air ne seraient que de mauvais souvenirs. Le nombre d’étoiles visibles dans le ciel nocturne serait beaucoup plus important. Les espèces autrefois chassées se reproduiraient librement. Petit à petit, les satellites commenceraient à retomber sur Terre par absence de maintenance depuis la Terre.

Seul point noir pour la nature, la pollution continue.

Les centrales nucléaires finiraient par relâcher des rejets toxiques dans les airs quand l’eau du circuit primaire qui refroidit le cœur du réacteur se sera évaporée. Avec près de 450 réacteurs en service (sans compter le nucléaire militaire, notamment les navires de guerre), le taux de radioactivité monterait en flèche et resterait élevé pendant plusieurs centaines d’années, ce qui tuerait de nombreux animaux. Les puits de pétrole seront aussi des sources de contamination importantes. Même abandonnés, ils vont continuer à émettre des quantités importantes de méthane alors que les raffineries seront en proie aux flammes pendant des mois. Les usines chimiques vont aussi petit à petit déverser leurs lots de produits toxiques dans la nature.

Petit à petit, les traces de notre civilisation vont disparaître.

15 ans après la disparition de l’humanité, la végétation recouvre toutes les routes. Au bout de 30 ans, certains immeubles commencent à s’écrouler. Les villes forment un nouveau type d’écosystème mêlant structures humaines et végétation. Dans l’océan, le corail prolifère en recouvrant les épaves des bateaux. Dans 60 ans, les océans auront entièrement reconstitué leurs stocks de poissons.

La nature reprend possession de l’ensemble des espaces que l’être humain avait investis.

Après 200 ans, les barrages cèdent, les cours d’eau retrouvent leur cours naturel. Le climat pourrait changer avec un refroidissement à la clef. Le Canada pourrait être entièrement recouvert de glace. Enfin, dans 500 ans, les forêts auront retrouvé leur état d’il y a 10 000 ans. Des villes comme Dubaï et Las Vegas seront ensevelies sous le sable. Nos constructions les plus gigantesques auront disparu dans 10 000 ans. Seuls quelques objets en plastique et en verre seront encore présents. Plus loin dans le futur, après 300 millions d’années, des archéologues extraterrestres qui visiteraient notre planète ne trouveraient probablement plus aucune trace de notre existence…

copyright 1 innovation par jour.  

Vous aimerez aussi

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus dans Gay life