Homosexualité – les tribus gay

L’homosexualité : des premières théories psychiatriques aux hypothèses actuelles pour en expliquer les causes !

Les premières classifications psychiatriques présentent l’homosexualité comme une déviance sexuelle. C’est également un comportement réprimé par la loi dans la plupart des pays d’Europe. Pourtant, quelques pionniers de la sexologie se prononceront en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité… sans succès !

Avant la seconde guerre mondiale, la plupart des classifications psychiatriques sont européennes. Mais après la guerre, la psychiatrie américaine domine le monde. Et les différentes versions successives du DSM (manuel américain de psychiatrie) vont progressivement s’adapter au besoin de normalisation de la communauté homosexuelle.

Dans les précédents minisodes, on a vu qu’il était impossible de catégoriser l’orientation homosexuelle sans se référer à un ensemble de normes et de jugements de valeur.

Impossible ? Pas si sûr ! La notion de tribu gay est une bonne illustration de classification non stigmatisante, favorisant le sentiment d’appartenance à une culture.

à suivre…

Réagissez à cet article !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Sexy chef - Salade Thaï Fenouil, Mangue et Crevettes

Article suivant

Vidéo gay - Un jeu sexy et totalement déjanté





Vous aimerez aussi
Lire la suite

Le beau gosse au tournesol

On vous présente le beau gosse Luis photographié par Franco Baggi Maffioli dans une série d'images autour du tournesol
Lire la suite

Retour sur les clichés homosexuels

A l'occasion du retour sur les planches de la pièce culte LePlacard écrite et mise en scène par Francis Veber, avec Elie Semoun, revenons sur les clichés homosexuels qui nous énervent le plus.
[...]
Lire la suite

Documentaire – Lesbiennes d’Atlanta

À Atlanta la tolérante, il fait bon vivre pour les lesbiennes…. Troisième communauté homosexuelle du pays (après New York et San Francisco), Atlanta compte autant d’homosexuels hommes que de lesbiennes.
Total
0
Share