La division Services et terminaux de Nokia a été absorbée par Microsoft et de fait la marque elle-même disparaît.

Qui n’a jamais eu un mobile Nokia à la main ? Revenons sur les temps forts de l’épopée high-tech de l’entreprise finlandaise en images, avec quelques mobiles et smartphones qui ont certainement été vos compagnons de nombreux mois.

1987 : Le premier Nokia vraiment mobile

Nokia-Retrospective-0001

En 1987, Nokia crée le Cityman, le premier téléphone vraiment mobile, car il tient dans la main ! Bon, ça restait une sacrée brique de 800 grammes, soit huit fois plus d’un iPhone 5s . Il fonctionnait sur les réseaux NMT (Nordic Mobile Telephony), une technologie cellulaire pré-GSM déployée dans les pays scandinaves. L’un de ses premiers utilisateurs a été Mikhail Gorbatchev, à l’occasion de la visite d’un salon high tech en Finlande. Depuis, ce modèle avait gagné son surnom : le « Gorba ».

1992 : Le 1011, le premier mobile qui permet d’envoyer des SMS

Nokia-Retrospective-0002

Un mythe ! Le 1011 est le tout premier téléphone à la norme GSM commercialisé, et le tout premier aussi à permettre l’envoi des SMS. Lancé en 1992, il ne pesait « que » 475 grammes, un poids qui provenait principalement de sa batterie nickel-cadmium, évidemment bien moins efficace que les batteries aux ions lithium d’aujourd’hui. On ne pouvait téléphoner que pendant une heure et demie, avant de devoir chercher une prise électrique.

1996 : Le « Matrixphone »

Nokia-Retrospective-0003

Nous sommes en 1996, le 8110 est le téléphone le plus tendance. Pour une bonne raison : ce téléphone mobile haut de gamme était le premier à disposer d’un clapet qui glisse par-dessus le clavier. Ce qui permettait d’amener le micro plus près de la bouche et donnait l’occasion de faire un geste très cool. Suffisamment en tous les cas pour être sélectionné par les réalisateurs du film Matrix : eh oui, quand Neo est au boulot et qu’il reçoit un coup de fil de Morpheus, il décroche sur un Nokia 8110.

1996 : Le Communicator, l’ancêtre du smartphone

Nokia-Retrospective-0004

C’est également en 1996 que sort le fameux Nokia Communicator, l’ancêtre du smartphone, qui va vite devenir le compagnon indispensable des cadres et dirigeants aux agendas chargés. A première vue, on dirait qu’il s’agit juste d’un gros téléphone mobile. Erreur : il peut s’ouvrir comme une huitre et révèle alors un clavier complet et un grand écran (noit et blanc) de 4,5 pouces. Le monde de la communication s’ouvrait enfin à l’homme d’affaires connecté: téléphone, fax, SMS, accès Internet, carnet d’adresses, calculatrice, etc. Avec ça, on passait un peu pour James Bond !

2000 : Le 3310, le carton absolu

Nokia-Retrospective-0005

Le Nokia 3310 a été l’un des téléphones les plus populaires au monde, et demeure aujourd’hui certainement le plus célèbre du constructeur finlandais. Bi-bande 900/1800, compact, peu lourd (133 grammes), forme légèrement arrondie, écran 5 lignes, il avait tout pour plaire et est devenu rapidement un objet culte. Environ 126 millions d’exemplaires ont été écoulés jusqu’en 2006, date d’arrêt de production. Et impossible de compter le nombre d’heures perdues par ses utilisateurs sur Snake…
A noter que les nostalgiques peuvent encore en acheter un auprès de Lëkki, qui les recycle !

2002 : Le premier mobile sous Symbian

Nokia-Retrospective-0007

Le 7650 n’a pas eu le même succès que le 3310 mais marque une étape importante dans l’histoire de la téléphonie mobile : celle de la douce transition vers les smartphones. Cet appareil est le premier a embarquer l’OS Symbian, qui équipera tous les futurs smartphones de la marque durant de longues années. Et il embarque aussi, une première sur un Nokia, un appareil photo, de 0,3 Megapixels seulement !

2003 : Le téléphone le plus vendu au monde

Nokia-Retrospective-0008

On ne le connait pas très bien dans nos contrées, mais le Nokia 1100 est à ce jour le téléphone le plus vendu au monde. Ce mobile était destiné aux pays émergents, des marchés dans lesquels Nokia a toujours été très présents. Ultrabasique et peu cher, il a été vendu à plus de 250 millions d’exemplaires !

2003 : Le flop Ngage

Nokia-Retrospective-0000 Etait-ce un téléphone ou une console de jeux ? Les deux à la fois. La Ngage était un gros pari pour la firme, qui souhaitait entrer de plain pied dans l’univers des jeux vidéo. Pari raté, notamment d’un point de vue ergonomique : le téléphone était mauvais -les micros étaient placés sur la tranche, par exemple- et changer de cartouche de jeu relevait du calvaire, puisqu’il fallait enlever la coque arrière puis la batterie pour atteindre le module. Autre menu souci : après une première série de jeux, les développeurs ont fui la console, dont la logithèque est restée, du coup, bien maigre… Seuls deux millions d’exemplaires ont pu être vendus.

2004 : Le premier Nokia tactile

Nokia-Retrospective-0009

Ce drôle d’OVNI est la première tentative de téléphone tactile de Nokia. Le 7710 avait un immense écran de 640 x 320 pixels, et c’est au stylet qu’on le contrôlait. Il disposait aussi d’un Symbian (Series 90) très complet pour l’époque. Cela ne l’empêchera pas de connaître l’échec.

2007 : Le mobile qui a tenu tête à l’iPhone

Nokia-Retrospective-0010

Lancé la même année que le premier iPhone, le N95 lui tiendra tête avec force. Pas tactile, assez classique d’un point de vue design, il combine toutefois de nombreux avantages : contrairement à l’iPhone, il est 3G et celle-ci se démocratise enfin, grâce à l’arrivée des forfaits illimités. Il a aussi un meilleur appareil photo et des fonctions multimédias avancées dont l’iPhone ne dispose pas encore.

2009 : Le N97, un ratage tactile

Nokia-Retrospective-0011

Deux ans après le premier iPhone, Nokia commence a subir les effets de la transformation forcée du marché vers des mobiles à grand écran tactile. Son N97 tente de combiner le meilleur des deux mondes en proposant un écran tactile et un clavier complet. Seul souci : il est buggué jusqu’à l’os. Il symbolise aussi un certain déclin de la marque…

2011 : Le N9 ou La renaissance avortée

Nokia-Retrospective-0012

Le système Symbian n’a pas réussi à prendre le virage du tactile, désormais dominé par l’iPhone et les mobiles sous Android. Alors Nokia tente de se refaire avec un autre OS, Meego. Le N9 est un excellent terminal et Meego un système prometteur. Mais patatras, la firme se rapproche au même moment de Microsoft et abandonne Meego pour se concentrer sur Windows Phone.

2011 : La saga continue… avec Microsoft

Nokia-Retrospective-0013

Toujours en 2011, un mobile quasi-identique au N9 est lancé. A une petite différence près : il tourne sous Windows Phone 7.5. Le Lumia 800 est le premier d’une gamme dont le destin est désormais entre les mains de Microsoft.

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.