Notre histoire gay avec Tristan, 35 ans, qui est photographe professionnel à Brest. Il bosse pas mal au printemps et pendant l’été pour les photos de mariage. Ce n’est pas toujours super excitant mais bon, il faut bien vivre.

Ce qu’il aime en fait, ce sont les photos de nature prises le long des côtes en se baladant. Essayez de capter les lumières toujours changeantes de la Bretagne, pour en saisir une parcelle d’éternité.

Un samedi, c’était vers la fin du mois d’août, j’étais au magasin avec ma femme Emelyne. Nous travaillons ensemble, mais c’est moi qui fait les reportages. Enceinte de 6 mois, Emelyne continuait à venir me donner un coup de main de temps en temps.
Un client entra. Légèrement en retrait à m’occuper de tirages que je devais rendre dans l’après midi, je lui jetai un rapide coup d’œil. J’aime regarder les gens, trouver le détail qui accroche en me demandant comment je pourrai les photographier, quel contexte pourrait les révéler.

D’allure plutôt sportive, bien bâti, brun, un visage fin , des beaux yeux bleus, il aurait fallu être aveugle pour ne pas le remarquer. Il n’y avait rien de prétentieux dans sa beauté. Ce n’était pas le genre d’homme à attendre que chacun s’arrête sur son passage pour le contempler. Cette simplicité lui donnait du charme.

Il arriva tranquillement vers ma femme en s’arrêtant parfois devant les photos accrochées au mur : photos de mariage évidemment, de bébés, mais aussi quelques souvenirs plus personnels de nos différents voyage. Une photo du désert jordanien retint un peu plus son attention, ainsi qu’un cliché du sud Marocain. Ce ne sont pas des photos très originales, mais j’aime leur luminosité, leur atmosphère. Le désert tout comme la mer m’inspirent toujours.
– Bonjour Madame, je m’appelle Yann C, je suis pompier à la caserne du Pilier rouge, et avec mes potes, nous aimerions faire une série de photo pour notre association. Ce serait possible ?
– Oui, bien sûr quel genre de photos souhaiteriez-vous ? Ce serait pour un album ?
– Non pas du tout, répondit il légèrement gêné, ce serait plutôt pour un calendrier, dans le but de le vendre et de récolter un peu d’argent. Tous les dimanches nous faisons du foot avec les jeunes du quartier et comme ils ne peuvent jamais partir en vacances, nous aimerions pouvoir les faire sortir un peu du secteur. En fait, ils rêvent d’aller voir un match au stade de France.

Ma femme que le sport en général et le foot en particulier laissait froide se tourna vers moi.
– Tristan, tu peux venir s’il te plaît, Monsieur souhaiterait réaliser une séance de photos pour un calendrier.

boy2012-09-20_22-10-22Ayant entendu la demande, je m’approchais. Pas plus que ma femme, je n’aimais les sportifs que je classais peut être un peu vite dans la catégorie, « mecs pas très évolués ». A chacun ses préjugés !
Bonjour Monsieur, si j’ai bien compris, vous souhaiteriez donc réaliser un calendrier ?
– Oui, c’est bien ça, un calendrier un peu dans le style « les dieux du stade » si vous voyez ce que je veux dire même si nous avons moins de muscles !

J’avais envie de rire comprenant mieux pourquoi il avait été un peu gêné tout à l’heure face à ma femme.
– Je n’ai jamais réalisé ce genre de travail, vous savez. Vous avez des idées sur ce que vous voulez ?
– Oui, nous aimerions un cadre naturel pour les photos, sinon, nous n’avons pas d’idées précises pour les poses, nous vous faisons confiance. Nous sommes 6 collègues à vouloir faire ces photos.

Je ne savais trop quoi répondre à cette offre ni même si elle était réellement sérieuse. Souhaitant y réfléchir, je proposais de lui faire parvenir un devis la semaine suivante.
– Très bien me dit- il, je vous donne mon mail et j’attends de vos nouvelles. Nous souhaiterions que le calendrier soit prêt pour mi novembre. A bientôt.

Après son départ, très embarrassé, je me tournais vers ma femme pour savoir ce qu’elle en pensait.
ça pourrait être amusant comme idée, ça te changerait des reportages habituels me dit elle, en plus ces temps-ci tu n’as pas grand chose à faire.

J’étais un peu étonné de sa réaction. Ah ah ! lui dis-je tu as envie de mater des pompiers en petite tenue, coquine !
Elle éclata de rire : « et pourquoi pas cher ami ! Ce n’est pas parce que je suis enceinte que je n’ai plus d’envie de femme! Tu as l’air tout gêné comme les premiers communiants de tes photos ! Ce serait un nouveau style de photos sur les murs, et puis tant que ce sont des hommes dévêtus que tu photographies, ça ne me dérange pas.

Le mardi suivant j’adressais donc un mail à notre pompier au grand cœur, lui précisant que je connaissais un lieu charmant entre mer et campagne un peu retiré propice à des clichés même dénudés.
Sa réponse ne tarda pas, il me prévint que les 5 autres gars et lui même seraient de repos jeudi et que nous pourrions faire une première séance si le temps se maintenait.

Rendez vous fut donc pris pour jeudi au lieu dit de Kerflez, à 14h.

boy2013-05-10_13-51-06

Arrivé sur les lieux à l’heure dite, je commençais à sortir mon matériel lorsque je vis arriver une camionnette et 6 mecs en sortir.

Yann vint vers moi, il me serra la main et fit rapidement les présentations. « Les gars, je vous présente Tristan notre photographe, il est là pour photographier vos petits oiseaux. ».
Oh la la ça commence bien, des blagues de mecs à 3 balles, j’ai pas fini d’en baver avec cette équipe de simplets ! J’essayai tout de même de leur sourire.
Il commença les présentations :
– Je te présente Raphaël, c’est lui qui a la plus grosse lance de la caserne, Bertrand, Denis, Ramon et Jean. Voilà toute l’équipe est là, on est super chauds.
– Génial ! bon ben les gars on va y aller pendant que la lumière est bonne. Est ce que vous pourriez m’aider à porter le matos s’il vous plaît, il faut marcher environ 1km par ce chemin.

Et nous voilà partis, les pompiers devant rigolant, se tapant sur l’épaule et moi derrière me demandant encore comment j’avais pu dire oui à une telle proposition. Ils avaient l’air d’être super potes car ils aimaient se frôler ; ça doit être ça l’amitié virile pensais-je.
– Voilà, c’est là les gars, on pose le matériel en douceur s’il vous plaît. Nous étions dans un champ face à la mer. Quelques pommiers, des fleurs épanouies donnaient l’impression d’un jardin d’éden.
– Pas mal, me dit Tristan c’est vraiment superbe comme endroit, je ne connaissais pas, tu as très bon goût.

Je commençais à déballer, et installer les trépieds, j’avais déjà fait mes repérages pour les cadrages. Pendant ce temps-là, deux mecs, Denis et Ramon, je crois, commençaient à se pousser un peu, à chahuter comme des gosses. L’ambiance était détendue.
Mes premières installations faites, j’étais prêt à démarrer la séance.
– Yann, tu peux leur demander de se déshabiller s’il te plaît ? On va faire quelques essais.

5mn plus tard, mes pompiers étaient nus et je dois dire que certains d’entre eux étaient plutôt bien montés. Jusqu’à présent, je n’avais jamais regardé les hommes ainsi, mais là toutes ces bites devant moi j’étais troublé.

Très vite des mains se baladaient d’un sexe à l’autre très naturellement.
Je m’absorbais dans mon travail faisant des essais de lumière, cherchant la meilleure prise de vue, mais quand je me retournai, je vis Raphaël et Jean qui se caressaient. Jean tenait la grosse queue de Raphaël à pleine main en l’astiquant doucement pendant que ce dernier laissait courir les siennes sur les pectoraux généreux de son camarade. Les autres regardaient, sourire complice aux lèvres, leurs sexes traduisant ce qu’ils ressentaient.

– Ah ces deux là !, ils perdent jamais une occasion de se tripoter, je leur ai interdit de prendre leur douche ensemble, sinon ils finiraient par se faire prendre par le Capitaine. Des fois faut le jet à incendie pour les séparer. T’es pas choqué au moins ? me demanda Yann.

– Non, non pas du tout, juste un peu étonné c’est tout. En réalité, je ne savais pas où me mettre et encore moins où regarder. Je ne voulais pas passer pour mec prude, mais j’étais tout de même choqué. Pourtant, je dois avouer que je ressentais aussi une certaine excitation devant tous ces corps nus de mecs qui se caressaient sans tabou et pourtant sans exhibitionnisme. Ils semblaient bien se connaître et ces jeux dans ce coin de paradis n’étaient qu’un retour à la nature, belle et accueillante.

Je commençais la séance avec Bertrand, lui demandant de s’appuyer nonchalamment contre un arbre, le casque sur la bite déjà à moitié en érection. Il était superbe dans le viseur de mon appareil, blond sportif, libre. Je ne savais pas ce qui m’arrivait, mais je commençais à sentir mon sexe s’agiter dans mon pantalon.

Merde, merde, mais qu’est ce qui m’arrive, je suis pas PD pourtant ! En plus ça va pas tarder à se voir me disais-je intérieurement. Plus je me répétai cela et plus je commençai à bander dans mon pantalon de toile légère. Et l’autre qui me faisait des clins d’oeil en jouant avec son casque.

Troublé, je me retournai et me retrouvai face à Yann nu lui aussi en pleine érection. Quelle bite ! j’osai à peine regarder, mais elle me semblait énorme. Il était parfaitement épilé sur tout le corps ce qui mettait ses couilles en valeur. Deux belles couilles bien remontées, Mon dieu qu’allais-je devenir ?

– Pourquoi t’enlèves pas tes fringues Tristan, t’es le seul à être habillé ici, c’est gênant pour nous, en plus il fait super beau. Malicieux, il rajouta : « et puis je crois que si tu continues à bander comme ça tu vas crever la couture de ton pantalon ». J’étais tétanisé, ne pouvant ni parler ni bouger. Je sentais le désir grandir en moi, un désir nouveau qui me dépassait ; J’avais envie de fuir, d’oublier toutes ses bites et tous ces mecs, mais je ne pouvais pas.

Alors Yann s’est approché de moi « allez viens, je vais t’aider grand nigaud » me dit il gentiment. Il commença par déboutonner ma chemise.

Pendant ce temps, Raphaël et Jean continuaient à s’occuper l’un de l’autre, le premier faisant une pipe gigantesque au second. Bertrand se rapprocha de nous ainsi que Denis et Ramon. J’étais affolé mais aussi très excité. Que m’arrivai-t- il ?

Je commençai à perdre la tête. Yann s’agenouilla devant moi, et déboutonna mon pantalon. Il sortit ma bite qui n’attendait que ça.
– Beau morceau me dit il avant de l’emboucher goulûment. J’aurais voulu réagir, mais je ne pouvais pas. L’air me semblait lourd, rempli d’odeurs de mâles en chaleur, le soleil nous dardait de ses rayons, l’ambiance était surréaliste.
– Laisse toi faire mec, c’est le meilleur suceur que je connaisse me susurra Ramon à l’oreille. Debout derrière moi, il passait ses mains sur mon corps en s’arrêtant sur le début de mes fesses. Denis lui vint m’embrasser. Il entrouvrit mes lèvres et introduisit sa langue. Je la sentais m’explorer dans un long et tendre baiser. Tout doucement je me laissais aller à ces caresses masculines. Yann me suçait toujours s’attardant sur mon gland, léchant mes couilles, engouffrant ma bite jusqu’à la glotte. Jamais une femme ne m’avait sucé ainsi et pourtant j’avais eu pas mal d’expériences. Je ne pensais même pas que l’on pouvait avoir autant de plaisir juste avec une bouche et une langue.
– Tu aimes mec ? me demanda Ramon
– Oui lui répondis-je, c’est bon. Je n’avais pas envie de parler, juste de m’ouvrir encore plus au plaisir.

Bogosse

Bogosse

Yann commença à se mettre un doigt dans le cul en continuant à jouer avec ma bite.

Denis, Ramon et Bertrand voyant que les choses entre nous étaient bien enclenchées s’éloignèrent en s’embrassant. Ils me laissèrent entre les mains de Yann ou plutôt en bouche devrai-je dire. Ces coups de langue sur mes couilles étaient divins, je ne pouvais plus retenir des halètements de plaisir.
– Yann, je sens que ça vient, je vais exploser, j ’en peux plus laissais-je éclater.
– Oui mon choux, viens mais pas tout de suite, j’ai envie de te sentir en moi avant, me répondit il ; Tu es d’accord ?
– Euh, je ne sais pas trop, enfin oui bien sûr. Je ne voulais surtout pas interrompre ce moment de pure extase, par ma timidité.
T’en fais pas mon tout beau, tu vas aimer ça. T’es puceau avec les mecs n’est ce pas ?
– Oui.
– Hum, alors c’est dans mon cul que tu vas être dépucelé. Cette idée le fit bander encore plus.
– Attends lui dis-je. Moi aussi j’ai envie de te connaître.

Je le fis se relever pour m’agenouiller à mon tour et me retrouver nez à nez avec sa bite . Elle était grosse et bien veinée, turgescente à souhait.
– T’es pas obligé tu sais Tristan. Si t’aime pas ça y a pas de souci, c’est du plaisir que je veux te donner.

J’enfournai ce monstre sans un mot. Je découvris que c’était bon cette bite puissante en moi ; je goûtai cette chaire dure et pourtant si douce. Je commençais à l’aspirer à jouer avec son prépuce et même à lui mordiller doucement le gland., J’espérai ne pas faire preuve trop de maladresse, même si j’étais loin d’avoir les talents de mon compagnon. Je sentis Yann frémir de plaisir, ce qui redoubla ma cadence et mon envie. Je retirai son doigt de son cul pour le remplacer par le mien. Tout me semblait naturel, facile, évident, avoir du plaisir et en donner . Je l’avais en bouche et avec mon index je jouais avec sa rondelle. En fait, elle était déjà bien ouverte et je n’eu aucun mal à entrer en lui
– Mets un deuxième gémit-il c’est trop bon.

Bogosse

Bogosse

J’introduisis mon ma majeur et de mes deux doigts, j’explorai son anus.
Je sentais la vague du plaisir monter en lui, irrésistible, emportant toute volonté sur son passage. Il geignait en fermant les yeux. Moi aussi je fermais les miens pour laisser s’inscrire toutes ces sensations nouvelles en moi.
– Tristan, je vais éjaculer, retire-toi, si je tu ne veux pas que je jouisse dans ta bouche.

Je ne bougeais pas, je voulais goûter cette sève masculine, boire ce lait d’amour.
– Comme tu voudras… Ses coups de bassins devinrent plus rapides et profonds, enfonçant son engin jusqu’au fond de ma gorge, m’étouffant presque. Et tout d’un coup, il poussa un cri de jouissance sauvage, je sentis alors sa semence douce-amère couler dans ma bouche. Je ne trouvais pas ça bon parce que c’était nouveau, mais je bus chaque jet puissant jusqu’à la dernière goutte. Encore un râle puis il me relava et m’embrassa. Nos lèvres soudées, sa langue et la mienne enchevêtrées dans le goût de son sperme. Je savourai cet instant, ne voulant pas lâcher ses lèvres.

Après plusieurs minutes de tendres baisers ; il me prit par la main et m’invita à le suivre.
– Viens Tristan, allons jusqu’à cet arbre, j’ai envie que tu me prennes là. Flottant entre deux monde, je l’accompagnais jusqu’au pommier, ma bite en avant, énorme, juteuse. Elle s’était à peine calmée de la magnifique pipe de tout à l’heure.

Yann se tourna vers l’arbre, me présentant ses belles fesses rondes et fermes.
– Encule moi mon chéri.

Il écarta les jambes pour permettre à ma bite d’accéder à son passage secret. J’avais peur de lui faire mal en venant en lui, sa rondelle me semblait bien petite pour laisser entrer ma verge.
D’un sourire, il me rassura
– Je suis tout ouvert, tu sais, j’ai tellement envie de toi.

Mon gland commença à le pénétrer . J’entrai sans grande difficulté en effet. Lorsque mon sexe fut en lui jusqu’aux couilles, je fis une pause. J’étais bien dans cette intimité offerte, je laissai la chaleur de son intérieur m’envahir.
Je commençais à bouger, dans un lent mouvement de va et vient.
– Oui, vas y mon lapin c’est bon, continue mon Tristan.

boyCes encouragements et mon désir de plus en plus ardent me faisaient oublier où j’étais, et même je dois bien l’avouer, qui j’étais.
Je le tenais par les hanches, appuyant sur son dos pour qu’il se cambre au maximum. Je n’aurai jamais imaginé pénétrer un homme et pourtant maintenant, je voulais être tout en lui.
Lui toujours accroché à l’arbre gémissait de plaisir.
-Défonce moi, me cria t il entre deux souffles,.

J’accélérais le mouvement , mes coups de bite devenant plus violents. Je voyais sa queue reprendre de la vigueur sous mes coups de boutoir. Je la pris avec ma main droite et commençai à le branler au rythme de ma pénétration. J’entrais lui et ressortais et revenais encore, mes couilles venant taper contre ses fesses. Je ne sais pas combien de temps s’écoula avant que la force de mon désir ne devienne incontrôlable.
-Emplis- moi de ta semence. Un dernier coup, et je sentis un plaisir fou, intense, violent me submerger. Je lâchai mon foutre dans un cri rauque et bestial dans ce trou d’amour avide de mon jus. Au même moment Yann éjacula dans ma main. Je retombais inerte sur son dos. Derrière moi j’entendis juste un cri, celui de Denis qui s’était masturbé en nous regardant, je n’avais pas prêté attention à sa présence jusqu’à cet instant. Son sperme se répandit sur l’herbe verte.
– Vous étiez si beau tous les deux me dit il.

Lentement je me dégageai de Yann, ma semence rejoignant celle de Denis sur le sol. Yann se tourna vers moi et me serra dans ses bras. J’avais envie de pleurer de bonheur, de me laisser aller dans les bras de cet homme qui s’était donné à moi dans cette jouissance extrême. Pourtant, je me retins, plongeant simplement mon regard dans le sien.
– Tristan, je ne me souviens pas d’avoir jamais fait l’amour comme maintenant . C’était extraordinaire.
– Pour moi aussi, tu sais, c’était unique. Je n’avais jamais fait l’amour avec un homme. J’osais à peine lui avouer le plaisir que j’avais ressenti.

Ces mots échangés sur le ton de la confidence n’étaient destinés qu’à meubler le silence qui s’installait entre nous car nos regards suffisaient à comprendre ce que nous ressentions.
Ramon s’était lui aussi rapproché. En rigolant il nous dit :
– Dites donc les mecs vous avez vu le nombre de pommes que vous avez fait tomber de l’arbre ? La prochaine fois c’est moi qui vais cueillir des pommes avec Tristan.
En effet, autour de nous plusieurs pommes étaient tombées.

Yann en ramassa une et la croqua à pleine dent. Il vint coller ses lèvres contre les miennes et y déposer le morceau sur ma langue. Moments magiques nous étions les Dieux d’un paradis perdu où l’amour était libre sous un soleil de début d’automne.

Avant de partir, je demandai à Yann de faire quelques clichés de lui, officiellement pour le calendrier, mais en vérité pour pouvoir le contempler quand je serai seul dans la chambre noire. Je lui faisais prendre la pose devant notre pommier, quelques clics et voilà c’était le clap de fin.

Je regroupai le matériel, les garçons le prirent et s’ éloignèrent en silence. Raphaël et Jean toujours enlacés comme les deux amants qu’ils étaient, marchaient devant suivis par Denis et Ramon, Bertrand, fermait la marche. Yann m’avait retenu à l’arrière.
Il prit mon bras et l’enlaça autour de sa taille, passant le sien autour de mon cou. Je l’attirai vers moi pour le sentir contre mon corps. Il me sourit, heureux de ce geste de tendresse. Nous marchions ainsi côte à côte en silence. Je ne voulais pas quitter cet endroit, où une nouvelle part de moi m’avait été révélée. J’avais peur de retrouver le monde.

Et pourtant, il fallu bien arriver à la voiture, Yann me serra fort et m’embrassa longuement.
– Il faudra encore plusieurs séances photos mon petit Tristan n’est ce pas ?
Je ne voulais pas répondre à sa question, mais m’arracher à lui me devenait douloureux. Je l’attirai contre moi et l’embrassais violemment.
– Que m’as tu fais Yann ? Pourquoi suis-je ainsi? Tu crois que je suis homo ?
Sans me répondre, il s’éloigna.
Je me souviens simplement de la camionnette démarrant doucement, et du vide intérieur que je ressentis dès cet instant.

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.