« Ne m’oublies jamais.. » alors je me souviens.. Une nuit j’ai été réveillé par un orage à tout cassé.. on entendait le vent souffler.. les éclairs et les coups de tonnerre s’entremêlaient et la pluie qui frappait fort les volets… Je me retournais dans le lit tournant le dos à la fenêtre, quand j’entendis la porte de ma chambre s’ouvrir.

– tu dors Michaël ?

– non.. mais qu’est ce qui t’arrive Mathieu ?

– j’ai peur.. avec tout ce bruit.. je peux dormir avec toi ?

– allez viens dis-je à Mathieu mon petit frère.. viens dormir avec moi

Mon lit n’était pas bien grand, j’étais sur le côté, il vient se coller contre moi, me tournant le dos, il prend ma main dans la sienne et la serre contre sa poitrine, se serrant bien dans mes bras… je lui fais des bisous sur la tête..

– ça va aller Mathieu, tu sais ce n’est qu’un orage.. on en a eu d’autres tu t’en souviens ?

Il ne répond pas, me serre toujours la main bien fort.. je le tiens bien contre moi et je sens ses fesses se coller sur ma bite… heureusement nous sommes en pyjama… mais son corps échauffe le mien et sans pouvoir me contrôler ma bite commence à prendre de l’ampleur.. je ne bouge plus.. lui bouge doucement contre moi, comme s’il se frottait le petit vicieux.. il ne dit pas un mot mais son cul se frotte maintenant ouvertement sur ma bite bandée…

Je ne bouge plus, ne dis rien… il tient toujours ma main qu’il descend sur sa poitrine, son ventre et vient la poser sur son sexe qui bande également.. il écarte les doigts de ma main qu’il pose sur sa bite et se branle avec ma main…

Je le branle lentement à travers son pantalon de pyjama.. son dos se colle contre mon torse et son cul se cale bien sur ma bite bandée entre ses fesses…

Il tient mon bras avec sa main, suit les mouvements de masturbation et dans un râle je sens son pyjama s’inonder de son liquide… il pousse un grand soulagement, me reprend la main, la porte sur sa poitrine, la serre… et s’endort…

Je m’endors également en bandant contre son cul…

Au réveil, nous sommes dans la même position..il tient toujours ma main et ma queue est toujours bandante contre son cul… il se réveille, s’étire en se retournant vers moi.. me claque une bise sur la joue..

– bonjour mon frère et merci pour cette nuit… dit-il avec son grand sourire enjoliveur..

– merci pour quoi ? t’avoir sauvé de la détresse ou t’avoir aidé dans la branlette ?

Il m’entoure de ses bras et m’embrasse tendrement sur les joues..

– tu es un amour dit Mathieu… j’aimerais bien que l’on recommence…

– t’as vu dans quel état tu m’as laissé ? dis-je en soulevant les draps… et lui montrant ma queue faisant piquet de tente dans mon pyjama…

Il allait poser la main dessus, quand une voix venant du bas…

– les garçons vous êtes réveillés ? on vous attend pour le petit déjeuner…

Voix de notre mère… il n’y avait qu’à obéir… Mathieu se lève vite.. et avant qu’il ne sorte de la chambre pour rejoindre nos parents..

– je serais toi.. je changerais de pyjama… t’as vu les taches que tu as..

– oh merde et il part se changer…

La vie s’est écoulée normalement ce jour là, on a parlé de l’orage de la nuit qui venait d’avoir lieu, que Mathieu était venu dans mon lit… oui disait ma mère je l’ai entendu cette nuit.. je crois bien que nous avions rougi…

Deux nuits s’écoulèrent avant que je vois réapparaître Mathieu… ce petit vicieux vint dans mon lit… après avoir retiré son pyjama…

– comme ça je ne ferais pas de tache.. dit-il en riant..

Il bandait déjà en arrivant.. sa queue se dressait et appelait les caresses… c’est lui qui m’a déshabillé ce soir là.. on s’est donc retrouvé nus.. dans les bras l’un de l’autre.. sexe contre sexe.. torse contre torse.. peau chaude contre peau chaude.. et excités comme deux puceaux que nous étions…

– je me suis rappelé que je te devais quelque chose dit Mathieu qui prit mon sexe dans sa main et me caressa la tige de ses doigts fins et chauds… une onde de plaisir me parcouru tout le corps… sa main prit mes couilles et les caressa, les enveloppant bien dans sa main.. sa tête sur mon torse, il me faisait des bisous sur les tétons… sa main s’agitait plus sur ma queue.. sa tête descendait le long de mon torse, mes abdos en devenir… et je sentis sa langue se poser sur mon gland bien décalotté… je frissonais de partout… pendant que ses lèvres enveloppaient ma bite et descendaient le long de ma tige pour essayer d’avaler le tout…

Je restais estomaqué du savoir de mon frère…sa tête faisait des vas et viens sur ma tige, je sentais sa langue envelopper ma queue pour mon plus grand plaisir… ma main vient se poser sur sa tête et accompagne ses mouvements.. je maintenais sa tête quand il avalait presque complètement ma bite…

– je vais jouir Mathieu…

Au lieu de se retirer.. il avale encore plus ma queue et pendant que sa langue la caressait… je giclais dans le fond de sa gorge tout le jus que j’avais accumulé… je n’avais pas tout compris au début… mais quand il se redressa et que je vis qu’il avait des traces autour de sa bouche qui souriait.. je compris qu’il avait tout avaler… je n’y comprenais plus rien…

J’essuyais sa bouche avec mon doigt… il vient se blottir dans mes bras.. me serrant très fort…

– qui t’a appris ça demandais-je doucement

– Jean Claude dit Mathieu

– le pion ?

– oui il aime que je lui fasse …

– tu lui fais souvent ?

– tous les jours dit-il dans un grand sourire.. c’est lui qui m’a appris… tu sais un jour on s’est retrouvé à pisser tous les deux dans les pissotières de l’école et j’ai vu qu’il avait une grosse quéquette.. alors.. j’ai regardé et il me l’a montré bien comme il faut en me disant que si je la touchais elle allait grandir.. alors j’ai essayé et c’est vrai qu’elle a grandi… et après je l’ai sucé un autre jour.. puis comme il dit que j’aime ça.. on a continué… bon alors maintenant tu vas me branler comme l’autre soir.. j’ai vachement aimé juter dans tes doigts et ta main…

J’ai donc obéi en bon frère que je suis… et j’ai trouvé qu’il avait joui encore plus que la dernière fois… il s’est endormi dans mes bras…

Mais je cogitais, le salaud de Jean Claude… profiter de mon frère comme ça.. il allait le payer… Jean Claude avait un an de plus que moi, il était encore en Terminale comme moi.. et avait obtenu ce poste de pion, pour surveiller les jeunes qui restaient à la cantine le midi… j’allais me venger…

Le matin j’ai eu droit à une nouvelle pipe… avec escamotage du jus au fond de gorge de Mathieu.. qui me fit comme compliment que mon jus était bien meilleur que celui de Jean Claude…

Avec Jean Claude on était pas spécialement copain… lors des récrés je l’ai observé de loin et je remarquais qu’il allait au moins trois ou quatre fois aux chiottes durant les interclasses…

Alors j’ai fait en sorte de me retrouver avec lui vers les urinoirs… il était devant un urinoir, se tenant la queue et regardait autour de lui… je viens me poser à côté de lui, baissais ma braguette et sortais ma queue qui était en demie érection… en jetant un oeil à la sienne..

– salut Jean Claude

– salut Michaël on ne te voit pas souvent ici..

– je ne viens pas aux mêmes heures que les tiennes dis-je

Je me reculais un peu pour qu’il puisse voir ma queue qui bandait maintenant… je me caressais lentement en le regardant… il recule également et me montre sa queue.. bien bandée et une belle queue ma fois!!

– c’est bien ce qu’on m’a dit… tu as une belle queue!

– qui t’as dit ça ? dit-il d’un ton agressif

– A qui l’as tu montré ?

Et il part d’un éclat de rires…

– j’ai pas compté.. il y en a tellement qui veulent la voir…

– et la sucer ?

– oui aussi dit-il fièrement tu veux essayer ?

– pourquoi pas .. on va où ?

– Tu finis à quelle heure ? on se retrouve.. et il m’indique comment aller dans la cave de l’école et par où passer sans se faire remarquer…

A la fin de cours, je file dans la cave discrètement… Jean Claude est déjà arrivé, sa queue à l’air, il se branle lentement…

– j’ai cru que t’allais pas venir dit-il d’un ton sarcastique

– Si on se foutait à poil, on serait plus à l’aise dis-je avec mon regard vicieux…

– alors toi! j’en reviens pas!

On enlève nos pantalons de survêt, nos slips et on se regarde la queue en l’air…

– tu te mets à genoux et tu me suces dit Jean Claude

Je m’approche de lui, lui décoche un coup de poing dans l’estomac qui le plie en deux, je l’attrape par un bras, lui tord dans le dos et le colle contre moi… ma queue vient se loger entre ses fesses, mon gland dans ses couilles… cela m’échauffe.. je ne savais pas exactement ce que j’allais faire.. mais dans cette position… je comprends que ma queue serait bien dans son petit cul…

Il se tient toujours l’estomac de son autre main… je passe ma main entre ses fesses, trouve son anus.. et j’enfonce direct un doigt dans son cul…

– mais qu’est ce que tu fais bordel.. c’est pas ça qu’on avait dit…

– et à mon frère tu lui as laissé le choix ?

-…

– et bien aujourd’hui tu n’as pas le choix…j’ai envie de me vider les couilles dans ton petit cul… alors tu vas bien l’écarter que je puisse te remplir…

Il ne dit rien, se penche bien en avant, je lâche son bras, et de ses deux mains écarte bien ses fesses laissant voir son anus que je touche d’un doigt, le pénètre facilement.. tellement bien que deux doigts entrent facilement…j’ai la queue raide et dure comme jamais…je pose mon gland sur son trou, prends ses hanches et essaie d’enfoncer ma queue qui glisse à côté de son trou…

– mouille bien avant avec ta salive dit Jean Claude…

J’obéis en mouillant bien ma bite et crachant sur son anus.. et c’est vrai que cela commence à entrer plus facilement… alors je le prends bien fermement aux hanches et entre ma queue d’un seul coup au plus profond que je peux…il crie fort.. mais pas trop et son cul vient faire des vas et viens sur ma queue… je comprends tout!! et je donne moi-même des coups de reins de plus en plus secs dans ce cul qui se resserre sur ma queue coulissant dans son antre… je repense aux lèvres, la langue de Mathieu et je me vide en plusieurs giclées au plus profond de Jean Claude…J’ai le coeur qui bat fort, le souffle haletant.. je reprends mes esprits tranquillement au fur et à mesure que ma queue débandante sort du cul de Jean Claude, qui a ma grande surprise se retourne, se met à genoux.. me regarde..

– il faut toujours nettoyer le matériel après…

Et il prend ma queue en bouche, la léchant partout en me caressant les couilles.. et me la rend comme neuve! et pendant ce temps il se branlait, son jus est venu se répandre sur mes jambes et par terre.. il s‘est excusé en riant, s’est penché et a léché le sperme qui se trouvait sur mes jambes..

On s’est rhabillé… je lui ai demandé de laisser tranquille mon frère… sans trop y croire… et lui a insisté pour que l’on se revoit et recommence… en me disant

– tu as encore plein de choses à apprendre..

Il n’avait pas tort!

Le soir même Mathieu était de retour dans mon lit.. prêt à se jeter sur ma bite comme souvent le soir… c’était devenu un rituel…

– he frérot faut que je te dise quelque chose..

– quoi dit-il me regardant surpris… tu ne veux plus ?

– c’est pas ça.. c’est à propos de Jean Claude

– oh je ne l’ai pas vu aujourd’hui dit-il

– oui je sais j’étais avec lui…

– t’étais avec lui!!! tu l’as sucé aussi ? et moi tu me l’as pas fait!!

– non dis-je en riant je ne l’ai pas sucé.. c’est lui qui m’a sucé

– c’est vrai ? j’en reviens pas.. tu vois je t’avais dit que tu avais une bonne bite!! dit il en riant

– et je lui ai mis ma queue dans les fesses…

– oh merde! il a voulu me le faire mais ça me faisait trop mal… alors j’ai pas voulu… alors ça fait quoi…?

Le moulin à paroles était lancé… j’ai subi un interrogatoire en règle… et sa main s’est mise à se balader sur mon corps… saisissant ma queue..

– alors je vais sucer la queue qui a vue l’intérieur du cul de Jean Claude…et tu voudras me faire pareil ?

– je veux pas te faire mal dis-je en lui souriant.. tu sais faut être habitué pour faire ça…

– ben si j’essaie jamais comment tu veux que je m’habitue…

Logique ! non ?

Et depuis ce jour là, nous sommes devenus de vrais amants. Mathieu adorait sucer ma queue, comme a adoré que je le prenne.. ce fut un peu laborieux au début… mais il voulait tellement cela… que j’ai appris avec lui tous les gestes, les caresses, les doigtés qu’il fallait pour arriver à combler un petit cul…

Cela bien duré 2 ans… puis j’ai été obligé de partir en Fac… laissant Mathieu a sa nouvelle vie et ses nouveaux amants… mais quand on se revoyait c’était la fête du slip comme il aimait le dire en éclatant de rires…

Puis Mathieu est tombé malade.. très malade…et est décédé.. il avait 32 ans.. j’étais là ce jour là.. il m’a serré la main contre lui, sur sa poitrine.. m’a regardé.. tendrement

– surtout vis ta vie! fais attention à toi… et ne m’oublie jamais!

Donc, je me souviens…

Par Fabrice
Tumblr: histoiresdeq

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.