Mouloud est vénère, très vénère. Il s’est fait avoir comme un bleu. Il a fait connaissance sur une célèbre application d’un jeune céfran qui vit à la campagne, ne pouvant se voir rapidement, ils ont échangé photos et vidéos. Le petit cul du céfran a rendu dingue Mouloud.

Combien de fois s’est-il branlé sur une vidéo en direct de son cul en gros plan et quand il lâchait sa purée, le mec se retournait et léchait l’écran.

Le céfran, un certain Stéphane se doigtait en gros plan, rendant fou Mouloud. Le mec promettait de lui faire et de subir tout ce qu’il demanderait. Il avait vraiment une tête de chienne, de salope obéissante comme Mouloud aimait.

Son sourire adorable l’excitait au plus haut point. Un corps magnifique à la pilosité presque blonde le rendait accro.

Les rendez vous sur la messagerie étaient devenus quotidiens. Une drogue. Mouloud bandait à l’avance et était fier d’exhiber son sgeg, sa grosse queue bien droite, bien grosse, endurante et qui aimait les petits culs à défoncer sans modération.

Mouloud insistait toujours pour faire venir Stéphane à Paris, l’assurant qu’il pouvait le loger le temps qu’il voudrait. Stéphane trouvait toujours quelque chose pour ne pas venir. La peur de Paris pour un provincial. Si bien que Mouloud avait décidé d’aller le voir. Ils s’étaient parlés au téléphone, la voix de Stéphane l’avait excité encore plus. Une voix douce, chaude qui lui mettait des frissons.

Stéphane l’avait fait bander encore plus quand il lui avait dit que son petit cul attendait avec impatience sa grosse queue etque sa bouche et son cul étaient à sa disposition.

Le rendez vous avait été fixé. Mouloud avait pris le train. Arrivé à la gare, Stéphane n’était pas là. Il l’avait appelé. Problème de voiture. Il lui avait demandé de faire du stop et de venir dans son patelin, enfin un hameau, en rase campagne.  Quatre maisons, une ferme au loin.

Lorsque Mouloud arriva, personne à l’horizon. Il avait rappelé Stéphane et l’avait entendu se marrer en raccrochant son téléphone, puis il n’avait plus répondu.

Mouloud était vénère. La nuit commençait à arriver et Mouloud se demandait ce qu’il allait faire. Il a attendu sur la route unique du hameau qu’une voiture passe pour le ramener au patelin où se trouvait la gare, mais personne ne s’était arrêté.

Il fallait prendre une décision. il voit une ferme au loin et pense qu’il devait y avoir un endroit pour dormir dans le foin ou la paille et demain matin il verrait.

Il se dirige donc vers la ferme, la lumière est allumée. Il voit des gens autour d’une table. Il se dirige vers les bâtiments à l’opposé et pousse une porte, éclaire avec son téléphone et bingo! c’est plein de foin. Bah il devrait passer une bonne nuit. Il arrange un coin avec le foin. et s’allonge.

Il repense à ce con de céfran de Stéphane ! Ah putain il s’est bien fait avoir. Ca lui servira de leçon, on est pas prêt de le voir se déplacer à l’autre bout du monde pour tirer un coup.

Mais sa queue le démange, elle gonfle dans son caleçon et devient vite à l’étroit. Une bonne branle avec les souvenirs vidéos lui ferait du bien. Il sort sa queue déjà bien raide, dégage ses couilles du caleçon, se les malaxe, se caresse,  elles durcissent, sa queue s’allonge.

Il prend sa queue à pleine main et se caresse lentement en fermant les yeux, sa langue se promenant sur ses lèvres et il pense au petit cul bien ouvert de Stéphane qu’il devrait être en train de forer à cette heure.

Sa main s’accélère sur sa queue circoncise. Il crache dans sa main et revient se caresser de plus en plus vite. il tire sur ses couilles pleines. Il sent qu’il va jouir, pas si vite pense-t-il. Il veut faire durer son plaisir. Alors il ralenti, respire fort en se léchant les lèvres et reprend son activité avec sa main sur sa queue bien raide quand soudain la lumière s’allume.

Un jeune mec avec une fourche à la main, pointée dans sa direction le regarde, les yeux ébahis devant le spectacle. aussi surpris que lui peut l’être de cette irruption.

– tu fais quoi ici ? demande le jeune mec
– ben je me branle dit Mouloud avec aplomb, voyant que le mec a baissé sa fourche et fixe son gros dard qu’il ne cache pas.

Les yeux du mecs vont de la queue à la tête de Mouloud.

– pourquoi ici demande le mec. T’es d’où ? J’te connais pas.

Mouloud cache un peu son sexe en érection qui ne débande pas et raconte son histoire comme quoi il devait rencontrer un mec prénommé Stéphane au hameau à côté mais que le mec n’est pas venu. Sans parler de cul naturellement.

– il n’y a pas de Stéphane dans le hameau dit le jeune mec, tu connais son nom de famille ?
– non dit Mouloud, tu sais c’est une rencontre comme ça. On devait se voir.
– tu ne l’as jamais vu ?
– non on devait se voir pour la première fois dit Mouloud
– et tu viens de Paris dans un trou perdu pour rencontrer un mec que tu ne connais pas! Ben vous les parisiens! Et il éclate de rire. Laisse la porte ouverte et éteint la lumière.
– ben oui dit Mouloud un peu penaud et regardant un peu plus le minet qui se tenait devant lui. Sa queue ne le trompait pas, elle ne débandait pas. Y aurait-il moyen de passer un bon moment avec ce minet ?
– tu as une photo de ton Stéphane, car s’il est du coin je le connais c’est sûr.
– approche dit Mouloud qui sort son portable et cherche une photo pas trop dénudée de Stéphane.

Le minet s’est  assis dans le foin à côté de Mouloud. Il se penche sur la photo que lui montre Mouloud.

– non je ne le connais pas dit le jeune mec

Mouloud en profite pour lui montrer d’autres photos où l’on voit Stéphane à poils.

– eh ben il est pas farouche dit le campagnard

Ils sont côte à côte , assis dans le foin, leurs têtes sont proches, ils se regardent, Mouloud sourit.

– et toi ? dit Mouloud t’es farouche dit-il en lui faisant tourner la tête vers la sienne et se penchant effleure ses lèvres des siennes. Il a un petit mouvement de recul pour mieux revenir et l’embrasser à pleine bouche, laissant sa langue partir dans la bouche de Mouloud, se frotter à la sienne, s’enrouler et échanger leurs salives. Le mec pousse Mouloud qui s’allonge sur le dos et le mec vient sur lui.

– moi c’est Matthieu dit-il
– moi c’est Mouloud répond-il en l’embrassant à nouveau, le serrant contre lui, passant ses mains sous les vêtements pour toucher un corps plein de muscles, chaud, doux, qu’il caresse en appuyant bien.

Il lui enlève ses vêtements. Matthieu se laisse déshabiller pour revenir s’allonger sur Mouloud et reprendre leurs jeux de langues. Mouloud le retourne et le met sur le dos. Sa bouche descend sur le cou que Matthieu dégage en levant la tête et se laisse embrasser, lécher en gémissant lentement.

Les lèvres descendent sur le torse, embrassent un téton qui durcit instantanément. Mouloud l’aspire entre ses lèvres, le suce, le mordille gentiment. Matthieu pose sa main sur sa tête et le caresse.

Il adore ce téton bien dur, il le tète en faisant gémir de plus en plus Matthieu, il prend l’autre téton entre ses doigts et le martyrise en le roulant et le pinçant. Sa main caresse le ventre de Matthieu, passe entre ses jambes et à travers le jean. Il sent une belle queue bien raide coincée dessous. Sa tête descend vers le nombril, le lèche, ses mains ouvrent le jean.

Matthieu soulève ses petites fesses et Mouloud lui retire son jean et son caleçon en même temps et une belle queue lui saute au visage.

Il prend la tige entre deux doigts, la caresse en la décalottant complètement. Mouloud est raide dingue des queues non circoncises. Il adore jouer avec le prépuce et lécher, sucer le gland décalotté.

Matthieu se tortille en gémissant. La queue est longue mais Mouloud l’avale en entier dans sa bouche, la lèche, la suce. Il caresse les grosses couilles qui pendent entre les jambes. Il remonte les jambes de Matthieu, prend les couilles en bouche, les gobe, Matthieu tient ses jambes aux genoux.

Mouloud soulève les couilles et aperçoit au clair de lune la raie fessière imberbe, il passe son doigt arrachant un gémissement à Matthieu, trouve le trou et s’enfonce dedans avec son doigt. Matthieu serre bien ses jambes pour s’ouvrir encore plus. Mouloud le doigte facilement. Il met deux doigts qui s’enfoncent également. Il vient passer sa langue, lécher le petit trou qui reste légèrement ouvert.

baise moi dit Matthieu j’en ai marre de mes godes. j’veux ta queue là! Tout de suite.

Mouloud se redresse, se met nu, revient à quatre pattes poser son gland sur l’entrée de ce petit cul qui parait bien accueillant et force légèrement. Son gland commence à s’enfoncer. Il se penche en avant, venant mettre ses bras de chaque côté de Matthieu et donne de petits coups de reins. Il sent son gland être avalé et glisser dans l’ouverture. Le visage de Matthieu est éclairé par le rayon de lune. Il sourit en serrant des dents et Mouloud s’enfonce lentement et Matthieu reprend ses gémissements.

Son cul s’ouvre sur la poussée de Mouloud et prend possession de son cul. C’est autre chose que ses godes. C’est vivant. Il sent la chaleur l’envahir. Il sent la grosse queue râper ses intestins en glissant en lui. Il pousse pour l’accueillir et tout rentre.

Il sent les poils de Mouloud sur ses fesses. Il s’arrête, fait bouger sa queue en lui et, tout en le fixant ressort sa queue lentement pour revenir très vite faisant claquer son pubis sur ses fesses arrachant un petit cri à Matthieu.

– t’es prêt pour la grande chevauchée demande Mouloud doucement.
– oui vas-y dit Matthieu elle est tellement bonne ta queue, j’ai envie de la sentir bouger très fort en moi. Baise moi Mouloud.

Mouloud commence ses vas et viens faisant bien coulisser toute la longueur de sa queue dans le cul accueillant. Matthieu a repris ses gémissements, ses marmonnements que Mouloud ne comprend pas. Il accélère de plus en plus vite, son pubis claque de plus en plus souvent sur les fesses.,et sa queue a bien ouvert le conduit et glisse comme si elle était chez elle. Matthieu semble apprécier le traitement. Il a pris sa queue en main en se branle sous les coups de reins de son amant.

– tu vas te mettre à quatre pattes dit Mouloud sans te retirer de ma queue.

Matthieu obéi, réussi à se tourner, sans que la queue de Mouloud sorte de lui. Il la sent bien tourner dans son boyau se frottant et, quand il a la tête dans le foin, le cul bien haut, il écarte bien les jambes et s’offrent aux coups de reins de Mouloud, qui le prend par les hanches et reprend sa vitesse de marteau-pilon.

Le pubis claque encore plus fort sur les fesses et les couilles se percutent. Matthieu reprend sa branlette sur sa queue en cadence des coups de bite. Matthieu ne peut plus se retenir et dans un râle lâche sa semence dans le foin en serrant son sphincter sur la queue de Mouloud ce qui fait envoyer un premier jet puissant et abondant dans le cul de Matthieu. Les giclées suivent et inondent tout l’intérieur de Matthieu qui s’effondre dans le foin avec Mouloud sur lui. Mouloud l’embrasse dans le cou.

– eh bien, dit Mouloud, maintenant je ne regrette pas mon voyage.

La bite de Mouloud s’est échappée du cul de Matthieu qui s’est retourné et est venu se réfugier dans les bras de Mouloud. Leurs lèvres se sont jointes dans un long baiser.

– merci, dit Matthieu, tu es le premier mec qui me baise vraiment. Tu sais ici dans le coin, à part les vieux vicieux qui veulent te baiser. Y’a personne!

Ils ont parlé un long moment de choses et d’autres et Matthieu a voulu sucer Mouloud. Mais la queue de Mouloud est grosse et longue et la bouche de Matthieu ne prenait pas le tout. Quand le gland touchait la luette, Matthieu crachait, toussait, les larmes pleins les yeux.

Mouloud ne le forçait pas, le laissant faire, sa queue était toute humide de salive et Matthieu cherchait toujours à en avaler le plus possible. Sa main lui tenait les couilles, les pétrissait doucement, sa main était chaude mais calleuse. Eh oui pas des mains de parisiens!

Mais Matthieu était un bon élève et Mouloud réussi à engouffrer son gland dans sa gorge. Ses yeux pleuraient, mais Matthieu se forçait et semblait apprécier.

– t’as déjà pris du jus en bouche demande Mouloud
– non dit Matthieu, à part le mien .
– tu veux goûter au mien ?
– oui dit Matthieu tout sourire en replongeant sur la queue de Mouloud et la suçant avec application au plus profond.

Mouloud lui caressait le dos, doigtant son petit cul de temps en temps et il senti la sève monter. Quand Matthieu a eu sa queue bien enfoncée dans sa bouche, il a appuyé sur sa tête tout le temps qu’il se déversait en lui. Il le voyait déglutir et avaler le tout. Il a ressorti la queue et la léché avec application, comme une glace.

Mouloud lui caressait les cheveux. Mathieu est venu se mettre dans les bras de Mouloud, lui embrassant le visage en papillonnant. Ses baisers étaient légers, chauds et tendres.

– merci d’être passé par ici, dit Matthieu très sérieusement. jJadore ta queue! J’en avais jamais vue de si belle, sur des vidéos oui. Mais c’est pas pareil de la tenir en main, de se faire baiser et de la sucer pour de vrai.  Tu restes pour la nuit hein ?

– ben tu veux que j’aille où dit Mouloud
– on peut aller dans ma chambre si tu veux dit Matthieu.
– t’es trop gentil dit Mouloud mais tu sais dormir dans un grand lit rempli de foin, ben tu vois moi c’est la première fois.
– alors je reste avec toi jusqu’à demain. T’es d’accord ?
– c’est moi ou ma queue que tu veux ?
– t’es bête dit Matthieu. Les deux. Mais viens, on va se mettre un peu plus haut. Comme ça si quelqu’un vient il ne nous verra pas.

Ils sont allés s’installer en haut des balles de foin. Ca piquait les fesses. Ils ont étalé leurs vêtements et se sont couchés dans les bras l’un de l’autre.

Serrés bite contre bite, elles se sont redressées. Ils se sont sucés mutuellement. Mouloud jouant avec le prépuce et le gland de Matthieu. Matthieu continuait d’apprendre les gorges profondes si bien qu’ils ont giclé ensemble dans la bouche l’un de l’autre et ils se sont embrassés.

Matthieu est allé chercher à boire et à manger, ils ont cassé la croûte dans le foin à la lumière d’une lampe électrique, nus tous les deux, leurs bites pointaient encore entre leurs jambes.

Après avoir repris des forces, ils ont remis ça. Matthieu voulait se faire enculer encore plus fort, encore plus profond. Ils ont joui ensemble, se sont caressés. Mouloud a baisé plusieurs fois Matthieu qui donnait son cul avec plaisir. Les couilles vides, le jour s’est levé sur la ferme. Un beau soleil.

Ils sont allés se laver, enfin se réveiller à la pompe à eau. Matthieu est allé chercher le café.
Matthieu cherchait toujours à retarder le départ de Mouloud. Il le touchait partout, l’embrassait.

– on se revoit quand ? a demandé tout triste Matthieu
– tu connais Paris ?
– j’y suis allé mais sans plus
– alors viens me voir. Je peux te loger le temps que tu veux.
– tu vis seul ?
– oui je suis dans un petit studio. Y’a qu’un lit. Tu seras obligé de dormir avec moi dit Mouloud en souriant
– s’il n’y a que ça comme problème dit Matthieu en riant, je peux venir le week-end prochain si tu veux.

Si Mouloud voulait ? Il n’attendait que ça!

Ils ont échangé leurs téléphones et le rendez vous a été pris. Matthieu a pris la vieille voiture accompagnant Mouloud jusqu’au patelin pour qu’il prenne son train.

Le départ a été dur, ils ne pouvaient pas se serrer dans les bras trop tendrement ni s’embrasser. Matthieu avait les larmes aux yeux.

– on se parle ce soir dit Mouloud lui caressant la joue tendrement et avec la vidéo. On va pouvoir connaitre toutes les parties de notre corps. Je te montrerais tout et toi aussi. Tu vas voir comme on va jouir à ce jeu là.

– j’en suis sûr dit Matthieu tristement.
– et on se voit vendredi soir, ça va pas être long mon bébé dit Mouloud en caressant de nouveau sa joue. Et la bite de Mouloud sera toute à toi .

Matthieu a souri et serré très fortement la main de Mouloud entre les siennes. Le train arrivait. C’était l’heure de la séparation.

Même Mouloud sentait les larmes venir dans ses yeux. Ceux de Matthieu étaient prêt de déborder. Mouloud l’a serré dans ses bras en lui faisant une bise sur les joues.

– à vendredi soir dit Mouloud en montant dans le train

Matthieu est resté sur le quai de la gare regardant disparaitre le train. IL est rentré chez lui le coeur lourd.

Vivement vendredi soir à Paris!!

A suivre…

Par Fabrice
Tumblr: histoiresdeq

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.