Vendredi était enfin arrivé… Matthieu était allé prendre son train, laissant sa voiture sur le parking et filait vers Paris. Il s’était installé, seul, dans un coin, regardait le paysage défilé et repensait à la semaine écoulée.

Lire la première partie de l’histoire gay – Les rencontres de Mouloud

Il n’en revenait pas de sa rencontre avec Mouloud. Sa nuit dans le foin de la ferme, sa queue, sa grosse queue qu’il n’avait aimé qu’une seule nuit. Comme promis ils avaient fait des appels vidéos chaque soir avant de dormir.

Matthieu avait pu observer de près tout le corps de Mouloud, des pieds à la tête il avait passé son téléphone sur tout son corps. Il se rappelait de chaque poil. Il s’était pris d’admiration pour les pieds de Mouloud. Pourquoi ? Il ne savait pas, mais avait trouvé très érotique de voir la cam passer sur ses pieds, les orteils bouger comme des petites bites.

Il avait eu envie de les toucher, de les caresser, voir de les sucer. Il avait été très excité par le spectacle que lui a donné Mouloud…

>> Envie de rencontrer un mec ? Va sur GayMec !

Il se souvenait aussi du moment où Mouloud lui avait montré sa raie fessière, qu’il avait deviné le petit trou et qu’après moultes efforts pour bien écarter ses fesses, l’apparition de son anus l’avait fait bander et juter d’un seul coup. Cela lui donnait envie de le lécher, d’y mettre sa langue voir sa bite mais Mouloud voudrait-il ? Ils n’en avaient pas parlé.

Et sa queue, la belle queue toujours bandante que Mouloud exhibait tous les soirs, se caressant, se branlant et jutant des quantités extraordinaires de sperme qui faisaient jouir Matthieu.

Les soirées duraient deux heures voir plus, ils s’endormaient se regardant par écran interposé, se souriaient. Les téléphones se coupaient tout seul.

De se rappeler ses souvenirs, la queue de Matthieu était au garde à vous. Il avait tellement envie de se serrer dans les bras de Mouloud, de l’embrasser, sentir ses lèvres sur son corps, de respirer son odeur et d’avoir sa queue en lui pour qu’il le baise bien fort et le remplisse de tout son jus.

Le voyage durait deux heures et Matthieu avait envie de se soulager. Il décida d’aller se branler dans les toilettes en repensant au corps de Mouloud, cela serait vite fait.

Il se leva de son siège, traversa le wagon pratiquement désert. Les toilettes étaient fermées ou occupées. Il décida d’aller à la suivante, c’est un wagon fait de compartiments, le couloir longe la fenêtre. Il aperçu arriver un jeune en face lui qui déambulait nonchalamment vers lui en le fixant. C’était un beau mec de son âge. Il lui sourit quand Matthieu se mis dos aux compartiments pour le laisser passer. Il sentit sa main frôler avec insistance sur sa bite bien raide emprisonnée dans son jean. Matthieu devint tout rouge et fila vers les toilettes sans se retourner.

Il ouvre la porte, entre, se retourne pour fermer mais le mec est là qui tient la porte, sourire aux lèvres avance doucement en posant sa main sur la sienne, le faisant reculer, et ferme la porte derrière lui. Matthieu était tétanisé.

Sans un mot le mec le prend dans ses bras, l’attire contre lui et sa bouche s’empare de la sienne. Sa langue force ses lèvres et vient se mélanger à la sienne. C’est chaud, c’est vivant, les salives s’échangent. Matthieu ferme les yeux et se laisse emporter par ce baiser fougueux.

Une main du mec vient lui caresser le sexe, passe par dessus le pantalon et saisit son sexe en le pétrissant, le faisant gémir. Il défait sa ceinture, son jean. Le mec s’assoit sur les chiottes baisse le jean et le boxer de Matthieu laissant sortir sa belle queue bien raide qui mouille déjà. Le mec, tire la peau en arrière faisant apparaître son gland qui suinte, de l’autre main il prend et caresse ses couilles.

Sa langue lèche le gland et avale complètement la queue de Matthieu qui ne peut s’empêcher de gémir.
– chuttt dit le mec et il reprend sa gorge profonde, enfonçant au plus profond la queue de Matthieu qui décide de prendre les choses en mains.

Il prend alors la tête du mec dans ses mains et impose sa cadence de vas et viens dans sa gorge. Le mec penche la tête en arrière, ferme les yeux et savoure la pénétration de sa gorge. Sa langue enveloppe bien la queue de Matthieu qui sent la sève monter. Le visage bien loin de Mouloud passe dans ses yeux. Il accélère la cadence.

Mais le mec se relève, baisse son jean, son caleçon, Matthieu n’a pas le temps de voir sa queue, qu’il se retourne, se penche en avant sur les chiottes en disant
– baise moi et rempli moi beau mec!

Matthieu reste un temps interdit. C’est la première fois qu’il va baiser un cul. Il n’en revient pas que cela se passe dans un train. La main du mec passe entre ses jambes, prend ses couilles en main. Son gland bien décalotté est posé sur un anus qui en a vu d’autres. Sans autre façon c’est le mec qui s’enfonce sur la queue de Matthieu qui la voit disparaitre. La chaleur l’envahit d’un seul coup.

La douceur entoure sa tige qui est serrée dans le boyau étroit, c’est ça enculer un mec pense Matthieu!!

Putain qu’on est bien!! Il prend alors le mec aux hanches, et comme pour la bouche il impose sa cadence. Il veut en profiter Mathieu de sa première sodomie. Il s’enfonce bien au fond de ce cul accueillant et ressort presqu’entièrement pour revenir avec force. Quel plaisir de sentir sa queue coulisser tranquillement dans ce boyau chaud et humide. Les vas et viens se font de plus en plus rapides. Il accélère, le mec écarte bien ses fesses avec ses deux mains et la queue coulisse à merveille. Le plaisir revient avec force et son pubis claque sur le cul du mec.

Matthieu se bloque quand sa queue est bien enfoncée et ne pouvant s’empêcher de gueuler il jouit une première giclée comme jamais cela ne lui était arrivé. Son flot envahit le boyau, l’inonde. Même le mec gémit doucement et quand Matthieu croit qu’il s’est vidé une deuxième giclée puis une troisième viennent finir de remplir ce petit cul inconnu.

Matthieu reprend sa respiration. Le mec se dégage lentement, se retourne, prend en bouche la bite de Matthieu et avec ses coups de langues la rend comme neuve. Matthieu lui caresse les cheveux en souriant.

Le mec se relève, embrasse Matthieu.
– fais moi jouir en me branlant beau mec

Matthieu se saisit de sa queue et entame une branlette lente et douce, la langue du mec s’enfonce dans sa bouche, il accélère ses mouvements, la respiration du mec s’accélère, il sent son souffle giclant de ses narines, le mec se raidit dans ses bras et en gémissant gicle partout dans les toilettes. Sa langue n’en fini pas de caresser la sienne.

Il essuie sa queue avec du papier toilette et commence à se rhabiller. Matthieu en fait autant.

– merci bel inconnu dit le mec en voulant sortir des toilettes
– je suis dans le wagon suivant dit Matthieu tu viens ?
– non dit le mec avec son plus beau sourire. Je suis avec mon mec. Il va pas apprécier.

Et le mec, le beau mec sort des toilettes. Matthieu referme la porte derrière lui.
Putain le week-end commençait bien!

Il regagne sa place et bientôt l’arrivée à la gare du Nord se fait. Mouloud doit venir le chercher. Il descend du train et suit les voyageurs. Quand il voit le mec qu’il a baisé dans les toilettes passer à côté de lui, sans un regard, il est accompagné d’un arabe! Cela fait sourire Matthieu et il aperçoit au bout du quai son Mouloud! Il accélère le pas et ils se jettent dans les bras l’un de l’autre.

Ils ne peuvent s’empêcher de s’embrasser sur la joue. Mouloud le prend par la main et l’entraine dans le métro bondé! ce qui les oblige à se serrer l’un contre l’autre. Mouloud n’arrête pas de sourire en regardant Matthieu.

– qu’est ce que je suis content que tu sois venu n’arrête-t-il pas de lui dire en lui serrant la main.
– j’ai hâte de te serrer tout nu dit Matthieu à son oreille
– et moi donc, si tu savais tout ce que j’ai envie de faire avec toi durant ce week-end.
– ça devrait nous changer du foin dit Matthieu.

Ils éclatent de rire en se serrant encore plus l’un contre l’autre devant les yeux coquins d’une vieille dame qui ne peut s’empêcher de leur dire.
– ah la jeunesse!! Mais c’est bien! Il faut prendre du bon temps avant de descendre à son arrêt.

Ils sont descendus quelques stations plus loin, il y avait beaucoup d’arabes dans le quartier de Mouloud, il avait lâché la main de Matthieu et marchait sagement à côté de lui. Il avait salué différents mecs sur le passage. Des mecs qui le regardaient bizarrement pensait Matthieu et qui parlaient en arabes en les montrant mais il était avec Mouloud et tout allait bien..

Matthieu n’a pas eu le temps de visiter l’appartement de Mouloud. Ils se sont mis tout nu tous les deux, les corps se sont joints, emboités, bites contre bites, bien raides collées l’une à l’autre, les torses se frottaient, les bouches se sont jointes et Matthieu a retrouvé le goût de Mouloud qu’il n’avait pas oublié.

Il avait l’impression que Mouloud avait trente six mains qui lui parcouraient le corps, lui le serrait très fort contre lui, léchant sa langue, aspirant sa salive, sa main s’est égarée sur les fesses de Mouloud, c’est la première fois qu’il les touchait vraiment. Les deux mains ont saisi les fesses, les caressant, le bassin de Mouloud ondulait contre le sien. Les queues étaient dures comme du bambou et mélangeaient leurs mouilles qui coulaient avec abondance.

Matthieu continuait de caresser les belles fesses de Mouloud, beaucoup plus douces et fermes que celles du mec du train. Il adorait caresser les fesses de Mouloud.

Mouloud le soulève dans ses bras le déposa sur son lit, le faisant allonger sur le dos. Matthieu l’admire, son beau corps musclé dans la lumière douce de l’appartement, sa grosse queue bien dressée vers lui comme un appel.

Matthieu se redresse, assis sur le lit, il se penche sur la queue qui le regarde, prend les couilles dans sa main et lèche par petits coups le gland humide, cela fait tressauter Mouloud qui a posé sa main sur la tête de Matthieu, juste pour l’accompagner, pas pour le forcer.

Matthieu enfonce lentement la grosse queue de Mouloud dans sa bouche. Il prend son temps, la redécouvre avec sa langue, l’entoure de ses lèvres, la caresse avec de bout en bout et se l’enfonce brusquement en fond de gorge, collant son nez dans les poils pubiens de Mouloud qui lui tient la tête.

Sa langue joue avec la queue de Mouloud, il la sent bouger sur sa luette la bloquant. Le gland énorme l’empêche de respirer et l’odeur de Mouloud lui envahit les narines. Mouloud donne de petits coups de reins, gagnant quelques millimètres dans sa gorge. Matthieu le laisse faire, il sent le sgeg gonfler encore dans sa gorge. Il entend Mouloud gémir au moment où une première giclée inonde sa luette et coule directement dans sa gorge. Il dégluti et avale tout ce qui se présente. Les giclées sont abondantes, chaudes et épaisses. Le bon jus de Mouloud coule en lui.

Quand les giclées s’arrêtent, Mouloud retire doucement sa queue laissant à Matthieu le soin de la lécher, la sucer et aspirer tout se qui se présente. Il pousse Matthieu sur le lit qui tombe sur le dos, Mouloud se met à genoux devant lui et avale sa queue en le suçant énergiquement en le tenant par les couilles. Il est sucé, pétri, malaxé, sa langue enveloppe bien son gland, aspiré quand il déverse son sperme dans la bouche de son amant qui a fermé les yeux et déguste le nectar de son petit céfran.

Ils s’allongent sur le lit, se serrant l’un contre l’autre, s’embrassant se caressant. Mouloud sourit à Matthieu, lui dit plein de mots doux que Matthieu n’attendaient pas. Les queues reprennent de la vigueur, si jamais elle les avait quitté.

Les images se bousculent dans la tête de Matthieu.. les pieds de Mouloud, le cul du mec dans le train, il a envie de tout. Le cul de Mouloud l’attire, les pieds aussi, sa bite, son corps, tout quoi!

Il descend ses lèvres sur le torse de Mouloud. Le beau torse imberbe, lisse et dur. Il embrasse les tétons, les lèche, les mordille doucement puis plus rudement, ce qui fait pousser un petit cri à Mouloud. Il descend sur le nombril qu’il lèche, l’inondant de salive. Il caresse les abdos de son beau rebeu. Il peut enfin toucher tout ce que Mouloud lui a montré en vidéo. Il voit la queue, la grosse queue bandante collée au ventre alors avec sa langue il passe à côté, descend en direction des couilles, admirant les belles jambes musclées, poilues avec au bout les pieds qui bougent.

Les orteils s’écartent sous les coups de langue de Matthieu. Il caresse les cuisses, les lèche, descend sa langue entre les jambes, embrasse les genoux, caresse les mollets, les lèche. Il descend et admire les pieds de Mouloud. Pourquoi les pieds de Mouloud l’attirent comme ça ? Jamais il n’a fantasmé sur des pieds mais là c’est plus fort que lui. Il passe sa main sur le coup de pied, enveloppant la cheville puis le talon, sa bouche s’approche, lèche le dessus de pied.

Il sort du lit, vient se mettre à genoux au bout du lit, les plantes de pieds juste devant les yeux. Il voit Mouloud prendre un coussin, le mettre sous sa tête et l’observer.

Sans le quitter des yeux, Matthieu embrasse les orteils un par un, puis vient sucer le gros orteil. Il voit Mouloud sourire. Il passe sa langue entre les orteils, les suce, les embrasse. Mouloud bouge ses orteils dans sa bouche. Matthieu prend vraiment du plaisir à s’occuper des pieds de Mouloud et Mouloud semble y prendre également du plaisir. Il prend son temps, il passe son visage sur la plante des pieds, c’est doux, caressant et Matthieu bande, sa queue s’est redressée et colle à son ventre.

Il écarte les pieds de Mouloud et remonte entre ses jambes. Mouloud écarte naturellement ses jambes pour le laisser venir. Matthieu pose ses jambes sur ses épaules et remonte, il se retrouve avec les fesses devant son nez. Il passe sa langue dans la raie. Mouloud gémit en tirant ses jambes sur son torses dégageant ainsi son beau petit cul et Matthieu a enfin devant les yeux le petit trou de Mouloud, il écarte les fesses de ses mains, Mouloud fait bouger son anus. Matthieu donne de petits coups de langue dessus, insistant, et devant ses yeux le petit trou s’ouvre doucement. Alors Matthieu ose, pose un doigt et s’enfonce dedans. Il doigte lentement, s’enfonçant complètement. Mouloud écarte bien ses jambes et gémit de plus belle. Alors Matthieu met deux doigts qui sont avalés par le cul vorace. Matthieu joue avec ses doigts comme il joue avec son gode, il s’enfonce dans Mouloud qui gémit encore plus et qui finit par dire.

– je te veux en moi bébé viens me démonter complètement.

Il redresse bien ses jambes sur son torse. Matthieu vient se positionner, décalotte son gland humide de mouille et le pose sur l’anus de Mouloud, où il s’enfonce doucement.

Matthieu retrouve la sensation qu’il a eu dans le train. Sa queue est emprisonnée par le mec qu’il aime. Son boyau le malaxe, pétri sa queue. Matthieu donne des petits coups de reins et voit sa queue avaler et disparaître. Il s’active en regardant Mouloud qui s’offre à lui. Les coups de reins s’accélèrent et il baise son beur adoré de coups secs. A chaque fois Mouloud gémit et garde les yeux fermés. Matthieu va de plus en plus vite et il sent la sève monter, le plaisir arriver et dans un cri s’écroule sur Mouloud qui le serre dans ses bras et se vide en inondant l’intérieur de son amant.

Son coeur bat à toute vitesse. Les mains de Mouloud lui caressent le dos, l’apaisant, puis sa queue sort toute seule de sa cachette. Les jambes de Mouloud s’allongent, il sent la queue raide et dure de Mouloud entre eux. Il se met à quatre pattes, présentant ses fesses à Mouloud.
– baise moi fort Mouloud ça m’a tellement manqué!

La queue de Mouloud était prête, le cul de Matthieu aussi. Mouloud a juste vérifié que le petit cul était ouvert en le doigtant, puis l’a chevauché, s’enfonçant en lui d’une seule traite faisant couiner Matthieu de contentement et la chevauchée est devenue sauvage. Les claquements du pubis de Mouloud devenaient de plus en plus rapprochés jusqu’au moment où il se bloque et déverse tout son foutre au fond du cul de son nouvel amant. Il essaie de compter les giclées mais fini par y renoncer. Matthieu tombe à plat ventre sur le lit, Mouloud sur lui toujours emmanché mais sa queue ressort lentement.
– je t’aime lui a dit Mouloud à l’oreille
– moi aussi a dit Matthieu en se retournant pour l’embrasser.

Le silence s’est fait, ils se regardaient, se souriaient, se caressaient.
– je ne sais pas ce qui m’a pris dit Matthieu j’ai eu envie de te lécher les pieds.
– normal dit Mouloud j’ai les plus beaux pieds arabe du monde! C’est ma fierté!
– mais j’aime ta queue aussi dit Matthieu
– j’espère bien dit Mouloud car elle aime beaucoup ton petit cul
– je crois que ma queue aime aussi ton petit cul accueillant, j’aurais jamais cru que tu m’aurais laissé faire dit Matthieu
– quand j’aime quelqu’un il peut faire ce qu’il veut de moi.

Les bisous, les silences, les caresses ont reprennent.
– on prend une douche, on va dîner, on fait un tour et je t’invite dans mon lit dit Mouloud
– ce programme me va dit Matthieu en riant.

La soirée s’est déroulée comme sur des roulettes. Matthieu a fait la connaissance des copains de Mouloud, qu’il a présenté comme un nouveau pote de boulot. Au regard de certain, Matthieu a bien vu qu’il n’était pas dupe. Les mains baladeuses de certains en étaient la preuve. Les mains effleuraient ses fesses, sans trop s’attarder mais quand même plus que si ç’était par inadvertance. Matthieu n’a rien dit. Mouloud était là.

Avant de partir du bar, il a fait la connaissance du cousin Ahmed. Il n’a pas plu à Matthieu, il avait un regard malsain et vicieux.

Ils sont rentrés se coucher tous les deux. Ils ont parlé, ils ont baisé, se sont baisés mutuellement, ont joui de nombreuses fois dans tous les orifices possibles et se sont enfin endormis, enlacés.

Il était presque midi quand ils ont été réveillé par des coups violents à la porte.

– Mouloud t’es là ? c’est Abdel ton oncle.

A suivre…

Lire la première partie de l’histoire gay – Les rencontres de Mouloud

Par Fabrice
Tumblr: histoiresdeq

>> Envie de rencontrer un mec ? Va sur GayMec !

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.