Histoire gay – Le Séminaire

Que tout ceux qui aiment les séminaires de boulot lèvent la main. : OK on est d’accord personne n’aime ça, hormis le fait que ça te sort des locaux du boulot, ça reste du boulot…

L’été dernier, après deux ans de travail dans la même boîte, on nous a présenté le prochain séminaire imposé aux employés : trois jours en province à écouter un blabla imbuvable, même le cadre ne paraissait pas si sympathique que ça, après tout, on allait là-bas pour travailler, alors pourquoi faire plaisir aux employés hein.

Passer trois jours avec les collègues pour du temps perdu, l’idée me comblait. Et comme je ne sais pas tenir ma langue, j’ai été dans les premiers à râler sur ce séminaire. Prétextant une perte de temps et d’argent pour la société (alors que je m’en fichais royalement). Certaines de mes collègues essayaient coûte que coûte de me persuader que changer d’air fera du bien. J’avais envie de leur répondre, ‘changer d’air oui, mais sans vous !’,

Le seul avec qui j’aurai volontiers passer un peu de temps était le nouveau venu de la boîte. Ludo. Un petit mec de 25 ans tout juste, timide à souhait, ou plutôt l’air perdu. Ceci dit, il devait se demander ce qu’il avait bien pu penser le jour où il avait postulé ici. Faut dire que son accueil était passé inaperçu, un peu comme nous tous. La société ne respirait pas forcément la joie de vivre. On bossait voilà tout, on devait rendre des comptes et être rentables donc on s’amusait pas tous les jours.

Quelques jours après l’annonce, j’étais dans la salle de pause, préparant une cafetière pleine histoire de ne pas en manquer et il est entré. Il m’a salué timidement. Je lui ai répondu poliment et on a commencé à papoter.

  • Tu n’avais pas l’air enjoué pour le séminaire ? Je pensais que les employés aimaient bien ce genre de manifestations.
  • Hein, oh oui les autres oui, il y en a qui aiment ça, ils ont l’impression de passer trois jours en vacances mais moi je sais qu’on va là-bas pour bosser d’une part, et se faire laver le cerveau d’autre part
  • Oh dit comme ça oui, ça donne pas envie
  • Tu y vas toi ?
  • Moi ? Non je pense pas, je viens d’arriver il y a peu je sais pas si j’ai le droit
  • Le chef n’a rien dit ? Tu lui as pas demandé ?
  • Non j’ai rien demandé, je pensais juste qu’il faudrait un peu plus de temps… le temps de faire mes preuves.
  • Tu as envie d’y aller ?
  • Pour me sortir d’ici un peu, j’avoue que oui je serai bien tenté…
  • Ah si tu veux y aller, je peux m’arranger, et puis ça rendra ce séminaire plus sympa peut-être si tu y es
  • Tu vas faire quoi ?
  • Je vais parler au chef et demander à ce que tu viennes avec moi, si ça te dit bien sûr…
  • Oh oui oui mais ne t’attires pas d’ennui à cause de moi
  • Ne t’en fais pas pour ça. Considères que tu es inscrit, on ira ensemble ça sera plus cool.
  • Merci, merci
  • T’en fais pas, ça me fait plaisir aussi, et oui, tu peux m’appeler Phil si c’est ce que tu allais demander
  • Exact, c’était ça, merci Phil.

Je suis ressorti de la petite salle de pause presque fier de moi et je suis allé de suite dans le bureau de Bertrand, notre chef. Accessoirement, c’était un de mes amis aussi alors je savais que je ne risquais pas grand chose. Donc j’y suis allé tranquille et une demi-heure après avoir papoté de tout et de rien, c’était réglé. Le petit Ludo allait pouvoir s’amuser à son premier séminaire et moi j’avais secrètement l’idée de m’amuser… avec lui !

Physiquement, il faut dire qu’il m’attirait quand même beaucoup. Il avait l’air assez mince mais il était assez grand, un beau brun timide, maladroit, avec des yeux clairs pour ne rien gâcher. Il avait des lèvres très pulpeuses, c’était le premier truc que j’avais remarqué quand il est arrivé d’ailleurs. Je ne savais pas grand chose sur sa vie perso, il avait l’air assez discret, était-il en couple ? Célibataire ? Gay ou hétéro ? Je n’en savais rien cela-dit, je m’en préoccupais peu. Pour s’amuser que ce soit par allusion ou même en petites caresses , hétéro ou gay moi je m’en fichais, tant que j’amusais ! Mon esprit tordu se faisait à tout, tant que je pouvais prendre et donner du plaisir !

Je suis retourné à mon bureau et en passant devant celui de Ludo, je lui ai glissé un « C’est bon pour le séminaire, je m’occupe de nos réservations ! ». Il m’a crié un nouveau merci, visiblement, lui il était ravi d’aller s’enfermer pour bosser mais bon, qui sait avec un peu de chance, j’allais arriver à mes fins et on passerait un moment agréable.

J’ai passé le reste de la journée à réserver train et appeler le lieu du séminaire pour avoir les coordonnées des hôtels (oui, je m’assurais qu’on aurait la même chambre, pas fou hein). Et après quelques minutes au téléphone, tout était arrangé . On avait une chambre rien que pour nous, bien évidemment j’ai rien dit à Ludo, fallait bien que je ménage quelques surprises.

Et finalement, l’idée de ce séminaire m’est apparue nettement moins barbante et j’ai laissé les jours passer, tout en continuant néanmoins de parler avec Ludo pour en savoir un peu plus, le mode enquête était activé, le mode tentation aussi, allusions et petits jeux de regards…

Le matin du départ, on s’est rejoint devant la gare, nous n’étions pas tous les deux car plusieurs des collègues étaient présents aussi mais bon, il était là c’était le principal. Tout le monde est monté dans le train, direction le lieu de torture mentale pendant trois jours : trois jours et surtout deux nuits !

Le voyage a été assez sympa car Ludo s’est arrangé pour me coller littéralement histoire de s’asseoir à côté de moi dans le train. Les collègues n’étant pas loin, j’ai fait attention de ne rien trop tenter pour me faire griller mais ma jambe collée à la sienne n’a pas eu l’air de le gêner et quand je dis collée, c’est pas juste un effleurement, on se touchait plus que franchement tout en parlant. Il ne l’a presque pas enlevé de tout le trajet. Je ne voulais pas y voir juste une coïncidence, je voulais y voir un côté joueur, un côté rempli de désir, une approche timide mais assurée.

Après l’arrivée en gare et quelques minutes de trajet supplémentaire : le lieu du séminaire, l’émerveillement des collègues pour leur première fois et moi je râlais intérieurement, leur priant de se taire mais je les ai laissé savourer leur moment de joie, sachant un peu l’ambiance qui les attendait au tournant. Ludo me regardait et m’a glissé discrètement :

  • Ça à par l’air si mal à première vue
  • Oui, l’extérieur était pas mal… mais le must ça sera la nuit quand même…
  • La nuit, pourquoi, pour les animations ?
  • En quelque sorte oui, mais je pensais plus à la chambre d’hôtel, tranquille, sans l’ambiance de travail…
  • Ah oui je vois… on y va direct là à l’hôtel ?
  • Petit gourmand en plus… là non, non, c’est l’heure de l’accueil, la présentation, le blabla et tout… ça va être… long… !
  • Mais non tu vas voir, ça va aller…
  • Oui, restes près de moi et ça ira…

Je vous ferai grâce de l’arrivée, de l’inscription, du badge, de l’émargement, du discours interminables enfin non je me suis emmerdé presque 10 minutes après notre arrivée. Je regardais à droite à gauche, c’est marrant comme on peut remarquer en un coup d’œil ceux qui sont la pour la première fois et ceux comme moi, qui se demandent comment ils vont pouvoir s’échapper d’ici…

17h : presque fin de cette journée atroce, seule nouveauté : un accès au bar possible et oui bien sûr que je veux y avoir accès, je m’y suis rendu sans tarder accompagné de Ludo évidemment. Je voulais aller boire un verre (enfin trois minimum en vrai) avant de filer investir la chambre d’hôtel histoire d’oublier cette journée.

Le petit moment au bar a été très sympathique et au bout d’un moment tout le monde s’est éparpillé, on est resté un moment avec Ludo, terminant doucement nos verres…

  • Après celui là on part dans la chambre, ça te dit ?
  • Ouais ça me dit bien, la journée a été longue au final.
  • Moi j’ai hâte de passer sous la douche et me détendre un peu
  • Tu veux que j’attende ici le temps que tu prennes ta douche ?
  • Non pourquoi tu dis ça ? Tu me déranges pas tu sais bien au contraire
  • Je disais ça si tu voulais un peu d’intimité
  • Ah tu sais, si je voulais de l’intimité j’aurai pris une chambre tout seul, mais la je nous en ai pris une pour nous deux
  • Avec deux lits ?
  • Je crois qu’il y en avait plus, du coup je crois qu’on a un lit pour deux, ça t’embête ?
  • Non, pas plus que ça, au moins j’aurai bien chaud.
  • Si tu veux avoir bien chaud, tu sais, tu peux tout aussi bien venir prendre ta douche avec moi, je pourrai te frotter le dos si tu as envie…
  • Arrêtes…
  • Arrête quoi, je te mets mal à l’aise ?
  • Non
  • Alors quoi ?
  • Tu m’excites plus qu’autre chose en fait…
  • C’est vrai ? Alors, viens, on va se détendre ensemble…

Il s’est levé avant moi et je l’ai accompagné vers notre petite chambre, j’étais ravi d’avoir vu juste et enfin on allait pouvoir s’amuser un peu, j’avais hâte. Après un passage dans le hall et quelques détails administratifs, on est reparti direction l’hôtel. Une légère tension se faisait sentir à l’ouverture de la porte. La chambre était super spacieuse, plus luxueuse même que ce que j’avais pensé, mais c’était un plus pour notre plaisir. On a posé nos affaires dans un coin et sans rien dire j’ai commencé à me déshabiller devant lui. Doucement mais sûrement, mes habits ont commencé à voler dans la pièce. Je crois que c’est la première fois où je me suis déshabillé en premier devant un petit mec qui me plaisait bien. J’ai pris un malin plaisir à le voir me regarder me mettre à nu devant lui. Je me suis retrouvé totalement nu devant lui, ses yeux parcouraient mon corps et j’avais bien remarqué qu’il avait focalisé son attention sur ma queue. Je l’ai prise en main, la détendant un peu pour son plaisir et j’ai commencé à reculer doucement en direction de la salle de bains. Il m’a suivi des yeux et finalement, m’a suivi tout court dans la salle de bains. Je suis entré sous la douche avant lui et j’ai fait couler l’eau doucement. J’ai commencé à me mouiller le corps, me touchant au passage devant lui…

Je l’ai regardé et je lui ai dit :

  • Maintenant, tu peux te foutre à poil !

Il s’est exécuté sans broncher. Il lançait ses habits un à un dans le coin de la salle de bains. Son corps était bien musclé moi qui le pensait tout fin, il était tout fin mais les muscles suffisamment dessinés. Son boxer tout tendu à libérer sa queue bien tendue aussi. Pas de doute, Ludo était bel et bien excité par l’idée. Il est resté un petit moment, nu devant moi, le sexe bien droit et je l’ai autorisé à venir me rejoindre. A ma grande surprise, il est effectivement bien entré dans la douche mais s’est directement mis à genoux et m’a sucé sans attendre.

Je le savais excité, mais je n’avais pas mesuré à quel point, il s’est jeté sans hésiter sur ma queue et son appétit était plus que flagrant et pour mon plus grand plaisir. Je le regardais engloutir ma queue sous les jets d’eau chaude qui nous tombaient dessus. Je l’ai laissé quelques minutes se faire plaisir avec ma queue, lui laissant suffisamment de temps pour se faire plaisir et au bout d’un moment je l’ai relevé. Je l’ai collé à moi, l’embrassant langoureusement tout en le serrant dans mes bras. Une première petite étreinte gentille mais gourmande aussi.

On s’est savonné chacun notre tour, prenant soin d’explorer chaque parcelle et je me suis bien attardé sur son petit cul. Il m’avait sauté dessus sous la douche, la moindre des choses était que je lui fasse du bien au maximum. Mes doigts se sont frayés un chemin en lui, le faisant gémir de plaisir, il n’a pas exprimé de réticence alors j’ai continué, je m’enfonçais de plus en plus en lui, je le voyais se courber de plus en plus. Son petit cul s’ouvrait sous mes doigts habiles, il se cambrait de plus en plus…

Sans attendre de trop, je l’ai plaqué contre le mur de la douche, prenant ses mains dans les miennes. Je lui ai écarté les cuisses avec un pied, venant me coller à lui. Ma queue s’est glissé entre ses fesses, trouvant son chemin toute seule. Je suis resté contre lui pendant quelques secondes, le laissant gémir de plaisir ; l’idée de recevoir ma queue en lui l’excitait de plus en plus. Je sentais ses fesses se reculer contre moi, son désir se faisait de plus en plus gourmand et impatient. Il a serré ses mains encore plus et j’ai rapproché mon bassin petit à petit. Ma queue s’est alors introduite en lui, arrachant au passage un cri de soulagement de sa part. Il gémissait de plus en plus alors que je venais à peine d’entrer en lui…

Je me suis encore avancé, faisant entrer ma queue encore plus en lui, j’y étais complètement. Je suis resté un petit moment immobile, savourant ses petits cris de jouissance. Je me suis mis a bouger le plus lentement possible, pour qu’il me sente pleinement entrer en lui. L’eau chaude avait transformé la pièce en véritable sauna et ma queue devenait de plus en plus entreprenante entre ses fesses toutes mouillées. J’ai commencé à accélérer de plus en plus serrant encore ses mains entre les miennes, et maintenant me coups de queue à bonne cadence. Il criait de plus en plus. Plus je le faisais crier et plus j’avais envie d’entrer loin en lui, mais je voulais faire durer le plaisir. J’ai continué quelques temps ces coups de queue jusqu’à ce que je me retire, presque sans prévenir…

Ma queue est sortie de lui, le faisant gémir encore une fois. On est resté quelques secondes sous la douche avant d’en sortir. Je l’en ai fait sortir lui tendant une serviette, lui ordonnant de se sécher le plus rapidement possible avant de me rejoindre. Il s’est exécuté sans broncher. Une fois secs tous les deux on est revenus dans la chambre et je suis monté sur le lit. Il m’a suivi de près, se penchant sans hésiter sur ma queue. Il est resté le cul bien tendu en arrière, me permettant de pouvoir continuer à jouer avec son petit trou bien ouvert à présent.

Sa manière de sucer était toujours aussi gourmande, j’aimais sa façon de me prendre en bouche sans retenue. Mes doigts se baladaient le long de sa petite raie délicieuse, le plaisir d’y rentrer un doigt et de l’entendre gémir avec ma queue en bouche, il était encore plus gourmand que ce que j’avais espéré !

J’ai joué de longue minute avec son petit trou, le temps qu’il me pompe encore un peu et je me suis rallongé sur le lit. Tel son maître qui ordonne à son petit soumis, je lui ai dressé ma queue juste devant les yeux lui donnant l’ordre de venir s’asseoir dessus. Il n’a pas bronché. Il est venu sans hésiter, m’enjambant facilement et venant s’empaler d’une seule traite sur ma queue. Je me suis concentré sur lui, le regardant dans les moindres détails. J’aimais le voir bouger sur ma queue, détailler chaque expression de plaisir sur son visage. Ses yeux étaient grand ouverts, il n’arrêtait pas de me regarder. Il s’enfonçait à chaque fois bien à fond sur ma queue, offrant une salve de petits cris à chaque fois. Sa queue était tout raide encore, son gland était tout humide. J’ai posé mon doigt dessus pour récolter quelques gouttes et pour le goûter. Son excitation toute sucrée m’a émoustillé encore plus. Il était beau à se donner du plaisir sur moi, il se lâchait totalement.

Il s’est basculé en arrière et s’est mis à amplifier mes allers et venues en lui, j’ai juste eu le temps d’attraper sa queue avant qu’il se mette bien en arrière et plus il se balançait plus sa queue glissait autour de mes doigts, il était en train de monter tranquillement. Sa queue devenait de plus en plus dure, je le sentais venir alors je l’ai fait revenir vers moi, je me suis retiré de lui et je suis descendu jusqu’à sa queue que j’ai gobé directement. Je l’ai sucé quelques moments tout en le branlant avant de le faire jouir sur ma bouche. Il a crié encore plus fort au moment où sa queue giclait sur mon visage. Je l’ai léché de plus belle le temps qu’il finisse de jouir et je l’ai repris en bouche pendant quelques minutes…

Je suis remonté d’un cran et je l’ai fait mettre à genoux. Je me suis relevé, venant placer ma queue juste devant son visage, sa bouche était déjà ouverte, sa langue caressait mon gland. Je me suis branlé quelques petites secondes avant de tout jouir sur sa joue et sur sa bouche. Il a joué quelques secondes avec mes derniers jets de jouissance. Il a attrapé ma queue et s’est mis à me sucer de nouveau, mon orgasme prenait fin entre ses lèvres…

Cet orgasme partagé, ce moment de plaisir, cette douche… j’avais jamais été aussi heureux d’avoir vu juste sur le petit mec qui me plaisait. Je me suis posé un moment sur le lit, il s’est collé à moi et on s’est embrassés langoureusement, la nuit promettait de belles choses…

A suivre…

Réagissez à cet article !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Utiliser le sperme autrement

Article suivant

Histoire gay - Mathieu ne se branle jamais seul (partie 2)





Vous aimerez aussi
Lire la suite

Histoire gay – Joyeux anniversaire Loïc

Loïc et moi-même entretenons une relation de sexe friend depuis plusieurs mois. Nous sommes célibataires et profitons de notre célibat très souvent ensemble. Ça matche vraiment bien entre nous et partageons les mêmes envies et fantasmes que je vais vous relater dans cette histoire gay.
Total
0
Share