Dans cette histoire gay, Greg part pour deux jours de travail à Rennes. Il va me manquer. Vous allez me dire que deux jours ce n’est rien mais pour moi c’est beaucoup…Ça va faire bientôt 8 jours que je ne l’ai pas vu, l’horreur !

On a du mal à se voir ces dernier temps, entre nos travails respectifs, le couvre-feu et le fait qu’on habite pas à côté ni ensemble, ça ne nous facilite pas la vie! Surtout notre vie sexuelle !!

Je crois que je suis prêt à tout pour le voir avant qu’il ne parte.
Heureusement il m’a donné son horaire de départ. Je décide d’aller à la Gare Montparnasse 45 min avant que son train ne parte pour ne le louper et pouvoir lui faire la surprise.

Comme à son habitude Greg arrive bien en avance pour son train. Une chance pour moi ! Je l’aperçois qui se dirige vers sa voie, je lui emboîte le pas, ne connaissant pas le numéro de sa voiture. Je le suis à quelques mètres pour garder l’effet de surprise.

Le voilà qui monte en voiture 3. Je le laisse s’installer. Puis monte à mon tour et viens m’assoir sur le siège face à lui. Greg lève la tête pour me saluer et voir qui allait faire le voyage avec lui.
Il dit bonjour machinalement, sans réaliser qui je suis, ne s’attendant pas à me voir ici.

Il rabaisse la tête sur son téléphone, je vois qu’il était en train de m’envoyer un sms sûrement pour me prévenir qu’il est installé.

Alors je lui dit : t’embête pas à l’envoyer je suis là.
Greg relève la tête, surpris mais avec un grand sourire de me voir.
Il me dit : tu es dingue toi! T’as quitté le taf plus tôt juste pour me voir?
Moi: et oui je ne concevais pas ne pas te voir avant ton départ !

Je lui propose de sortir sur le quai fumer une dernière cigarette. Il me suit de près, je sens son regarde mater mon cul. Faut dire que j’avais mis The jeans ! Bien moulé dedans.

Il reste une grosse demie heure avant le départ du tgv pour Rennes… On arrive à la sortie du wagon, à auteur de la porte des WC, libre… ni une ni deux, j’ouvre la porte et tire Greg avec moi à l’intérieur. Je ferme le verrou et me met à l’embrasser fougueusement.

De longues et bonnes pelles avec langue profonde. Je suis chaud, j’ai trop envie de lui. De sentir sa peau contre ma peau, la chaleur de ses mains posées sur moi. Goûter le parfum de sa peau, de sa queue... Passer mes doigts et poser mes mains sur son torse poilu. Je brûle de désir pour lui.

Malheureuse le temps joue contre nous et défile à une vitesse… Je passe à la vitesse supérieure, je dégrafe quelques boutons de sa chemise blanche, déboutonne sa braguette, y glisse ma main pour sentir son sexe déjà dur de désir sous mes doigts qui tâtent son beau gland épais. Greg dégrafe ma chemise, y glisse une main pour me pincer le téton, il sait que ça m’électrise, me rend dingue.

Je sors sa queue de son jean, me baisse pour me mettre à genoux dans cet espace exigu. Une fois installé, je gobe son gland et viens enfoncer sa queue jusqu’au fond de ma bouche. Quel plaisir de sentir son gland taper en fond de gorge. Je lui baise bien la queue de ma bouche, j’en bave, ma salive coule sur ses couilles que je malaxe et tire de ma main gauche, pendant qu’avec la droite je le branle tout en le pompant.

Greg s’occupe bien de mes tétons, et place aussi une main sur l’arrière de ma tête, accompagne mes va et viens comme pour me guider sur la cadence à donner. Je passe de rapide à lent, m’attardant sur son gland, passant ma langue autour, jouant avec son urètre.

Bien aspirer à fond sa queue, faire monter le jus, sa mouille. Descendre gober ses couilles lisses et pleines. Sa queue est lourde, dure, délicieusement douce. Elle coulisse dans ma bouche. Sa mouille monte, je m’en délecte, je l’avale.

Je me relève, me retourne, baisse mon jeans, mon slip, attrape le poppers qui est dans mon sac, l’inhale, m’enivre et dit à Greg : baises moi !

Greg présente sa queue sur mon trou, il me pénètre; je sens chaque centimètre plonger en moi. Je pose une main sur le miroir face à nous, regarde Greg dans les yeux au travers de celui-ci, mord ma lèvre inférieure, lui montre le plaisir qu’il me donne, que je ressens.

Greg saisie à son tour le poppers, le colle à sa narine, inspire intensément et le repose à côté de moi.
Il m’empoigne d’une main par l’épaule et de l’autre la taille. Et entame une cadence frénétique, il a très envie de mon cul, de me faire jouir du trou. Ça queue tape avec intensité en moi, je gémis sous chacun de ses coups de rein.

Je lui dit : vas-y encore … baises moi ! Fais-moi mal !

De ma main libre je me branle et alterne avec mes tétons. Greg est chaud, très chaud. Je sens ses couilles claquer contre mon cul. Il me tient à présent une fesse et me soulève la jambe pour que je pose le genou sur le meuble, pour lui donner avantage l’accès.

Greg me baise comme un dieu. Je sens son souffle dans ma nuque, je suis au bord de la jouissance. Greg pousse lui aussi des râles, se penche sur moi, me glisse à l’oreille : t’aimes ça hein? Tu aimes quand je te baise comme ça ? Tu la sent bien là ? Vas-y dits moi combien t’aimes ça !

Oui vas-y baises moi, fais-moi bien sentir ta grosse queue, oui j’aime ça, oui encore, vas-y plus fort … je suis à toi.

A l’écoute de mes réponses, l’excitation de Greg est à son comble.

Il me dit : je vais jouir, je vais te remplir.
Vas-y oui vas-y marque ton territoire.

Greg pousse un dernier râle. Je sens qu’il se contracte Son jus se répand dans mon cul, ça me fait juter à mon tour. Je gémis une dernière fois.

On a chaud, on est essoufflé, on s’embrasse, nous rhabillons et sortons des toilettes le plus discrètement possible.

Il est finalement l’heure du départ, le signal du départ retentit, je donne un dernier baisé à Greg, je descends du train.

J’attends que la porte se ferme, que le train démarre et de voir Greg partir la tête rouge mais heureux de m’avoir vue.

Bon voyage…

une histoire gay écrite par @SessoParis

Voir aussi la vidéo gay Baisé dans un train par un hétéro 

Que pensez-vous de cet article ?

1
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.