La Gay Life Vacances vous propose tout l'été le meilleur de votre magazine gay avec des beaux mecs et tellement plus.
(c) Freepik

Histoire gay – Travaux chez Mounir (1/3)

Histoire gay - Rachid est marocain, 45 ans, bel homme, mais ce n'est pas le genre de Mounir qui préfère les céfrans, mais les céfrans avec une grosse queue, car il aime se faire niquer bien à fond par une bonne bite de céfran, et si en plus il est blond, il prend un pied total!
939 vues
15 mins de lecture
Commencez

Mounir est heureux, il est enfin libre! Libre de ses parents, à 30 ans, son père lui est content de le voir partir, sa mère moins! C’est son fils chéri, elle sait qu’il n’est pas comme les autres garçons, elle sait ce qu’il aime, même s’ils n’en n’ont jamais parlé! Mais une mère sent cela et elle se fait du souci comme seule une mère peut en avoir!

Mounir a trouvé un appartement, dans Paris, pas trop cher mais il y a des travaux à faire, et Mounir n’y connait rien! Son père se moque assez de lui dans ce domaine bien qu’il mette toute sa volonté. Enfin il demande à son père s’il ne connaît pas quelqu’un pour refaire les plâtres et poser du papier pour commencer dans la grande salle! Et son père lui indique Rachid, un ami à lui que Mounir a déjà vu chez ses parents plusieurs fois.

Rachid est marocain, 45 ans, bel homme, mais ce n’est pas le genre de Mounir qui préfère les céfrans, mais les céfrans avec une grosse queue, car il aime se faire niquer bien à fond par une bonne bite de céfran, et si en plus il est blond, il prend un pied total!

Il a bien essayé quelques rebeux ou renois des cités voisines, mais il trouve que se sont des bourrins, qui ne cherchent que leur plaisir et se foute de lui en le traitant de pute ou de salope! Alors il s’est mis à draguer le céfran en boîte, et là c’est lui qui trouvait de la salope qui voulait se faire niquer par Mounir!

Car Mounir a un beau zgeg, bien gros, bien épais, bien long, au gland bien dessiné, il se coupe les poils du pubis assez ras, comme ça son zob paraît plus énorme! Alors il a rendu service à des céfrans pour les niquer et en a trouvé qui cherchaient du rebeu qui faisaient la salope, et ça Mounir c’est le faire!

Maintenant qu’il a son appart, il va pouvoir s’en trouver un du même genre que le dernier, un beau céfran blond à la bite démesurée qui le nique à la perfection en prenant soin de lui, tout est fait en douceur et heureusement car il déguste pas mal déjà!

Donc Mounir voit un soir arriver à son nouveau domicile son père et Rachid qui vient voir les travaux à faire, et explique qu’en fin de compte il n’y a pas de grands travaux, que les murs semblent sains et qu’après avoir enlevé le papier existant, il verrait mieux!

Ils se mettent d’accord sur le prix, vraiment minime, et Rachid dit qu’il viendra dès samedi prochain et que s’il veut bien l’aider, ce n’est pas de refus!

Mounir a beau dire qu’il n’y connait rien, Rachid insiste en souriant disant qu’il était le patron et lui l’ouvrier! Qu’il n’avait qu’à obéir! Son père a bien rigolé!

Le samedi matin Rachid était là, souriant comme toujours, vêtu de sa salopette maculée de traces de plâtre. Cette salopette le serrait un peu, et de dos on voyait bien une belle paire de fesses bien dures! Il faisait chaud, il avait enlevé son tee-shirt et Mounir a quand même été estomaqué de voir les bras puissants qu’avait cet homme qui l’a mis au boulot!

Bah, enlever du papier peint, c’est pas si compliqué et avec l’aide de Rachid, souriant toujours en le regardant, tout devenait simple!

Bien sûr Mounir le matait en douce, il travaillait deux fois plus vite que lui, mais quand il le regardait c’était au fur et à mesure de la journée avec des yeux différents, il avait cru apercevoir le dessin du zgeg dans la salopette, et cela l’avait fait frémir! Quand il levait les bras, la salopette coinçait ses fesses et rentrait dans la raie, séparant deux globes que Mounir se surprenait à penser qu’il mettrait bien sa langue dans cet endroit, si bien qu’à midi, Mounir bandait comme un fou!

Heureusement qu’il est sorti pour aller chercher la bouffe chez le traiteur du coin, il était calmé quand il est revenu! Ils ont mangé en tête à tête dans la cuisine et c’est lui qui s’est fait cuisiner par Rachid qui devenait bien curieux!

Tu vas vivre tout seul ? tu as une copine ? tu sors dans quelles boîtes ? et patati et patata! Mounir répondait sans trop se dévoiler, restant vague.

Ils ont repris le boulot, la grande pièce était pratiquement à nu maintenant et Mounir a vu Rachid ausculter le mur pour déceler les petits trous éventuels qu’il doit reboucher!

Et avec sa spatule commence le boulot sans s’occuper de Mounir qui finit le décollage dans son coin et quand il a terminé reprend à regarder Rachid, cette fois avec envie, pensant que jamais il n’avait eu un mec de cet âge dans ses bras! Alors pourquoi il matait comme ça Rachid ? il le trouvait beau et sexy le mâle rebeu hétéro! Car Rachid est marié et a plusieurs enfants dans ses souvenirs.

Rachid lui montre comment poncer ce qu’il vient d’étaler pour que se soit lisse et qu’on ne voit aucune trace, pour ça il lui prend la main en se mettant derrière lui, et lui montre qu’il ne faut pas frotter comme une brute, mais juste lentement pour qu’il n’y ait plus d’aspérités visibles.

A ce moment-là Mounir sent le corps de Rachid se coller à son dos, tétanisé, il ne dit plus rien se laisse prendre la main et suit ce qu’il demande! Par contre heureusement que Rachid est derrière, car lui bande comme un fou!

Il exécute le travail, et en fin de journée, la pièce est prête pour poser le papier peint!

-si tu veux, je ne fais rien demain on peut faire ça! Comme ça tu seras tranquille après au lieu d’attendre samedi prochain!
-mais Rachid, c’est dimanche demain, que va dire ta femme et tes enfants ?
-oh ils ont l’habitude, tu sais ils sont bien contents quand je ramène le fric pour améliorer l’ordinaire! dit un Rachid encore avec le sourire.
-c’est comme tu veux, de toute façon j’ai tout ce qu’il faut et demain je suis là!
-ok alors, mais est ce que je peux prendre ma douche chez toi avant de rentrer ?
-bien sûr, c’est à côté des WC.

Mounir lui sort ce qu’il faut et le laisse dans la salle de bains.

Il entend l’eau couler, il aimerait être petite souris et voir ce mâle sous sa douche, il bande encore rien qu’en entendant l’eau, imaginant les mains de Rachid passer sur son corps pour se laver, être plein de mousses, voir les tétons pointer, qu’il lécherait bien sûr pour aller ensuite faire connaissance avec son zob! Il devait avoir un beau zob Rachid! Il en était sûr! Vivement qu’il parte qu’il puisse se branler avec tout ça, respirer son odeur sur la serviette!

Il est debout devant la fenêtre, regardant sans voir l’extérieur, plongé dans ses pensées :

-Mounir, crie Rachid, tu peux venir s’il te plait ?

Le cœur de Mounir s’emballe en se dirigeant vers la salle de bains, que veut-il ? Il arrive dans la salle de bains, Rachid est nu sous la douche, souriant encore:

-j’aime bien me faire frotter le dos quand je prends une douche, tu veux bien Mounir ?

Sa gorge est tellement sèche qu’il ne peut répondre, il s’avance se forçant à regarder Rachid dans les yeux, pas son corps, pas son cul, rien! pense t-il, faut que je ne regarde rien! Il s’avance encore, le rideau s’écarte, il est de dos et tend un gant à Mounir. Il s’en saisit, l’enfile et va pour passer sa main sur le dos offert, quand Rachid tourne la tête :

-tu devrais te mettre comme moi, sinon tu vas être trempé tout habillé! Ne te gêne pas Mounir, on est entre mecs!

Justement, pense Mounir, ce n’est pas bon pour moi! Mais il obéit, se met nu sans que Rachid ne tourne la tête, il avance dans la douche, et les voilà tous les deux nus, mais le zob de Mounir est un jeune capricieux et a de la vigueur, il se met à bander dur, se redresser, toucher les fesses de Rachid qui ne semble pas s’en apercevoir, et plus il frotte son dos, moins ses raideurs disparaissent!

-ça fait tellement de bien! dit Rachid en tournant la tête pour le regarder, si tu veux tu peux me frotter les fesses aussi! J’adore ça!

Mounir est vraiment au supplice, il bande sans qu’apparemment Rachid n’ait rien vu, et caresse les fesses d’un vrai mâle qui se laisse faire et les tend! Ah s’il avait été son amant, comment il serait déjà à genoux pour lécher la raie! Rachid tourne la tête encore une fois, toujours son sourire :

-Tourne toi je vais t’en faire autant, tu vas voir comme c’est bon!

Mounir est content de lui tourner le dos, comme ça il ne verra pas qu’il bande pour lui! Une main de Rachid se pose sur son épaule et l’autre, sans gant, passe sur son dos, oh il ne frotte pas, il caresse doucement lui procurant plein de frissons, la main sur l’épaule le serre, l’autre main caresse le dos, passe sur ses reins, vient toucher ses fesses qu’imperceptiblement il tend, la main douce de Rachid passe sur une fesse, la caressant à pleine main, sa fesse est dure, la caresse est douce, ses doigts passent dans sa raie, sans chercher son petit trou, et vient caresser l’autre fesse!

Mounir n’ose pas tourner la tête, si ça continue il va juter sans se branler! Les doigts reviennent dans sa raie, Mounir se laisse ouvrir en reculant un peu, un doigt touche son anus, frotte, gratte, la main sur son épaule s’affermit encore, le corps de Rachid se colle à son flanc et il sent le sgeg raide coller sa fesse et là Mounir ne peut s’empêcher de gémir en tendant encore plus ses belles petites fesses!

Le doigt plein de savon a trouvé l’anus, force et il se tend encore plus pour le laisser passer et quand la première phalange entre, là il gémit encore plus fort en s’offrant plus!

La tête de Rachid vient près de la sienne, ses lèvres à son oreille :

-alors comme ça Mounir est pédé! T’aimes te faire niquer ma belle salope ? ça tombe bien moi j’aime niquer des petites salopes comme toi, car vois tu, ma femme trouve que mon zob est trop gros pour aller dans son cul, alors que les petites salopes comme toi le prennent facilement!

Il avait dit ça d’un ton doux, il ne se moquait pas, et Mounir sentait bien qu’il bandait. La main sur son épaule vient lui prendre le menton et lui faire tourner la tête, alors que l’autre doigt le fouillait toujours :

-Alors Mounir, tu ne dis plus rien ?
-que veux tu que je dise! oui je suis pédé! oui j’aime me faire niquer!
-par les rebeux ? demande fièrement Rachid.
-je préfère les céfrans ils sont plus doux et aimants! dit Mounir en le fixant.
-parce que tu n’es tombé que sur des bourrins, moi quand le mec me plait je le nique à ma façon mais il faut m’obéir en tout Mounir! T’es d’accord ?
-oui Rachid, dit Mounir en baissant les yeux.

Sans sortir son doigt de son cul, Rachid le fait mettre en face de lui et les deux zobs se croisent, se frottent, s’écrasent l’un sur l’autre procurant une douce chaleur à Mounir!

-va faire connaissance avec mon zob, voir ce qui va entrer dans ton petit cul de salope et te remplir comme il se doit!

Le doigt sort de son cul, les mains appuient sur ses épaules et le voilà à genoux dans la douche en face un zob hors norme, tant en épaisseur qu’en longueur, il le prend à deux mains l’une au dessus de l’autre et le gland sort encore, ses doigts en font à peine le tour!

Il a chaud Mounir d’un seul coup!

Une paire de grosses couilles poilues pendent en dessous, il les soupèse d’une main, les caresse, mais il regarde surtout ce gros zob, le détaillant, suivre des yeux cette grosse veine bleue qui vient se perdre sous le gland! Le méat bien ouvert qui laisse couler des perles de mouille! Il caresse le long zob, appréciant la dureté, la chaleur et la douceur, le gland d’une couleur plus foncée, l’attire, il relève la queue pour déposer le gland sur ses lèvres, et lèche le méat attirant la mouille de sa langue dans sa bouche, puis les lèvres enveloppent, aspirant la mouille, la main de Rachid vient se poser sur sa tête et il l’entend grogner!

Il fait glisser le gros zob sur sa langue, il le sent frotter son palais, arriver vite à sa luette, les larmes lui viennent aux yeux, il tousse, mais ne recule pas, cherche à aller plus loin, mais il tousse plus fort et crache sur le zob qui bouscule la luette et continue dans sa gorge, l’asphyxiant complètement! Il relève ses yeux et à travers les larmes voit Rachid penché, sourire aux lèvres!

Quand ses lèvres se referment sur la queue, il ne touche pas les poils pubiens! Jamais il ne pourra avaler tout le morceau à moins de mourir étouffé! La main de Rachid est toujours sur sa tête, il ne le force pas au contraire, caresse ses cheveux, il le laisse faire comme il veut!

Il se met à le piper avec lenteur, cherchant à chaque fois à en avaler encore plus, mais il ne peut pas! Alors il déguste ce bon zob bien raide, avalant la mouille qui sort en abondance, quand les mains de Rachid, le prennent sous les bras, le soulèvent pour le coller à lui, ses mains prennent chacune une fesse, qu’elles massent, caressent en les écartant! Rachid le regarde de son beau sourire :

-tu vas pas t’étouffer dès le premier jour Mounir! Tu verras je suis sûr que tu arriveras à le prendre tout entier au fond de ta gorge! Sache que j’ai apprécié ce que tu viens de me faire!

Mounir regarde les belles lèvres qui sont à portée des siennes, mais, pense t-il, un rebeu hétéro n’embrasse pas un pédé!

Une main vient caresser son visage tendrement, le pouce passe sur ses lèvres, force la bouche, s’enfonce pour toucher sa langue, et Mounir fixant Rachid lui suce le pouce, le léchant l’aspirant comme il vient de le faire avec son gros zob!

Le pouce se retire, reprend son visage, il voit Rachid fermer ses yeux et ses lèvres se poser sur les siennes, et Mounir fond dans les bras du mâle rebeu!

Avoir la langue de Rachid qui joue avec la sienne, l’écrase, s’enroule, l’aspire, laisse couler sa salive, aspire la sienne, et sentir en même temps leurs zobs qui se frottent l’un à l’autre, il va tomber amoureux Mounir à ce rythme là! Enfin, c’est ce qu’il pense!

Quand Rachid se retire de sa bouche, c’est pour lui dire :

-Donne moi ton cul Mounir, tourne toi, ouvre le bien en te penchant sur le lavabo!

Il est pas difficile Mounir, il obéit et tend bien son cul! Il sent les mains de Rachid s’en emparer, les écarter durement et aussitôt la langue de Rachid qu’il vient d’aspirer, lui lèche son petit trou qui se laisse apprivoiser par cette bonne langue! Il sent la salive couler, l’inonder, la langue forcer son trou et commencer à s’aventurer, quand elle est remplacée par deux doigts exprès pour le forage en terre inconnue! Il se sent percé, troué, foré, les doigts sont vrillés en lui et son cul reste ouvert! Au moins il le prépare bien, car il sait Mounir que cette fois Rachid va pouvoir faire entrer tout son gros zob en lui! Son cul allait bien tout avaler!

Son cul est resté ouvert deux secondes, le temps que Rachid se redresse et pose son gros gland sur l’entrée, saisisse Mounir aux hanches, laisse couler de la salive, un énorme paquet de salive sur le gland prêt à entrer, et donne son premier coup de reins!

Rachid n’est pas un tendre dans ses coups de reins, ce qu’il aime quand il nique un pédé comme il dit, c’est que ça rentre vite! Au premier coup de reins, son gland est entré et Mounir hurle en bougeant son cul, cette comme s’il avait été brûlé de l’intérieur, une grosse barre de métal est entrée en lui!

Une main de Rachid le tient à la hanche et l’autre appuie au milieu du dos, quand le deuxième coup de reins arrive, et le zob entre à moitié sous un nouvel hurlement de Mounir, qui halète, peine à respirer tellement il sent ce gros morceau en lui, il ne sait plus quoi penser, ça le brûle, il a l’impression d’être scié en deux, ouvert comme jamais il n’a été!



Les deux mains de Rachid sur son dos appuient en même temps qu’un nouveau coup de reins, nouvel hurlement, mais Mounir sent les poils pubiens se frotter à ses fesses! Il respire, souffle, se cramponne au lavabo comme il peut, il n’ose pas bouger, il se sent épingler sur ce gros machin et sait que ce n’est pas fini!

A croire que Rachid est pressé, Mounir sent le gros zob ressortir à moitié et revenir rapidement pour frapper au fond de lui en même temps que ça claque sur ses fesses, et que lui crie encore et encore, car les va-et-vient se font de plus en plus rapides, de plus en plus secs, et Mounir crie de plus en plus!

Mais tout à une fin, et Mounir est heureux quand il sent Rachid se bloquer au fond de son cul, sentir le gland grossir d’un seul coup et lâcher les vannes! Ah il en a pris du jus dans son petit cul Mounir, mais là il a l’impression qu’ils sont plusieurs à juter! C’est chaud bouillant, il sent la chaleur se répandre en lui, le jus s’étaler partout, il sent le gros gland flotter dans ce jus et ça n’arrête pas, Rachid à chaque râle, grognement envoie une giclée toujours aussi fournie!

Quand Mounir l’entend commencer à mieux respirer, il voudrait bien qu’il sorte de lui, car il a envie de se branler Mounir, de se toucher le cul, sentir le jus de ce mâle et de se le passer sur son zob pour mieux se branler, mais Rachid le redresse, contre lui, et l’embrasse sur la joue, le serrant contre lui! Mouloud sent son zgeg encore en lui, toujours aussi raide!

La main de Rachid caresse son torse, descend sur son zob, le prend à pleine main, et le branle énergiquement, ce qui fait que Mounir râle en serrant des fesses sur le gros zob en lui! La main s’active sur sa queue, il est prêt à envoyer la purée, mais il ralenti, ça se finit en caresses lentes qui l’excitent encore plus :

-serre bien tes petites fesses de pédé sur ma queue Mounir!

Et la branlette énergique recommence et cette fois va jusqu’au bout, quand Mounir jouit c’est lui qui hurle encore une fois, tentant d’écraser le gros zob dans son cul, et voir ses giclées s’écraser sur la glace au dessus du lavabo et Rachid n’arrête pas pour ça de le branler, les autres giclées tombent dans le lavabo, les bords, y’en a partout! Rachid le penche sur le lavabo :

-lèche bien ta sauce Mounir!

Les mains reprennent ses hanches et son petit cul est martyrisé une seconde fois, aussi vite, aussi durement, faisant encore crier un Mounir, ravi. Les coups de reins l’empêchent de lécher son jus mais il se frotte dedans, en a partout sur le visage quand il sent les nouvelles salves remplir encore une fois son cul! Cette fois c’est sûr, ça va déborder!

Rachid sort enfin de lui, le fait retourner et appuie sur ses épaules, sans rien dire, et Mounir entreprend de lécher avec plaisir ce gros zob encore en demi molle, avant de se faire entraîner sous la douche pour un rinçage efficace!

Mounir a juste enfilé son peignoir de bains, Rachid s’est remis en tenue de travailleur, et, avant de partir a pris Mounir dans ses bras :

-j’vais faire quelque chose de toi Mounir! T’es une belle salope qui mérite de s’améliorer et quand on est rebeu Mounir, on s’fait pas niquer par des céfrans! ça sait pas niquer un céfran!

Il l’a serré contre lui, l’embrassant d’une manière tendre a trouvé Mounir, en disant :

-à demain matin car on a pas mal de boulot encore! Dort bien mon beau petit pédé!

Mounir est allé s’allonger sur son lit et s’est mis à se branler en repensant à tout ce qu’il venait de faire, enfin de subir avec Rachid, et penser qu’il avait bien aimé quand même! Mais demain ? Qu’allait il lui faire encore ?

A suivre…

(c) Photos : Freepik


En savoir plus sur LGL Vacances

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Fabrice

Fabric est auteur d'histoire gay pour La Gay Life

1 Comment

  1. Bravo Fabrice !
    La première partie est déjà bien chaude. Qu’est-ce que ça sera pour les parties 2 et 3.
    Qui sait ?? Mounir et Rachid emménageront ensemble plus tard. ^^

Réagissez à cet article !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Gay Life

La Gay Life vous propose quotidiennement des articles dans différents domaines, tels que la beauté masculine, des récits, vidéos et GIFs gay, ainsi que des sujets sur la culture, le style de vie, l'humour et bien plus encore.

Ne manquez aucune info gay

En savoir plus sur LGL Vacances

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Ne manquez pas !

×
×