La Gay Life est bien plus qu'un simple magazine gay, c'est une expérience à part entière.

Histoire gay – Confessions du curé (partie 3)

Tenir mon beau curé dans mes bras, le voir me sourire, me faire de petits bisous sur les lèvres, ses mains caressent mon corps. Il ne disait plus rien, me regardait et j'aimais ses yeux, alors je me suis jeté sur lui pour l'embrasser avec le plus de passion que je pouvais avoir.
993 vues
11 mins de lecture
Commencez

Tenir mon beau curé dans mes bras, le voir me sourire, me faire de petits bisous sur les lèvres, ses mains caressent mon corps. Il ne disait plus rien, me regardait et j’aimais ses yeux, alors je me suis jeté sur lui pour l’embrasser avec le plus de passion que je pouvais avoir.

Lire Confessions du curé (partie 1)

Lire Confessions du curé (partie 2)

Il s’est laissé faire tout en me serrant contre lui.

-qu’est ce qui t’arrive ? demande-t-il doucement en souriant
-t’es beau! t’es doux! t’es gentil!

Il rigole doucement.

-et je veux savoir la suite de ton histoire.
-je crois que t’es le mec le plus coquin et vicieux que j’ai pu connaître.
-si c’est un compliment, je le prends avec plaisir.. allez raconte la suite.. je suis sûr qu’elle est mieux que le début.. je le vois dans tes yeux.. ils brillent maintenant.
-c’est parce que je suis heureux de l’avoir dit et à toi, c’est encore mieux.. alors je vais te raconter la suite de ma vie.

Il me fait un bisou.. comme pour se lancer.

-durant dix soirs il est venu me sodomiser toujours avec la même ferveur.. la même brutalité, ne s’intéressant jamais à mon plaisir.. car tu sais que j’en ai maintenant lorsque tu me le fais.. mais c’est pas lui qui m’en a donné.. avec lui tout était avilissement, il fallait qu’on soit son inférieur.. je crois que c’est ça qui le faisait bander.. mais bon! dix jours après ce fût terminé.. il n’est jamais revenu dans ma chambre.
-si je peux te demander, il y avait des nouveaux qui arrivaient souvent ?
-non pas souvent, mais y’en avait quand même.
-il le faisait aux autres ?
-T’as fini de poser des questions monsieur l’Inspecteur ? dit-il en riant
-t’as raison, je t’écoute Jérôme.
-j’ai été surpris au départ qu’il ne vienne plus.. et j’ai recommencé à me branler.. et je devenais plus vicieux qu’avant car il fallait que je me doigte pour jouir encore plus.. alors mes soirées se passaient comme ça.. jusqu’au soir.. car tu vois dans la chambre on avait qu’un lavabo dans un coin et des toilettes. Pour prendre une douche il fallait aller au bout du couloir.. on avait des douches particulières qui fermaient.. et ce soir là, après ma séance habituelle de branle et de doigts.. j’avais tellement sué que j’ai eu envie d’une douche.

Lorsque je suis arrivé dans le local, j’ai entendu l’eau couler.. et la porte d’une douche était entrebâillée.. je n’ai pas pu m’empêcher de jeter un œil.. et là, je suis resté statufié sur place.. c’était Marc, tu sais celui avec qui je parlais souvent.. il était face à la porte, l’eau coulait sur sa tête, il avait les yeux fermés et se lavait les cheveux.. la mousse coulait sur son corps.. un corps qui n’avait rien à voir avec celui de l’abbé recteur!

C’est la première fois que j’ai trouvé beau un corps d’homme.. et quand mes yeux sont tombés sur son sexe mou qui reposait sur une belle paire de couilles.. je me suis mis à bander alors que je venais de me branler avec force.. je n’ai pas fait de bruit et j’ai regardé ce beau mec.. je ne l’avais jamais considéré comme tel, comme une convoitise.. mais là, de voir son gros sexe mou et long, légèrement décalotté.. l’eau coulait dessus et cela faisait comme si il était en train d’uriner.. ça m’a excité tu peux pas savoir.. et il s’est tourné sous la douche.. et j’ai admiré son dos, ses fesses.. des fesses musclées, qui semblaient fermes.. j’avais envie d’aller les embrasser et surtout toucher sa queue.

-mais dis donc coquin, ça te fait bander de repenser à de bons souvenirs, dis je en lui caressant son sexe bien raide.

Il se met à rigoler.

Voyant qu’il allait cesser de se doucher, je suis vite rentré dans la douche juste à côté.. je me suis mis nu et j’ai fait couler l’eau sur mon corps pour me calmer.. mais avec ce que je venais de voir.. ma queue ne débandait pas.

J’avais laissé la porte entrebâillée moi aussi, mais un peu plus.. et j’ai commencé à me laver.. l’eau fraîche me faisait du bien.. j’ai fait mon voyou, fermant à moitié les yeux pour voir si Marc me regardait et je l’ai aperçu qu’il me matait.

-j’ai honte de te dire ça, mais j’ai fait ma salope pour la première fois Fabrice.
-y’a toujours une première fois, dis je en riant
-quand j’ai vu qu’il me regardait, je me suis mis à me laver le cul.. en me penchant en avant, écartant bien mes belles fesses que tu aimes tant et je me suis doigté.. caresser, pour me retourner et lui montrer ma queue raide.. en le fixant.. il était rouge écarlate, avec sa grande serviette autour de la taille.. ses yeux n’arrêtaient pas de parcourir mon corps.. et moi je regardais le sien car la serviette semblait bouger à l’entre jambe.

On s’est regardé, j’ai osé lui faire signe de venir.. en ouvrant un peu plus la porte.. il a hésité.. je voyais qu’il avait envie de venir.. mais il n’arrêtait pas de regarder autour de lui.. il avait peur que quelqu’un arrive.. j’ai arrêté l’eau.. me laissant admirer.. j’avais envie de sentir un corps contre le mien, j’avais envie de voir sa queue raide, de la goûter et de me faire baiser.. j’avais envie de ça Fabrice.

J’ai mis ma serviette autour de ma taille et je me suis approché de lui.. une vraie statue.. j’ai avancé ma main et je lui ai touché la joue.

-on va dans ma chambre ? j’ai demandé en parlant tout bas.

Il n’a pas répondu, mais m’a fait un battement de cil.

On a récupéré nos affaires et il m’a suivi sans un mot dans ma chambre.. la porte fermée.. on s’est regardé.. il transpirait et moi je tremblais.. car je venais de comprendre que d’habitude je n’avais qu’à me mettre à quatre pattes sur le lit.. mais là.. il avait l’air de ne pas vouloir prendre d’initiatives.

J’ai pris sa main dans la mienne, la tenant.. on se regardait.. j’ai laissé tomber ma serviette.. il en fait autant et j’ai vu son sexe en érection.. ah il bandait bien Marc et il avait une très belle queue.

Nos queues devaient être aimantées.. car on s’est rapproché jusqu’à ce qu’elles se touchent, nous faisant sursauter.. sourire, on déglutissait tous les deux en se regardant.. sa main est venue me toucher le torse.. caresser des doigts ma poitrine, toucher mes tétons qui se sont mis à raidir sous cette douce caresse..
j’avais envie de ce mec, j’avais envie qu’il me serre dans ses bras, qu’il me retourne et me baise rapidement.

Mais tout a été fait différemment.. tout s’est fait dans la douceur, la tendresse, les soupirs..
C’est lui qui m’a pris par le cou pour que ma tête soit dans son cou.. il m’a fait des bisous sur les cheveux.. j’ai relevé la tête et j’ai vu ses belles lèvres près des miennes.. je lui ai fait un rapide bisou.. tu sais Fabrice, comme tu aimes.. enfin il a souri.. et m’a serré contre lui.. m’embrassant à perdre haleine.. et je lui ai offert ma langue pour la première fois.

-Tu vois Fabrice, j’ai trouvé une différence dès le début.. tout était doux avec Marc comme avec un mec qui te plait.

On a fait connaissance de nos corps.. on les exploré de caresses, sans trop se toucher le sexe et les fesses.. j’avais l’impression qu’il n’osait pas.. mais quand on s’est retrouvé sur mon lit, nus tous les deux, les jambes emmêlées.. si tu savais comme j’étais heureux d’avoir ce mec dans mes bras et de sentir qu’il bandait pour moi.

Il bougeait son corps contre le mien, nos queues roulaient l’une sur l’autre. On s’est pris les queues ensemble, on se branlait mutuellement, nez contre nez, lèvres contre lèvres.. son souffle entrait en moi et il recevait le mien.. et on a joui tous les deux ensemble en poussant des petits cris et des gémissements.

Je me souviens qu’il y en avait partout.. cela nous a fait rire.. il m’a caressé en écartant nos spermes sur mon torse et il n’arrêtait pas de me faire des bisous, que j’aimais lui rendre.

-tu vois on est resté un long moment à se regarder, sans rien dire.. puis c’est lui qui a pris la parole.

-Tu aimais les garçons avant de venir ici ? m’a t-il demandé
-non, j’ai répondu
-Alors c’est l’abbé recteur qui te faisait crier le soir ?

Je suis devenu rouge de honte.

-t’en fais pas, j’y suis passé avant toi.. je hais ce mec! il prend son plaisir et ne s’occupe pas du nôtre.
-mais tu aimais les garçons toi avant de venir ?
-oui et non.. j’avais eu quelques aventures de branles et de suces.. mais jamais on m’avait baisé.

On a pris le temps de se raconter nos courtes vies.. et nous sommes devenus de vrais amis, de vrais amants..
C’est lui qui m’a fait l’amour pour la première fois et, depuis Marc c’est ce que je préfère.. lui n’aimait pas trop qu’on touche à son cul.. bien qu’il me laissait le lécher et le doigter.. on a passé des nuits formidables.. j’ai toujours aimé son coup de reins, sa queue qui venait se vider au fond de mon cul.. et il déchargeait comme un chef! le sucer, avaler tout son jus.. lui adorait me sucer, me boire comme il disait en rigolant.. j’ai passé deux ans avec lui.. on était devenu un vrai petit couple.. comme il y en avait d’autres d’ailleurs.

On a jamais cherché ailleurs, on se suffisait tous les deux.. lorsqu’on avait le droit de sortir à l’extérieur.. on partait dans un hôtel pour baiser tout le week-end.

-Tu l’aimais alors ? j’ai demandé
-on ne le disait pas vraiment.. on n’osait pas, je dirais.. mais nos gestes, nos yeux le disaient bien pour nous tu sais.
-mais alors pourquoi tu n’as pas quitté ce lieu, comme ton Marc d’ailleurs ?
-je n’en sais rien.. c’est quand on a été séparé que j’ai eu envie de partir.. mais cela faisait plus de deux ans que j’étais arrivé.
-pourquoi vous avez été séparé ?
-il venait de l’autre bout de la France et un grand séminaire venait d’ouvrir dans sa région.. et le bon Abbé Recteur lui a demandé d’aller là-bas.. que c’était sa région.
-ouais il se vengeait ton abbé machin.
-je ne l’ai vraiment jamais su.
-mais il est revenu dans ta chambre ?
-dans ma chambre non.. mais dans la sienne! pour me consoler a t-il dit.
-mais c’est vraiment un salaud ce mec! j’irais bien y casser la gueule!
-t’énerve pas Fabrice! dit Jérôme en me souriant.. tu sais, j’ai renâclé la première fois où j’y suis retourné.. mais en fait j’aime ça.. j’aimais tout ce qu’il me faisait, m’avilir, me prendre pour une salope.. une pute qui s’offre en fait!

Le silence s’était à nouveau installé.. il s’était blotti dans mes bras, je sentais son souffle dans mon cou.. je le caressais tendrement.

-t’es resté encore combien de temps ?
-encore presque deux ans.. j’ai jamais retrouvé de “Marc”.. j’ai pas cherché d’ailleurs.. lorsque je sortais le week-end.. j’allais en boite et je draguais des hommes, je faisais la salope pour prendre leurs bites.. et j’en ai pris.. j’étais pas farouche.
-arrête de te rabaisser comme ça Jérôme, moi je t’apprécie comme tu es.
-je sais Fabrice.. je sais et c’est pour ça que j’ai accepté de renouer avec toi.. je suis bien avec toi.
-donc après t’es allé où ?
-dans une paroisse où il y avait déjà un curé.. pour apprendre sur le tas tout ce qu’il y avait à faire.. Là je suis tombé sur un vieux curé, vraiment sympa, cultivé.. j’ai eu des discussions avec lui magnifiques. J’en ai appris encore plus sur les hommes.. j’ai appris le “métier” en fait.. et j’ai essayé de faire comme j’avais vu le premier curé le faire.. celui qui avait fait l’homélie d’Isabelle.
-et tu ne cherchais plus à rencontrer des mecs ?
-non, tu sais c’était vraiment à la campagne.. et je me voyais mal draguer les paysans.. pourtant y’en avait des pas mal.. mais le curé à la campagne, c’est quelque chose! on lui parle avec déférence.
-et t’es resté combien de temps ?
-deux ans encore jusqu’à ce que le curé de la paroisse d’ici parte.. on m’a proposé sa place.. que j’ai accepté.. et tu connais la suite.
-mais dis donc, tu as oublié le principal, dis-je en lui tenant le menton.

Il me regarde étonné.

-T’oublies ma queue qui visite ton petit cul pour la première fois.

Il rigole.

-mais tu connais l’histoire, c’est pas la peine que que je te la raconte.
-ouais, mais tu pourrais me dire pourquoi tu m’as cédé ce soir-là.

Il sourit en me prenant lui aussi le menton.

-parce que t’étais le plus beau de la soirée.
-Ben tiens!
-et aussi parce que tu m’as dragué gentiment.. j’avais vu dans tes yeux que tu me désirais.. et j’ai dû faire ma salope encore ce soir là.
-en tout cas j’ai aimé, dis je en lui faisant un bisou
-Pourquoi ? tu aimes moins maintenant ?
-il faudrait peut être que l’on révise alors pour que je me rende bien compte.

Il rigole encore.

-j’aime les voyous dans ton genre.. et je peux te le dire.. je ne l’ai jamais vraiment dit à un garçon.. Je t’aime Fabrice!

Pour ne pas que je dise quelque chose.. il a mis sa langue dans ma bouche pour me la donner à sucer.. je l’ai fait rouler sur le lit.. on grognait tous les deux.. j’étais sur lui, ses jambes sont venues me serrer le corps.. il a arrêté de m’embrasser.

-positionne bien le sous-marin pour qu’il trouve le chemin, espèce de voyou! et baise moi comme j’aime!

C’est-à dire à grands coups de reins, bien secs, bien profonds. Mais j’ai pris mon temps.. et j’ai visité son cul comme si c’était la première fois, faisant coulisser ma queue dans son conduit pour bien sentir le boyau l’enserrer, sentir mon gland racler la paroi.. l’entendre gémir en m’embrassant.. accélérer brusquement avant de reprendre la vitesse de croisière.. croire à plusieurs reprises que j’allais jouir.. sentir ma queue palpiter dans son conduit, bien au chaud.. sentir ses mains me caresser le dos, la nuque, ses lèvres m’embrasser, sa queue raide se frotter contre mon ventre.

Et, quand j’ai rempli son conduit.. en gueulant comme jamais j’avais gueulé avec lui.. il serrait ma queue avec son cul tout le temps qu’elle se vide.. et j’ai bien failli étouffer dans ses bras et jambes tellement il me serrait.. et il a joui nous collant l’un à l’autre.

-moi aussi je t’aime Jérôme.. je sais très bien que tu ne viendras jamais vivre avec moi.. mais franchement tu pourrais venir plus souvent.
-je te le promets, mais tu sais que je ne peux venir les samedis et dimanches.
-ah j’aurais dû faire curé moi! travailler deux jours par semaine!

Il rigole en me serrant contre lui.

-j’ai envie de rester dormir avec toi et de ne partir que demain quand tu iras au travail.. ça te va voyou ?
-mais et si les gens vont raconter à ton chef l’évêque que tu viens passer des nuits avec le pédé de la ville.
-eh bien je dirais à l’évêque ce qui s’est passé au grand séminaire.

J’en suis resté figé.

-Mais c’est la révolution complète monsieur le curé!
-oui, si on me cherche on va me trouver maintenant.

Je remonte le drap sur nos corps, il m’enveloppe de ses bras, me fait un bisou sur le nez.

-merci Fabrice, dit il
-merci ? mais de quoi ?
-de m’avoir écouté ce soir.
-j’adore les histoires de cul.. et j’espère bien que tu m’as pas tout raconté encore.

Il rigole en m’embrassant.

-on dort ? demain y’a boulot pour certains.

On allait avoir encore de belles soirées.. et des nuits ensemble!

Lire Confessions du curé (partie 1)

Lire Confessions du curé (partie 2)

Bonus vidéo gay


En savoir plus sur La Gay Life

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Fabrice

Fabric est auteur d'histoire gay pour La Gay Life

1 Comment

Réagissez à cet article !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Gay Life

La Gay Life vous propose quotidiennement des articles dans différents domaines, tels que la beauté masculine, des récits, vidéos et GIFs gay, ainsi que des sujets sur la culture, le style de vie, l'humour et bien plus encore.

Ne manquez aucune info gay

En savoir plus sur La Gay Life

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Ne manquez pas !

×
×