Sur la Terre, les virus se dupliquent dans des cellules vivantes dont ils manipulent le code génétique, ce qui exige qu’ils possèdent un code génétique compatible.

Un virus extraterrestre sans structure à base d’ADN ne pourrait donc pas faire de même. Et si c’était le cas, les risques qu’il soit pathogène restent minimes.

Les germes mortels sont rares

Selon une étude menée en 2013 à l’université Columbia (New York), chacune des 5 486 espèces de mammifères recensées serait infectée par 58virus différents –les germes mortels sont donc plutôt rares, sinon les mammifères auraient disparu. De fait, sur les 3 600 virus connus, seuls 129 sont pathogènes pour l’homme.

 

 

Que vaut le sport sur Internet ?

Le digital a bouleversé nos vies et bousculé nos habitudes sportives, ouvrant de nouvelles manières de consommer. Mais les assistants virtuels sont-ils efficaces ?

Un ordinateur, une tablette ou un smartphone suffisent pour découvrir une offre pléthorique : des centaines de coachs proposent des vidéos d’exercices. Des cours collectifs ou individuels sont accessibles via des plateformes (Domyos Live, Shapin…). En direct ou pré-enregistrés, gratuits ou payants, il y en a pour tous les goûts. Sans compter les applis sportives, grâce auxquelles un coach virtuel vous concocte des séquences de remise en forme (Fizzup, Freeletics…) ou un planning d’entraînement (Runtastic pour la course). A moins que vous ne préfériez un programme alliant sport et diététique (Fitnext de l’ancien cycliste Erwann Menthéour, 90 Day Life Challenge de Thibault Geoffray…). Flexibilité, proximité, modernité, la promesse est alléchante.

À qui s’adressent ces applis ?

Officiellement à tout le monde. En réalité, mieux vaut avoir déjà une certaine pratique, estime Thibaut Richard, fondateur du réseau Personal Sport Trainer: « Les exercices proposés, notamment sur Youtube, sont souvent difficiles et peu adaptés aux débutants. » Sans personne pour vous corriger, vous risquez de ne pas exécuter correctement les mouvements. « Tout ce qui est saut, notamment le fameux burpee, demande une sangle abdominale et un dos suffisamment musclés », note le coach.

Attention aussi aux cas particuliers, surpoids, pathologie, femmes enceintes, seniors…, met en garde le Dr Yannick Guillodo. Ce médecin du sport a créé le programme « Bouge » décliné en quatre versions: Santé, Grossesse, Diabète et Seniors, orientés davantage vers la reprise d’activité physique que le sport. « Le risque, c’est trop fort, trop vite », analyse le médecin.

Comment vérifier à qui vous avez affaire ?

Les influenceurs Fitness qui cartonnent sur Youtube ne sont pas forcément des coachs formés et agréés. Légalement, tout éducateur sportif doit être titulaire d’une carte professionnelle attestant qu’il possède bien l’un des diplômes requis. Dans les faits, beaucoup de coachs (y compris des diplômés) ne la demandent pas. Il est possible de vérifier sur le portail public des éducatifs sportifs du ministère des Sports:

Du sur-mesure en ligne, est-ce possible ?

« Nous avons validé scientifiquement qu’un coaching numérique avecfixation d’objectifs personnalisés, messages de motivation et éducation thérapeutique permet de modifier le comportement des gens », assure le Dr Guillodo. Une étude a notamment montré qu’au bout de douze semaines un tiers des utilisateurs effectuaient 3 000 pas de plus par jour. Mais, pour aller plus loin qu’une reprise d’activité, « il faut un échange », estime Thibault Richard. Un vrai coaching tient compte de plusieurs paramètres, dont la personnalité, l’étude régulière des performances et de la forme du moment. La plupart des applis réalisent un test de départ, généralement peu approfondi.

Pour un suivi sur mesure, mieux vaut opter pour un coaching en ligne ou par webcam. Le premier permet, sur la base d’échanges par mails, téléphone ou visio-conférence, d’établir un programme personnalisé d’entraînement, par exemple pour réaliser un objectif (course cycliste, trail…). Le second offre un face-à-face direct, plus adapté par exemple pour des exercices de fitness ou de renforcement musculaire.

Cette dernière formule se développe en individuel sur le réseau Personal Sport Trainer ou en collectif sur des plates-formes comme Shapin’ ou Fitners. com. Même les salles de sport s’y mettent: la toute nouvelle appli MyFitnessPark propose ainsi des cours par visio-coaching, via un partenariat avec la start-up Coachy Live: « C’est un service complémentaire, nous souhaitons accompagner nos adhérents tout au long de leur parcours sportif », souligne Thomas Mendoça, directeur innovation chez Fitness Park.

Combien ça coûte ?

Grâce au digital, le coaching se démocratise et n’est plus réservé aux stars. Mais le coût augmente avec la personnalisation. Sur les applis, seuls les programmes de base sont accessibles gratuitement. Pour les versions « premium », il faut compter de quelques euros à plus de 20 euros par mois. Le coaching en ligne oscille entre 20 et 50 euros environ par mois, le coaching par vidéo étant souvent facturé à la séance de 20 à 40 euros. Le prix est inférieur pour une séance collective (10 euros par exemple sur Coachy Live par MyFitnessPark).

L’avis de l’expert : « les applis ne sont pas très fiables »

Dr Patrick Laure (médecin conseil à la direction régionale jeunesse et Sports de la région Grand-Est) : « J’ai plusieurs réserves à l’égard des applications de coaching sportif et de suivi des performances. La plupart ne proposent pas d’évaluation validée de la forme de l’usager, d’état des lieux de son endurance, de sa souplesse, etc. Comme si tout le monde avait les mêmes capacités, les mêmes aptitudes. Elles ne sont pas personnalisées.

Autre réserve : la technologie utilisée pour mesurer les paramètres de mouvement. Les applis qui se basent sur les données transmises par un capteur inclus dans le smarphone pour compter le nombre de pas par jour, par exemple, ne sont pas très fiables. Elles sont de qualité variable et impliquent que vous portiez votre téléphone en permanence sur vous, ce qui est déconseillé en raison des ondes émises.

Mieux vaut choisir une appli qui communique avec un capteur de mouvement connecté, un bracelet ou une montre. Reste que peu de paramètres suivis, comme le nombre de pas par jour, ou l’intensité des efforts, ont un intérêt démontré pour évaluer la forme. »

A deux, ou plus, c’est mieux !

Faire du sport à plusieurs est plus motivant que pratiquer seul. Il existe désormais des sites et plateformes de rencontres de sportifs. Certains sont généralistes (Cleec, Partenairesport, Need-Sporty…), d’autres ciblés sur une activité (envie2courir, tenniscontact.com).

E-sailing : régater devant son écran

Le tout premier championnat du monde de e-sailing s’est déroulé le 30 octobre 2018 en Floride. Cette nouvelle discipline est portée par la Fédération internationale de voile, organisatrice de l’évènement. Une course d’e-sailing reprend les codes de régates de voile avec une simulation d’un plan d’eau donné, de vent donné, une procédure de départ et un parcours autour de bouées.

Les courses durent dix minutes environ, les participants peuvent jouer en temps réel sur PC, tablettes ou téléphones mobiles. Des dizaines de milliers de personnes ont participé aux sélections de 80 pays environ. L’e-sailing est une des disciplines candidates à une éventuelle épreuve e-sport aux JO de 2024.

Par l'équipe Ça m'intéresse

Vous aimerez aussi

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus dans Gay life