Contact Information
La Gay life est ouverte en permanence

On le sait tous, même si on ne le répétera jamais assez : le préservatif est la seule et unique barrière contre les MST et le sida lors d’un rapport sexuel entre deux hommes.

Malheureusement, beaucoup d’idées reçues, ou de fausses idées circulent sur les préservatifs.

Voici donc des faits surprenants qui remettent le préservatif à sa place et lui donne même un petit côté inattendu !

Pourquoi 7 ? Parce qu’en une semaine, on vous souhaite d’en utiliser un par jour 😉



1. Les préservatifs sont peut-être cher, mais saviez-vous que un nombre incalculable d’endroits les donnent gratuitement ?

Vous pourrez vous en mettre plein les poches dans les centre de dépistages anonymes, dans les associations de lutte contre le sida/les ist, dans les plannings familiaux, dans les boîtes gay (et aussi dans certains bars), auprès de l’infirmière scolaire/universitaire, dans les bureaux des assistantes sociales et enfin dans les MJC.



2. Les préservatifs sont des objets ancestraux !

Eh oui… Ils sont trèèès, trèèès vieux. Biiien plus vieux que Jésus, c’est dire !
Cocorico : la plus vieille illustration d’un préservatif utilisé pendant l’acte sexuel a été découverte en France, sur le mur d’une grotte, et l’âge du dessin a été estimé à environ 15000 ans !
On tient aussi pour sûr le fait que les préservatifs sont régulièrement utilisés dans les rapports sexuels pour se protéger des maladies sexuelles transmissibles depuis le 16ème siècle.

3. La plupart des adolescents utilisent un préservatif lors de leur premier rapport sexuel.

En effet, 82% des jeunes américains en ont utilisé un lors de cette fameuse première fois (contre 68% des jeunes américaines) ! Le pourcentage pour les jeunes européens ne doit pas être bien différent.

4. Certains lubrifiants peuvent endommager le préservatif !

A proscrire : les lubrifiants à base d’huile ou la vaseline.
A préférer : les lubrifiants à base d’eau.
Conseil d’ami : les lubrifiants à base d’eau sont quoi qu’il en soit toujours préférable, la sensation est bien meilleure qu’avec les autres.

5. Un préservatif peut continuer environ 2 litres d’eau !

Et oui, les capotes sont en effet conçues pour résister aux plus puissants des jets, et aux plus abondants !
N’ayez donc plus peur de le faire éclater à cause d’un trop plein de sperme.



 

 

6. Il fut un temps où on appelait les préservatifs des « capotes anglaises » (d’où le terme de « capote »). 

Savez-vous alors comment ils les appelaient outre-Manche ?
French letter.
Pour votre culture, « filer à l’anglaise » se dit « to take the French leave » en Grande Bretagne. Ils ne peuvent pas s’en empêcher hein… C’est tout simplement mesquin.

7. Un petit dernier pour la rigolade

Mieux vaut ne pas avoir la bouche pleine lorsque l’on souhaite demander à son partenaire un préservatif au Danemark… En effet, le mot « préservatif » se dit « svangerskabsforebyggendemiddel » en danois.

On vous laisse essayer de le prononcer.



Avec Djizz

 

Partagez:

1 Commentaire

  • REPECAUD, 04/11/2019 @ 11:25

    Il ne faut pas oublier que le préservatif sert à protéger de la contamination par les MST et le SIDA non seulement dans les rapports entre deux hommes , mais aussi dans les rapports entre un homme et une femme ! (le sperme n’est pas la seule cause de transmission du sida ; les sécrétions vaginales des femmes sont elles aussi susceptibles de transmettre le VIH !). Entre deux femmes mystères ? Le fait de pratiquer une fellation sur une femme contaminée par le VIH par une autre femme serait sans doute susceptible de transmettre le sida !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.