homme deodorant 5
/

Des astuces pour lutter contre la transpiration

2 mins de lecture
248 vues

Bien que transpirer soit un phénomène tout à fait normal et naturel, ses retentissements sur notre quotidien sont souvent mal vécus… Entre les auréoles et les odeurs qui peuvent émaner, les conséquences de la transpiration peuvent être gênantes au quotidien. Mais heureusement des solutions existent pour dompter la sueur…

D’où viennent les odeurs ?

Les odeurs proviennent principalement de la macération de la moiteur où pullulent moult bactéries. Cette sueur initialement inodore afflue des glandes éccrines qui sécrètent de l’eau salée sur tout notre corps, à l’exception des parties intimes où siègent les glandes apocrines. Elles sécrètent phéromones et autres odeurs qui titillent nos instincts de mâle animal… Aussi, certains condiments ou épices, comme l’ail ou le curry, peuvent infuser notre transpiration en lui conférant une singulière odeur.

Adapter son alimentation.

La température corporelle suivie de l’activité des glandes sudoripares peuvent être augmentées par certains aliments ou boissons stimulantes comme l’alcool, les épices ou la caféine. Attention d’ailleurs aux caféines cachées des sodas et autres boissons énergisantes qui s’additionnent avec celles des cafés ingurgités.

Continuer à s’hydrater.

L’idée que l’on transpirerait moins en buvant moins est tentante mais erronée. Non seulement moins boire ne fera pas moins transpirer, mais en plus cela risquerait de vous déshydrater. Au contraire, plus on transpire et plus il faut veiller à la bonne hydratation de son corps. Privilégiez de préférence des boissons à température ambiante car, trop froids ou trop chaud, les liquides tendent à stimuler nos glandes.

Choisir le bon déo.

Face à la transpiration, deux catégories d’armes existent : les déodorants et les anti-transpirants. Alors que les déodorants ne se contentent que de masquer l’odeur de transpiration, les anti-transpirants aident à limiter la sécrétion. Ce sont leurs sels d’aluminium qui obstruent les orifices des canaux des glandes sudoripares. Côté efficacité, les sticks étant davantage concentrés, fonctionnent mieux sur les aisselles que les sprays.

Respecter 3 règles.

Les anti-transpirants sont dénués de toxicité s’ils sont correctement utilisés. Il ne faut en aucun cas les utiliser sur une peau fragile, abimée ou lésée avec des micro-coupures comme c’est le cas après une épilation ou un rasage. Aussi, alors que les déodorants s’appliquent le matin avant de s’habiller, les anti-transpirants s’utilisent le soir, sur une peau saine et sèche.

Des vêtements adaptés.

Certains vêtements aggravent plus que d’autres le phénomène de transpiration. Pour aider à réguler la sueur, il faut choisir des tissus qui retiennent le moins la chaleur et bannir les matières synthétiques et autres jockstraps en laine qui échauffent la peau. De même, plus un vêtement colle aux bonbons, moins la peau respire et plus la sueur sera abondante. Ainsi, les vêtements amples seront à privilégier et de préférence de couleur claire pour moins emmagasiner de chaleur.

Ne vous faîtes pas avoir par le marketing !

Alors que les sels d’aluminium sont souvent fustigés, la pierre d’alun semble tirer son épingle du jeu de par son aspect « naturel ». Or une pierre d’alun n’est rien d’autre qu’un assemblage parfois de synthèse de deux sels (aluminium/potassium ou aluminium/ammonium) qui déposera sur la peau les mêmes sels d’aluminium à l’instar d’un anti-transpirant classique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Histoire précédente

Vidéo du jour – Les boissons à privilégier ou à éviter face à la canicule

Histoire suivante

Nouveau single – Alpha Zulu – Phoenix

Soutenez la Gay Life

Aidez-nous à conserver La Gay life gratuit et à créer du contenu de qualité.