Relation on ne peut plus excentrique, le poly-amour intrigue !

Perversion, polygamie déguisée ou tout simplement trio amoureux assumé ?

Sous ses airs de romance idyllique, le trouple n’a pas encore fini de susciter tant d’interrogations. Dans les communautés où la pratique du « troisième invité dans le lit conjugale » est très répandue, là aussi ce mode de vie est loin, voire très loi, de créer l’unanimité.

Arrivé troisième dans un couple homosexuel déjà bien établi, Christian Soulier nous a fait le récit abrégé de son parcours de poly-amoureux.

Un cheminement typiquement gay

Né en France dans le courant des années 80, Christian Souliers, dans sa genèse, est un gay de tout ce qu’il y a de plus classique. Enfant, il grandit dans la ville rose, dans un foyer conventionnel, au sein d’une famille aimante.

A l’orée de ses 17 ans, il découvre avec douleur son orientation sexuelle. Perdu et esseulé, Christian décide tout de même d’aller jusqu’au bout des choses. Ainsi, dans une boite pour homosexuelle, le jeune homme va à la rencontre de lui-même, comme pour définitivement définir sa propre identité. Il découvre alors, dans un premier flirt, de nouvelles sensations : les baisers, les caresses, la virilité et le sexe d’un autre homme.

Seulement, alors qu’il s’en délectait encore, c’est la grande désillusion. Christian est mis à la porte de ses parents, trahi par une revue pornographique gay.

Un épisode qui lui rappelle les moqueries de ses camarades de classe, dues à sa sensibilité et à une certaine féminité. Toutefois, installé avec son premier amour, son premier amant, il réussit à se maintenir à flot et obtient son baccalauréat.

Installe-toi avec NOUS !!!

Ne le dite à personne… au départ c‘était une aventure d’un soir… Gay désormais totalement assumé et à l’appétit sexuel bien aiguisé, Christian Soulier, alors qu’il est célibataire et après s’être mis en couple plus d’une fois, s’autorise quelques plans Q. Mais cette fois-là, il tombe sur un duo particulier.

Deux hommes, deux quadragénaires, en couple depuis 20 ans. Alors âge de 25 ans, le toulousain tombe littéralement sous le charme de ses partenaires et c’est complètement réciproque. Après trois mois de relation charnelle passionnelle, ceux-ci lui demandent d’emménager avec eux.

« Au début j’étais retissant. Mais je me suis dit : pourquoi pas ? ». Christian s’installe donc avec ceux qu’il appelle affectionnément les garçons ; malgré des débuts un peu difficiles : le regard des autres, le jugement.

« Le plus dur était de se faire sa place dans une relation déjà construite depuis 20 ans, mais ils ont toujours été super avec moi. Aujourd’hui nous sommes une famille. Nos amies et familles s’entendent à merveille. »

En trouple depuis une décennie, Christian et ses deux homes forment un trio absolument complémentaire. « Nous vivons ensemble, dormons ensemble, faisons tous ensemble. »

Pour lui, la pérennité d’un ménage à trois est basée sur une totale complicité et un amour sincère partagés et ressentis par les trois compagnons ; sans aucune distinction ni préférence.

« Ils font partie de moi. Chacun est un tiers de mon coeur. »

Fière de ma ville

Christian Souliers est un toulousain 100% fière de ses origines. Pas étonnant que le trentenaire travaille pour l’opéra de la cité des violettes.

Il est totalement acquis à la cause animale et considères même ses animaux comme ses propres enfants. Un brin complexé par son physique, il trouve dans le sport le moyen de garder son équilibre et d’avoir plus confiance
en lui. « Heureusement mes hommes me regardent avec du désir dans les yeux ; ça me rassure. »

par André Kane

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
1
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.