Il est beau gosse, musclé et accessible. Jess Vill, mannequin et muse des meilleurs photographes, lève le voile sur sa vie, ses amours et sa plastique alléchante.

Rapproche-toi un peu, Jess, on t’écoute.

jess vill
Crédit : Instagram

Ses parents l’ont baptisé Jessy ! Il a juste enlevé le y et on va être honnête : pour nous, Jess Vill (Jessvillmodel sur Instagram) peut bien enlever ce qu’il veut.

Mannequin, catégorie model-fitness, il vit à Perpignan. Vainqueur remarqué du concours Mister Sexy en 2014, ce Capricorne a quitté le métier de pâtissier-chocolatier pour garnir des micro-maillots avec ses jolis muscles dessinés, longs et joliment velus.

C’est un garçon qui ne se la joue pas, il n’esquive aucune question et nous donne même son âge véritable : 36 ans. Rien de tabou pour lui : « J’en suis fier, je lutte et dans le métier, je ne suis pas effacé par les années. »

Papa et mari

Ce n’est pas la meilleure nouvelle pour nous : il est marié à Christophe, son compagnon depuis 13 ans et époux officiel depuis 6 ans. Ils ont fait partie des premiers couples de garçons à convoler, dès que c’est devenu possible, avec une chanson de Calogero à la mairie.

A la différence de sa fille, aussi belle que papa, qui apparaît parfois à ses côtés et qui est très fière de lui, le mari n’entre pas dans la story. On n’est pas chez les Kardashian ! Christophe n’est pas son double.

« Il est plus gourmand, pas dans le culte du corps. » D’ailleurs, il lui cuisine des bons petits plats. Enfin, pas les mêmes que nous, simples mortels…

Basketteur et boss

Son père est un vrai fan de musculation. « Je l’ai toujours vu faire ça, respecter des règles diététiques et s’entraîner. Moi, j’ai commencé tard, à 26 ans. Comme j’avais déjà 10 ans de retard, j’ai mis les bouchées triples. » Jess a débuté par le basket. Avec son mètre quatre-vingt, cet ailier ne fait pas figure de géant, mais reste membre d’une équipe. Il dirige l’une des 5 salles Basic Fit de Perpignan, – un pays où l’on soulève un max de fonte ! Ses admirateurs sont plutôt cools. « Certains ont choisi de s’entraîner dans ma salle, ils viennent me dire un mot gentil au sujet d’une photo, ils sont très respectueux. »

Le monde du fitness, Jess le juge plutôt open : « Je n’ai jamais ressenti d’homophobie dans ce milieu, la musculation, c’est des expériences, du partage. La sexualité n’est pas le sujet. J’ai beaucoup d’adhérents qui ne savent pas que je suis gay»

Motivé et affûté

Côté sport, Jess Vill ne fait vraiment pas semblant. « Tous les jours, sans exception, avec des jours consacrés à l’étirement, au yoga, pour détendre et conditionner le corps à la prochaine séance. » Il passera peut-être bientôt le brevet d’état pour donner des cours et nous dit admirer la trajectoire de Tibo InShape.

L’idole culto des djeuns frôle les 8 millions d’abonnés sur Youtube. « Il fait les choses avec passion et détermination, je dis bravo » commente Jess. Comme tous les athlètes de haut niveau, Jess évite les raclettes et les tartiflettes. « J’ai une diététique adaptée, réglée par un préparateur sportif spécialisé, on travaille en binôme. Il me dit quoi manger, je suis appliqué. C’est une alimentation riche en protéines, avec peu de sucre, peu de sel, peu de gras. Beaucoup de légumes fibreux et aussi du riz, du quinoa, du boulghour. »

Comment tient-il le coup, lui demande-t-on entre deux pépitos ? « Parfois, c’est répétitif et ennuyeux, mais je n’en souffre pas. Je veux que mon corps soit prêt à répondre à l’appel d’un photographe, je n’ai pas le temps de prendre de la masse pour sécher ensuite. »

Pâtissier et réglo

Trop musclé pour les podiums, Jess Vill répond aux demandes des photographes avec qui il se sent à l’aise, mais pas à tous. Il n’a pas pu bosser avec Annie Leibovitz, lesbienne et génie de la photo, pour des questions d’emploi du temps. Si rien n’est dans les tuyaux, il n’exclue pas de se lancer dans le cinéma ou le théâtre, une fois qu’il aura décroché du mannequinat. Au sujet de cette période un peu tristounette, Jess se dit plus fataliste qu’optimiste. « Quand je stresse, je vais courir. Là, comme tout le monde, je patiente. Et je respecte les règles. » Il a juste désobéi à sa maman pour se faire tatouer, mais c’était il y a très longtemps.

En cas de coup de blues, comment se fait-il plaisir ? « Je fonds parfois pour du chocolat, noir bien sûr et je suis aussi amateur de whisky. » Ex-pâtissier, il n’exclue pas de proposer à nouveau des pâtisseries en live, avec tuto, comme lors du premier confinement. Comme nous tous, il a fait le plein de séries télé, avec un gros faible pour Lucifer sur Netflix. C’est une bonne nouvelle, il y en a 5 saisons de disponibles. Et Tom Ellis, le rôle-titre est un géant gallois, ça va nous aider à décrocher les yeux des photos de Jess, la bombe du sud qui porte si bien le maillot.

Copyright Jocklife

Que pensez-vous de cet article ?

0
Génial
0
Super
0
J'aime bien
0
Pas certain
0
Bof !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.